44 postes supprimés à l’usine Coca-Cola des Pennes-Mirabeau

VIDÉS
Bref
Benoît Gilles
19 Oct 2017 0

« Dégoût et colère ». Le délégué CGT de l’usine Coca-Cola, Christian Locastro, n’avait pas d’autres mots après l’annonce par la direction de la suppression de 44 postes aux Pennes-Mirabeau, sur les 128 supprimés en France. La Provence rapporte les propos d’un porte-parole de Coca-cola european partners, premier embouteilleur de la firme américaine, qui évoque un changement d’habitude des consommateurs « qui délaissent les boissons gazeuses au profit du thé et de l’eau ».

La firme se prépare à lancer de nouvelles boissons sur ce nouveau créneau, mais sans passer par l’usine des Pennes. Un comité d’entreprise est prévu aujourd’hui pour détailler les conditions de départ. La firme souhaite privilégier les départs anticipés à la retraite et les départs volontaires.

0
commentaires
Source : La Provence

A la une

Combat de coqs pour diriger la French Tech Aix Marseille

Un voyage aux États-Unis et des contrats plein les poches. Les entrepreneurs des 21 sociétés estampillées Aix-Marseille French tech (AMFT) sont encore un peu...

Treize espaces de lecture en danger, c’est la faute aux coupes...

Liquidation, tout doit disparaître. Il ne s'agit pas là d'une collection de la saison passée qu'on brade ou d'un commerce étranglé par les loyers,...

Des femmes journalistes de la Provence racontent leur « plafond de verre...

"Time's up !" C'est en reprenant le message de ralliement des actrices hollywoodiennes destinées à lutter contre le sexisme et le harcèlement dans le...

Qui pour diriger la RTM ?

Il a été nommé lorsque la communauté urbaine de Marseille était présidée par le socialiste Eugène Caselli, en 2008. Il a ensuite passé sans...

Le collège Rosa-Parks submergé par la violence ordinaire

Rafik n'est pas là pour illustrer quoi que ce soit, et pourtant, son attitude résume une atmosphère tendue. Le visage fermé, retenu par un...

La SNCF oblige ses usagers des quartiers Nord à circuler en...

"Ils voudraient accentuer la ghettoïsation, ils ne s'y prendraient pas autrement..." Mohamed Mourimoudou ne décolère pas. Enseignant en EPS au collège Elsa Triolet (15e)...

Vous devez être vous-même abonné pour écrire ou voir un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire