Au palais omnisports, “pas d’appel à casser”, mais 10 000 euros de dégâts

Décryptage
le 9 Nov 2021
7

Samedi dernier, des centaines de jeunes se sont retrouvés devant le palais omnisports de la Capelette avant que certains d'entre eux ne forcent l'entrée. De lourds dégâts matériels sont à déplorer, mais l'origine de ce rassemblement est moins claire qu'il n'y paraît.

Plusieurs centaines de jeunes s'étaient massés dans la file d'attente du palais de la glisse avant que la situation ne dégénère. (Photo Tiktok)

Plusieurs centaines de jeunes s'étaient massés dans la file d'attente du palais de la glisse avant que la situation ne dégénère. (Photo Tiktok)

Des hordes de jeunes prêts à tout saccager après un appel sur les réseaux sociaux ? Les incidents qui ont eu lieu ce samedi au sein du palais omnisports de la Capelette (10e) ont pu être interprétés ainsi. “Un millier de jeunes qui sont entrés de force dans les locaux”, ils “se sont donnés rendez-vous sur les réseaux sociaux et ont commis diverses dégradations”, selon BFM“Un véritable cauchemar”, écrit La Provence.

“Des agents se sont pris des coups. Si un de ces jeunes venait armé, il y aurait pu y avoir un drame”, ajoutait même, toujours sur BFM Marseille, l’adjoint aux sports Sébastien Jibrayel. Celui-ci annonçait un peu plus tôt son souhait de déposer plainte et de demander aux dirigeants des réseaux sociaux TikTok et Snapchat de bannir les auteurs des faits. Voilà pour les réactions à chaud. À froid, il semble que les évènements demandent à être recontextualisés.

“Je pouvais rien faire, ça a dérapé”

Sidi, 18 ans, est partagé entre fierté et peur. Il pense avoir participé à la surfréquentation ayant entraîné les incidents de samedi. “Trois jours avant, j’ai fait une vidéo à la patinoire, ça a dû plaire à des gens qui se sont dit pourquoi ne pas y aller ?”, raconte-t-il à Marsactu. La courte vidéo en question, diffusée sur TikTok comptabilise plus de 50 000 vues, près de 4000 mentions “j’aime” et quelque 220 commentaires. Le jeune homme a réalisé d’autres vidéos sur Snapchat mais assure ne jamais avoir donné de rendez-vous particulier, avec une date, une heure et un lieu. Sidi est un habitué des lieux. Sur les réseaux sociaux, il se met en scène sur la glace devant ses dizaines de milliers d’abonnés habitués à le suivre au quotidien – un de ses comptes en compte plus de 100 000.

“On s’est retrouvés devant la porte. Normalement ils ouvrent à 14 heures. Là, à 14 h 30 ils n’avaient toujours pas ouvert. Il y avait plein de monde, on était tous bloqués dehors. Il y a eu des bagarres et des confrontations avec la police”, décrit-il encore. Durant l’intrusion, il filme la scène. Des vidéos qui ont disparu de son compte dans la journée de lundi. D’autres images filmées par des jeunes sont toujours disponibles, comme celle ci-dessous ou encore ici. Une fois à l’intérieur, “je pouvais rien faire, ça a dérapé“, déplore Sidi qui assure n’avoir lancé aucun appel à dégrader la patinoire.

@yanis_0s

patinoire a marseille cetait nimporte quoi #marseille #patinoire #pourtoi

♬ son original – Tksles

“Il n’y avait pas que des casseurs”

Ce que confirme Sébastien Jibrayel. Contacté par Marsactu, l’adjoint aux Sports temporise : “Il n’y a pas eu d’appel à rassemblement pour casser le site. Mais quand il y a des milliers de followers, les réseaux sociaux ça peut devenir compliqué, il ne faut pas faire n’importe quoi. Si on ne fait rien ça pourra recommencer. C’est peut-être comme un appel à boire un coup… C’est ce que nous cherchons à savoir, on attend les résultats de l’enquête.” Au sujet des conséquences, il ajoute : “Il n’y avait pas que des casseurs, mais certains étaient déchaînés. Les dégâts sont principalement matériels, ce sont des vélos, des skates, des trottinettes cassés. Ainsi que le sas d’entrée.”

Une cinquantaine de jeunes a voulu entrer de force, entraînant une vague humaine avec beaucoup de curieux.

Sébastien Jibrayel, adjoint aux sports

Selon la mairie de Marseille, les jeunes garçons et filles rassemblés dehors avant l’intrusion n’étaient pas un millier, mais plutôt entre 500 et 600. Entre 200 et 300 seraient entrés dans l’enceinte du palais de la glisse. Seule “une cinquantaine de jeunes a voulu entrer de force, entraînant une vague humaine avec beaucoup de curieux”, précise encore à Marsactu Sébastien Jibrayel. Une seule interpellation a eu lieu, pour violence sur personne dépositaire de l’autorité publique. Quant aux dégradations matérielles, elles s’élèvent à 10 000 euros, selon les premières estimations de la préfecture de police. Une enquête est en cours pour déterminer les auteurs des faits. Et chercher à établir d’où ce mouvement est parti.

La patinoire en pleine hype

Comme Sidi, d’autres jeunes Marseillais se retrouvent régulièrement sur la glace de la Capelette. Sur TikTok, nombreux sont les commentaires qui évoquent une importante affluence ces derniers jours. Il y a une semaine, par exemple, une utilisatrice poste une vidéo tournée à la patinoire marseillaise qu’elle intitule : “Venir à 14 heures pour patiner à 16 heures, on est où là ?”. Dans les commentaires, la conversation se tisse dans les deux jours qui suivent : “La même, deux heures de file”, “pourquoi tout le monde part à la patinoire en ce moment ?, “J’y étais hier soir c’était le bordel”, etc. De même les vidéos postées par Sidi, comme celle ci-dessous, font l’objet de nombreux échanges.

@sidime10tsnap

Mon snap kinder.boueno

♬ son original – Aless Spam

Kilyan, 17 ans, était ce samedi à la patinoire, comme il y était quatre jours avant. “Il y avait tarpin de monde aussi, on a fait une heure de queue. Mais samedi, il y en avait plus que d’habitude, c’est clair. C’était le dernier week-end où on pouvait y aller. Mais personne n’était là pour casser, les vigiles nous ont demandé de nous mettre en file un par un. Sauf qu’on était trop nombreux, ils ont mis des barrières et c’est là que certains ont poussé”, raconte ce dernier qui vient depuis l’Estaque pour patiner. Il ajoute : “avant, je connaissais personne qui allait à la patinoire, mais depuis ces vacances, tout le monde met des vidéos sur TikTok de là-bas.”

Contacté, le gérant de la patinoire, Vert Marine, opérateur privé délégataire de la mairie de Marseille, n’a pas répondu à notre sollicitation. Mais selon la mairie de Marseille celui-ci pourrait également déposer plainte. Victime de son succès.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Pierre12 Pierre12

    Pour une patinoire dont tout le monde a critiqué sa construction, on constate qu’elle a un peu de succès…

    Signaler
    • Luciole Luciole

      L’élu actuel aux sports n’a eu de cesse de dire que cet établissement ne servait à rien . Le voir le défendre est assez savoureux …

      Signaler
    • petitvelo petitvelo

      un peu, c’est sans doute ce qui a dissuadé la précédente équipe de construire des piscine, la peur des émeutes dans les files d’attente ;o)

      Signaler
    • vékiya vékiya

      très ponctuel le succès.

      Signaler
  2. julijo julijo

    cela ressemble davantage à un rdv de jeunes pour “patiner” qui a pris une ampleur un peu démesurée, qu’un rdv pour tout casser.
    alors pour “patiner” … ça a été bien le cas !
    heureux de savoir, quand même, que mes impôts n’ont pas servi à rien. cette patinoire connait un franc succès !

    Signaler
  3. gastor13 gastor13

    Il est de la famille de qui ? Pour qu’il y ait un tel rétropédalage de la part de la Mairie c’est sans doute la seule explication..

    Signaler
  4. Patafanari Patafanari

    Des vélos, des skates, des trottinettes cassées.
    D’accord avec les jeunes. Que faisaient ces engins détestables dans un palais de la glisse?

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire