Les restaurateurs de la Pointe-Rouge ont quatre mois pour détruire leurs terrasses

Terrassés
Bref
Lisa Castelly
28 Juin 2017 6

Après les Catalans en 2016, c’est au tour de la plage de la Pointe-Rouge de se préparer à de grands bouleversements. L’issue finale est connue de longue date : la loi littoral veut que tous les aménagements empiétant sur les espaces du domaine maritime à usage balnéaire doivent être détruits pour être rendus aux baigneurs [ Lire notre article paru en octobre 2015]. Mais la colère reste tout de même intacte chez restaurateurs de la Pointe-Rouge qui viennent de recevoir le 20 juin une mise en demeure de la préfecture les enjoignant à détruire par leurs propres moyens tous les aménagements dépassant sur la plage, avant le 31 octobre 2017. Dans une pétition en ligne, qui a déjà recueilli plus de 9000 signatures, ils s’indignent de cette sommation « alors que nous sommes en pleine négociation avec les services de la Ville et de l’État quant aux futurs aménagements de notre plage ».

À l’avenir, la municipalité va reprendre la gestion la plage de la Pointe rouge et délivrer des délégations de services publics aux restaurateurs qui seront recrutés selon un appel d’offre. Ces derniers pourront toujours utiliser les locaux en dur situés sous la route, et installer leurs terrasses avec des structures démontables sur un périmètre rétréci. Jusqu’ici, les restaurateurs bénéficiaient d’autorisations d’occupation temporaires, dont ils dépassaient souvent la surface. Interrogé par 20 minutes, le patron du restaurant L’Escale voit dans la reprise en main de la plage par la mairie « l’appât du gain ».

La DDTM (direction départementale de la mer et des territoires) rappelle de son côté au quotidien gratuit que les propriétaires qui refuseraient de détruire leurs aménagements entreraient ainsi en contentieux avec l’État, ce qui rendrait difficile l’obtention d’une délégation de service public pour continuer à officier à la Pointe Rouge.

Source : 20 minutes

A la une

La relance accélérée du PPP des écoles paraît mal engagée
En février dernier, le tribunal administratif décidait d'annuler la délibération actant le recours au PPP, partenariat public privé à un milliard d'euros, pour la...
Le cas Benoît Payan, point de crispation de l’union de la gauche marseillaise
Tout occupé à son union inédite et nourrie d'horizontalité, le mouvement pour un "rassemblement inédit" de la gauche se détourne pour le moment de...
Les dossiers chauds du conseil municipal du 16 septembre 2019
D'abord la foire de Marseille, fin septembre, puis la rentrée politique. Depuis vingt ans, le rituel est quasi immuable avec seulement deux conseils municipaux...
Soutenue par Jean-Claude Gaudin, Martine Vassal espère éviter la « guerre des droites »
Le secret de polichinelle n'en est plus un. Après plusieurs mois de faux suspens, Martine Vassal a annoncé sa candidature aux élections municipales, vendredi...
L’étrange évacuation des habitants du 36 rue Curiol
"La Fondation Abbé-Pierre aimerait avoir des explications de Marseille Habitat sur le cadre légal de l'expulsion du 36 rue Curiol." En quelques mots mesurés,...
Plombé par un chantier coûteux, Artplexe délaisse l’art et l’essai pour le cinéma commercial
Il est le cinéma censé amorcer le renouveau de la Canebière. Artplexe, dont les travaux font face au kiosque des Mobiles, s'écarte soudainement de...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. ReuzeReuze

    Les restaurateurs accusent la ville d’être motivée par l’appât du gain.
    J’imagine donc qu’eux travaillent à perte, ou juste à l’équilibre, dans le seul objectif de maintenir la convivialité, de développer l’emploi et de payer des taxes.

    Sinon, la pétition des restaurateurs de la Pointe Rouge a déjà obtenu plus de signatures que celle visant à préserver la zone de vestiges antiques de la Corderie.
    Je propose donc d’installer des camions pizza sur chaque site de fouille archéologique, et dans chaque espace vert du centre-ville, afin de créer des TAD (Terrasses À Défendre). Succès garanti.

    Signaler
    • LaPlaine _LaPlaine _

      Vous allez donner des idées à l’Assemblée de la Plaine, de grâce ne les excitez pas.

      Signaler
  2. ptit-marinptit-marin

    chantage de la part des services de l’étatet complicité coupable de ceux de la mairie, incapables de bien entretenir nos plages, les ouvrir, surveiller et autres tout l’année.
    l’impression de revenir aux années ou la ville et l’état attaquaient ceux qui entretenaient Planier à leurs frais pour le plaisir de tous.
    « crétins » de services publics.
    honte à eux

    Signaler
  3. Electeur du 8eElecteur du 8e

    Décidément, il est toujours aussi difficile pour certains, ici, d’admettre que la loi française s’applique aussi à Marseille.

    De surcroît, personne n’a été pris au dépourvu : ça fait un moment maintenant que les conventions d’occupation temporaire (bien lire « temporaire ») sont peu à peu remises en cause.

    En l’absence d’argument crédible, il n’est cependant pas indispensable de se ridiculiser en confondant « application de la loi » et « appât du gain ».

    Comme @Reuze, j’ai remarqué le succès étrange de la pétition en faveur du « patrimoine » gastronomico-architectural de la plage de la Pointe-Rouge… Mais peut-être la destruction des hideuses constructions qui empiètent sur celle-ci permettra-t-elle de découvrir le « tibia de César »…

    Signaler
    • LaPlaine _LaPlaine _

      César aurait été dispersé façon puzzle?

      Signaler
  4. PiouPiou

    D’un côté, je suis favorable au principe de la délégation de service public et à la fin d’un oligomonopole que j’imagine très juteux. De l’autre, des procédures de DSP mises en œuvre par la Ville de Marseille sans magouille ni enrichissement personnel et dans le respect de la réglementation, j’ai de très gros doutes…

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire