Le collectif de défense de l’hôpital d’Aubagne s’invite aux Agoras de l’ARS

RÉANIMÉ
Bref
Benoît Gilles
9 Nov 2017 2

Les deux jours d’Agoras de l’agence régionale de santé sont censés être la vitrine du travail mené par les représentants du ministère en région. Médecins, chercheurs, usagers, « L’esprit des Agoras, c’est des temps informels d’échanges et de rencontres » précise le site internet des rencontres. Mais aussi l’occasion pour les militants du collectif de défense de l’hôpital d’Aubagne de faire entendre leurs revendications, lors d’une action surprise. « Depuis des mois, nous nous mobilisons pour dire notre refus des choix de rentabilité imposés par l’agence régionale de santé, précise Alexandra Brochus, membre du collectif et du PCF. Ils ont annoncé leur intention de fermer purement et simplement le service de réanimation. »

Médecin généraliste et militant du même parti, Yves Perrin-Toinin fait partie de la délégation qui s’est invitée à la conférence de presse de présentation des Agoras. « Nous avons pu exprimer notre point de vue. Les médecins de réanimation ont fait une étude qui calcule l’effet de la suppression de l’hôpital sur les finances de l’hôpital. Selon eux, c’est entre 1 et 2,5 millions d’euros en moins. L’ARS évoque la possibilité de remplacer le service par une unité de soins continus mais cela ne joue pas le même rôle et cela n’a pas le même impact financier« . Selon le médecin, la fermeture est annoncée pour 2020, « ce qui laisse du temps pour faire évoluer le projet ».

Début octobre, l’ARS avait publié un communiqué dans lequel elle rappelait « la feuille de route de « l’hôpital d’Aubagne » : « d’une part de définir comment adapter l’offre hospitalière publique en tenant compte notamment de l’activité de son partenaire privé ; d’autre part de créer les conditions d’un retour à l’équilibre financier qui sont nécessaires au développement du pôle d’excellence hospitalier ». L’ARS rappelle en passant qu’elle participe directement à la trésorerie de l’hôpital à raison de « 4 à 6 millions d’euros chaque année ».

2
commentaires

A la une

[L’été à la Belle de Mai] Le Chapiteau, « un espace de liberté » dans le quartier
En sortant de l’espace bar où résonnent des musiques des années 70, deux amis se pressent vers le terrain de pétanque, vestige des anciens...
Boues rouges : la justice met Alteo et l’État sous pression
Six jugements et un total de 65 pages. Le tribunal administratif de Marseille vient de rendre une série de décisions dans le dossier des...
La métropole, lamarque, lebus et le plan com
"Avec lacarte, si j’habite à Marseille et que je dois me rendre à Aix-en-Provence pour travailler, je pourrais prendre lemétro, puis lecar et enfin...
Un rapport ministériel épingle ArcelorMittal, « principal pollueur du département »
"Oui, bien sûr qu'on est au courant. Mais vous, comment vous l'avez su ?". L'embarras est de mise chez ArcelorMittal Méditerranée. Passé jusqu'alors inaperçu,...
Même condamnée, Maryse Joissains « la guerrière » s’y voit encore en 2020
"Incroyable !" Maryse est en mode combat. Quelques heures après l'annonce de sa condamnation à un an de prison avec sursis et dix ans...
Gymnase de l'école La Viste ©AM
Des militants de la France insoumise lancent une cagnotte pour rénover une école publique
"Les parents d’élèves n'en peuvent plus, il faut des travaux avant la rentrée de septembre", lance Sébastien Delogu, dont la fille est scolarisée à...
  1. Cristel MigliaccioCristel Migliaccio

    Que doit on penser des 56 millions que l’ARS PACA à donner l’année dernière à l’hôpital européen ( qui est en fait un établissement privé )?
    Comment expliquer qu’un service neuf ( la réanimation de l’hôpital d’aubagne) avec un taux d’occupation à 95% ne correspond pas à un besoin de santé du territoire?

    Signaler
  2. Denis GrandjeanDenis Grandjean

    La réanimation de l’hôpital d’Aubagne est indispensable. La fermer c’est offrir un service neuf et payé par le contribuable à la clinique locale qui n’attend que ça.
    La santé mérite mieux que ce type de tripatouillage qui se fait au détriment de ceux qui n’ont pas les moyens de se soigner dans les établissements privés.
    Merci à Marsactu de mettre ce dossier dans la lumière.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire