Cyril Coulard ou le « fils botanique » du Père Blaize

Vu sur le web
Bref
Clémentine Vaysse
2 février 2017 1

« À Marseille, un pharmacien boosté aux herbes ». Dans une série sur « les réalités de la vie commerçante dans toutes la France »,  Libération dresse des portraits dont celui du repreneur de la célèbre herboristerie du Père Blaize, à Noailles. Cyril Coulard a repris il y a trois ans l’institution familiale. Il sort alors tout juste de ses études mais connait déjà la maison. Le jeune homme devient le successeur de Martine Bonnabel-Blaize : « Dès qu’on s’est rencontrés, le match était fait, assure-t-il. Comme le dit Martine, je ne suis pas son fils biologique mais son fils botanique «  explique t-il. La boutique a fêté en 2015 ses 200 ans, et est la dernière herboristerie « légale » du fait de l’interdiction de la profession en 1941. Juste avant ce bicentenaire, elle s’était offert quelques travaux et un nouveau site internet lui permettant de vendre ses plantes bien au-delà de Marseille.

1
commentaires
Source : Libération

A la une

9 heures. Le Freedom of the seas vient tout juste de s'amarrer au quai du terminal de croisières, tout au nord du port de Marseille....

Marsactu vous propose de profiter de l'été avec quatre séries. Pour "questions de confiance", nous avons interrogé quatre députés des Bouches-du-Rhône, toutes tendances confondues, sur la transparence et la probité. Nos "petites histoires de résidences fermées" sondent cet urbanisme qui interroge notre manière de voisiner. "Diogène", c'est parfois votre grand-père, votre voisine ou un oncle lointain qui entasse et ne jette rien au point de risquer d’être enseveli sous les déchets. Enfin, "dans le sillage des croisiéristes", vous découvrirez ceux qui tentent de profiter du boom de ce secteur touristique à Marseille.

Interne au sein du service de géronto-psychiatrie de l'hôpital Valvert, Alexia Frison-Ramard a choisi le syndrome de Diogène comme sujet de thèse de doctorat. Pendant un...

Diogène est parfois votre grand-père, votre voisine ou un oncle lointain qui entasse et ne jette rien au point de risquer d'être enseveli sous les déchets. Marsactu vous offre une plongée en trois épisodes à la découverte de ce syndrome qui hante nos rues. L'histoire commence dans un banal immeuble du 5e arrondissement. Une fuite d'eau amène les habitants sur la piste de la manie d'entassement de leur voisine et sur l'impasse institutionnelle et juridique pour tenter d'y mettre fin. Elle se poursuit avec le quotidien de Christophe Di Pietro dont l'entreprise est spécialisée dans le débarras de l'extrême : appartements encombrés de déchets ou de collections d'objets qui virent à la submersion. Enfin la psychiatre Alexia Frison-Ramard a choisi ce syndrome comme sujet de sa thèse de doctorat. Elle détaille le mode de prise en charge des patients âgés qui développent ces symptômes.

La série d’articles consacrée aux résidences fermées a été réalisée en partenariat avec une équipe de chercheurs du Laboratoire population environnement développement (LPED) de...

Personne n'est venu ce vendredi au tribunal administratif pour représenter les sociétés du groupe SMA, pas plus Alexandre Guérini, son fondateur, que son principal...
  1. LN LN

    Aaaaaaaaaaaah ! Enfin ! Un article cool, positif, qui sent bon la tisane et le romarin (comme la boutique), qui célèbre la réussite et la bonne alchimie. Du bien du beau du bon enfin chez nous ! Je finissais par déprimer grave avec tous les articles réalistes mais flippants et avec tous les posts tout aussi flippants de vérité de bons jugements.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire