Cyril Coulard ou le « fils botanique » du Père Blaize

Vu sur le web
Bref
Clémentine Vaysse
2 Fév 2017 1

« À Marseille, un pharmacien boosté aux herbes ». Dans une série sur « les réalités de la vie commerçante dans toutes la France »,  Libération dresse des portraits dont celui du repreneur de la célèbre herboristerie du Père Blaize, à Noailles. Cyril Coulard a repris il y a trois ans l’institution familiale. Il sort alors tout juste de ses études mais connait déjà la maison. Le jeune homme devient le successeur de Martine Bonnabel-Blaize : « Dès qu’on s’est rencontrés, le match était fait, assure-t-il. Comme le dit Martine, je ne suis pas son fils biologique mais son fils botanique «  explique t-il. La boutique a fêté en 2015 ses 200 ans, et est la dernière herboristerie « légale » du fait de l’interdiction de la profession en 1941. Juste avant ce bicentenaire, elle s’était offert quelques travaux et un nouveau site internet lui permettant de vendre ses plantes bien au-delà de Marseille.

1
commentaires
Source : Libération

A la une

Policiers escortés par des scooters, la vidéo choc était un clip de rap
"Regardez comment les policiers sont traités, et j'en ai plein d'autres des vidéos comme ça. Ce que je veux dire, c'est que ce sont...
« On apprend aux filles à se méfier de l’espace public »
Prendre les transports, aller d'un point à un autre dans la ville, s'arrêter sur une place, rentrer tard le soir... Que l'on soit homme ou...
Des quartiers Nord à la Belle de Mai, elles veulent une ville pensée pour elles
"On est toutes des militantes. On ne voulait pas faire la cuisine, on voulait faire des projets !" Comme ses amies du groupe Passer'elles...
« Si l’outrage sexiste est dans le code pénal, on pourra agir »
Lorsqu'une femme victime de violences arrive dans un commissariat, l'expérience n'est pas toujours aisée. À Marseille, le bureau d'aide aux victimes, rattaché à la...
Annoncée en 2015, la station Gèze déraille jusqu’à septembre 2019
L'effet de la nouvelle est imparable. La mâchoire se décroche, puis la bouche s'arrondit pour laisser passer un "oh non" incrédule, outré, vindicatif ou...
Poids lourd de l’éducation populaire, l’IFAC Provence menacée de liquidation
Les mines sont défaites. "On n'en peut plus", glisse-t-on parmi les représentants du personnel de l'IFAC Provence, devant la salle d'audience du tribunal administratif...
  1. LNLN

    Aaaaaaaaaaaah ! Enfin ! Un article cool, positif, qui sent bon la tisane et le romarin (comme la boutique), qui célèbre la réussite et la bonne alchimie. Du bien du beau du bon enfin chez nous ! Je finissais par déprimer grave avec tous les articles réalistes mais flippants et avec tous les posts tout aussi flippants de vérité de bons jugements.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire