« Des travaux à faire dans un quart des écoles de Marseille » selon le recteur d’académie

Audit
Bref
le 29 Août 2019
4

« Il y a un quart des écoles de Marseille où il y a des travaux à faire, a estimé le recteur d’académie Bernard Beignier lors de sa conférence de presse de rentrée. Cela va de travaux ordinaires simples comme de la peinture à des choses qui sont beaucoup plus préoccupantes. On a environ vingt-cinq écoles qui sont dans une situation où il faut reprendre des choses importantes. » Une autre source au rectorat évoque quant à elle auprès de Marsactu soixante écoles avec des travaux importants dont trente avec des travaux « très importants ».

Ce constat fait suite à une lettre envoyée en mars aux directeurs d’école afin qu’ils fassent état des problèmes au sein de leur établissement. « En quelque sorte, on a simplifié le travail de la mairie », s’est réjoui Bernard Beignier. Cette dernière a voté le principe d’un audit des écoles. « Les travaux depuis deux ans ont avancé. C’est sûr qu’il y a beaucoup de choses à faire mais le maire a pris conscience de la situation », a conclu le recteur tout en se disant conscient des contraintes budgétaires de la Ville.

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Minh DerienMinh Derien

    Il est sympa, le recteur ! Avec Gaudin, je veux dire… Il ne cite pas les arrondissements où le taux des écoles à rénover (ou reconstruire) est 80% !

    Signaler
  2. Electeur du 8eElecteur du 8e

    Un quart de 446 écoles, ou un quart de 470 écoles ? Le résultat n’est pas le même, et je pense que même Mme Casanova pourrait calculer la différence en seulement quelques mois.

    Pour rebondir sur le propos de Minh Derien ci-dessus, le recteur n’est pas seulement sympa d’omettre la répartition par arrondissement des écoles qui requièrent des travaux importants. Il l’est aussi de faire preuve de compréhension pour la situation budgétaire de la ville.

    Si celle-ci avait, en temps et en heure durant le quart de siècle écoulé, établi un plan pluriannuel de travaux et fait chaque année le nécessaire, certes au détriment d’autre chose peut-être (la reconstruction du stade deux fois en quinze ans ?), nous ne serions pas aujourd’hui au pied d’une falaise de besoins d’investissements urgents. Réparti sur la durée, l’effort budgétaire nécessaire aurait été absorbé.

    Signaler
    • petitvelopetitvelo

      Oui mais alors, comment « rendre service », « faire le sauveur » ? La gestion rationnelle et efficace ne fait pas un bon récit politique, alors que LA STADE, les FAVEURS, ça fait durer … Et puis, pure supposition de ma part, mais les écoles privées sont peut-être en bon état et c’est probablement là que sont la majorité des enfants de la majorité décisionnaire.

      Signaler
    • lilicublilicub

      Et quelle que soit cette majorité décisionnaire… Faudrait demander à Nono où sa fille a effectué sa scolarité?.. Voire même où Brune Poirson a réalisé la sienne.. école Lacordaire…un des établissements scolaires le plus huppé de Marseille… Situé juste à coté du lycée Diderot, un des lycées les plus mal classés de France.

      Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire