44 postes supprimés à l’usine Coca-Cola des Pennes-Mirabeau

VIDÉS
Bref
Benoît Gilles
19 Oct 2017 0

« Dégoût et colère ». Le délégué CGT de l’usine Coca-Cola, Christian Locastro, n’avait pas d’autres mots après l’annonce par la direction de la suppression de 44 postes aux Pennes-Mirabeau, sur les 128 supprimés en France. La Provence rapporte les propos d’un porte-parole de Coca-cola european partners, premier embouteilleur de la firme américaine, qui évoque un changement d’habitude des consommateurs « qui délaissent les boissons gazeuses au profit du thé et de l’eau ».

La firme se prépare à lancer de nouvelles boissons sur ce nouveau créneau, mais sans passer par l’usine des Pennes. Un comité d’entreprise est prévu aujourd’hui pour détailler les conditions de départ. La firme souhaite privilégier les départs anticipés à la retraite et les départs volontaires.

0
commentaires
Source : La Provence

A la une

Métro Gèze : la métropole sort les rames
Non, on ne verra pas les fameuses armoires électriques car "le métro fonctionne en ce moment". À l'origine du retard considérable de la livraison...
À l’hôpital Nord, les manifestants désespèrent de voir un jour arriver le métro
Le choix du parvis de l'hôpital Nord, pour une manifestation en faveur d'un métro dans les quartiers Nord, a la force de l'illustration. À...
Policiers « escortés » par des scooters, un clip de rap à l’origine de la vidéo choc
"Regardez comment les policiers sont traités, et j'en ai plein d'autres des vidéos comme ça. Ce que je veux dire, c'est que ce sont...
« On apprend aux filles à se méfier de l’espace public »
Prendre les transports, aller d'un point à un autre dans la ville, s'arrêter sur une place, rentrer tard le soir... Que l'on soit homme ou...
Des quartiers Nord à la Belle de Mai, elles veulent une ville pensée pour elles
"On est toutes des militantes. On ne voulait pas faire la cuisine, on voulait faire des projets !" Comme ses amies du groupe Passer'elles...
« Si l’outrage sexiste est dans le code pénal, on pourra agir »
Lorsqu'une femme victime de violences arrive dans un commissariat, l'expérience n'est pas toujours aisée. À Marseille, le bureau d'aide aux victimes, rattaché à la...

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire