Le collectif de défense de l’hôpital d’Aubagne s’invite aux Agoras de l’ARS

RÉANIMÉ
Bref
Benoît Gilles
9 Nov 2017 2

Les deux jours d’Agoras de l’agence régionale de santé sont censés être la vitrine du travail mené par les représentants du ministère en région. Médecins, chercheurs, usagers, “L’esprit des Agoras, c’est des temps informels d’échanges et de rencontres” précise le site internet des rencontres. Mais aussi l’occasion pour les militants du collectif de défense de l’hôpital d’Aubagne de faire entendre leurs revendications, lors d’une action surprise. “Depuis des mois, nous nous mobilisons pour dire notre refus des choix de rentabilité imposés par l’agence régionale de santé, précise Alexandra Brochus, membre du collectif et du PCF. Ils ont annoncé leur intention de fermer purement et simplement le service de réanimation.”

Médecin généraliste et militant du même parti, Yves Perrin-Toinin fait partie de la délégation qui s’est invitée à la conférence de presse de présentation des Agoras. “Nous avons pu exprimer notre point de vue. Les médecins de réanimation ont fait une étude qui calcule l’effet de la suppression de l’hôpital sur les finances de l’hôpital. Selon eux, c’est entre 1 et 2,5 millions d’euros en moins. L’ARS évoque la possibilité de remplacer le service par une unité de soins continus mais cela ne joue pas le même rôle et cela n’a pas le même impact financier“. Selon le médecin, la fermeture est annoncée pour 2020, “ce qui laisse du temps pour faire évoluer le projet”.

Début octobre, l’ARS avait publié un communiqué dans lequel elle rappelait “la feuille de route de “l’hôpital d’Aubagne” : “d’une part de définir comment adapter l’offre hospitalière publique en tenant compte notamment de l’activité de son partenaire privé ; d’autre part de créer les conditions d’un retour à l’équilibre financier qui sont nécessaires au développement du pôle d’excellence hospitalier”. L’ARS rappelle en passant qu’elle participe directement à la trésorerie de l’hôpital à raison de “4 à 6 millions d’euros chaque année”.


A la une

Martine Vassal bricole un agenda environnemental à un milliard d’euros
Moins d'un mois. C'est le temps record qu'il aura fallu aux équipes de la métropole pour se greffer sur l'agenda environnemental du conseil départemental....
Les premiers arbres de La Plaine tombent malgré la résistance
La pluie tombe, les arbres aussi et certains manifestants pleurent en voyant les premiers tilleuls chuter dans un grand crac sinistre. Ils hurlent aussi...
Conflit d’intérêts à la tête de l’institut de recherche pour le développement
Charles Duchaine est de retour à Marseille. Pas le premier juge de l'affaire Guérini en personne, mais les contrôleurs de l'agence française anti-corruption (AFA)...
À Saint-Victoret, des travaux qui se font tout seuls embarrassent la métropole
C'est un joli parc à la sortie du bourg de Saint-Victoret en direction de la gare de Pas-des-Lanciers. A côté du centre aéré fraîchement...
L’institut Ricard drague les habitants de l’Estaque avec une ferme à poissons du futur
"Nous avons proposé un projet de ferme que l'on pourrait appeler... permaquacole !", lance fièrement Patricia Ricard, petite-fille de Paul et présidente de l'Institut océanographique du...
La Ville offre une nouvelle unité d’hébergement d’urgence, à l’État de payer le reste
Jean-Claude Gaudin signait mercredi le bail emphytéotique de la future unité d'hébergement d'urgence qui doit voir le jour en 2021. Réalisée par le groupe...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Cristel MigliaccioCristel Migliaccio

    Que doit on penser des 56 millions que l’ARS PACA à donner l’année dernière à l’hôpital européen ( qui est en fait un établissement privé )?
    Comment expliquer qu’un service neuf ( la réanimation de l’hôpital d’aubagne) avec un taux d’occupation à 95% ne correspond pas à un besoin de santé du territoire?

    Signaler
  2. Denis GrandjeanDenis Grandjean

    La réanimation de l’hôpital d’Aubagne est indispensable. La fermer c’est offrir un service neuf et payé par le contribuable à la clinique locale qui n’attend que ça.
    La santé mérite mieux que ce type de tripatouillage qui se fait au détriment de ceux qui n’ont pas les moyens de se soigner dans les établissements privés.
    Merci à Marsactu de mettre ce dossier dans la lumière.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire