Des fonctionnaires de la prison demandent des moyens pour l’ouverture de Baumettes 2

MANIF
Bref
Jean-Marie Leforestier
16 Mar 2017 1

Prévue début avril, elle a déjà été repoussée de trois semaines. L’ouverture de Baumettes 2, le nouveau bâtiment pénitentiaire, suscite l’inquiétude des personnels. Une centaine d’entre eux s’est réunie ce jeudi matin pour bloquer l’entrée de l’actuelle prison. « Nous réclamons des effectifs pour l’ouverture des Baumettes 2. On s’est aperçus, lors des exercices, qu’on manquait de personnel en vue de l’ouverture de la nouvelle prison », explique Christophe Buono, secrétaire local adjoint du Syndicat pénitentiaire des surveillants (SPS).

Philippe Peyron, le directeur interrégional des services pénitentiaires reconnait que l’effectif sera sûrement « un peu juste » au moment de l’ouverture. Il estime que la fermeture du bâtiment actuel à la fin de l’année permettra d’atteindre le juste nombre de fonctionnaires. Une partie d’entre eux sera même mutée à la maison d’arrêt de Luynes.

1
commentaires
Source : AFP

A la une

Policiers escortés par des scooters, la vidéo choc était un clip de rap
"Regardez comment les policiers sont traités, et j'en ai plein d'autres des vidéos comme ça. Ce que je veux dire, c'est que ce sont...
« On apprend aux filles à se méfier de l’espace public »
Prendre les transports, aller d'un point à un autre dans la ville, s'arrêter sur une place, rentrer tard le soir... Que l'on soit homme ou...
Des quartiers Nord à la Belle de Mai, elles veulent une ville pensée pour elles
"On est toutes des militantes. On ne voulait pas faire la cuisine, on voulait faire des projets !" Comme ses amies du groupe Passer'elles...
« Si l’outrage sexiste est dans le code pénal, on pourra agir »
Lorsqu'une femme victime de violences arrive dans un commissariat, l'expérience n'est pas toujours aisée. À Marseille, le bureau d'aide aux victimes, rattaché à la...
Annoncée en 2015, la station Gèze déraille jusqu’à septembre 2019
L'effet de la nouvelle est imparable. La mâchoire se décroche, puis la bouche s'arrondit pour laisser passer un "oh non" incrédule, outré, vindicatif ou...
Poids lourd de l’éducation populaire, l’IFAC Provence menacée de liquidation
Les mines sont défaites. "On n'en peut plus", glisse-t-on parmi les représentants du personnel de l'IFAC Provence, devant la salle d'audience du tribunal administratif...
  1. Hélène G.Hélène G.

    Visiteuse de prison, je me trouvais devant la porte bloquée les grévistes qui avaient brulé des pneus pour barrer la porte. C’était une manifestation unitaire, tous les syndicats étaient là, à commencer par la CGT, majoritaire aux Baumettes. Il y avait beaucoup plus de 100 personnes dans la manifestation.
    Pas qualifiée pour exprimer leurs revendications, mais ça vaudrait sûrement le coup de les interroger. Cette affaire de l’ouverture de Baumettes 2 puis des fermetures, puis…mériterait sans doute une enquête.
    Merci pour tout Marsactu et bon courage

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire