Agresseur et harceleur sexuel présumé, un chercheur de l’IHU révoqué de la fonction publique

Enquête
Benoît Gilles
14 Nov 2017 2

Accusé de harcèlement et agression sexuelle un directeur de recherche de l'unité de recherche du professeur Raoult a été révoqué de la fonction publique par la commission disciplinaire du CNRS. Les syndicats dénoncent l'absence de signalement de sa hiérarchie et des menaces sur les victimes supposées. Le professeur Didier Raoult évoque "une histoire individuelle" et dénonce une cabale.

L'entrée de l'IHU à la Timone. Photo : B.G.

L'entrée de l'IHU à la Timone. Photo : B.G.

La sanction est lourde, exceptionnelle. E.G., chercheur au sein de l’Urmite, unité de recherche du professeur Didier Raoult a été révoqué de la fonction publique par la commission administrative paritaire du CNRS, réunie le 13 octobre dernier. La sanction administrative est à la hauteur des faits qui lui sont reprochés et qui font l’objet d’une plainte pénale et d’un signalement au procureur de la part du président de l’université d’Aix Marseille (lire notre article).

Ce directeur de recherche au sein d’un laboratoire rattaché à l’Institut hospitalo-universitaire d’infectiologie (IHU) est accusé d’avoir commis des actes de harcèlement sexuel et d’agression sexuelle sur des personnes exerçant auprès de lui. Deux d’entre elles ont porté plainte à la suite de la visite des Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions  de travail (CHSCT) au sein de l’Urmite, le 7 juillet dernier (lire notre article). Elles ont également témoigné lors de cette visite auprès de représentants de l’université et du syndicat CGT.

“Il est quatre heures…”

L’une d’elles, madame A, dit avoir subi ces faits de harcèlement sexuel pendant sept ans sous la forme de “propos à connotation sexuelle, blague à caractère sexuel, remarques sexistes”. À titre d’exemple, et selon un autre agent de l’Urmite, E.G. aurait pour coutume de dire devant le personnel féminin de son laboratoire : “Il est 4 heures, c’est l’heure de ma pipe, qui est-ce qui s’y colle ?”

Selon le témoignage d’une ancienne collègue du chercheur mis en cause, celui-ci serait coutumier de ce type d’humour particulièrement déplacé dès ses premières années de recherche. Il lui aurait ainsi montré son sexe à l’occasion d’une de ces “blagues”. “Il pouvait également modifier les conditions d’un test derrière votre dos, saboter une manipulation, vous dénigrer systématiquement, explique cette ancienne chercheuse à l’Urmite aujourd’hui partie dans le privé. Dans des cas de harcèlement, ce n’est que lorsqu’on met bout à bout tous ces petits faits subis qu’on s’aperçoit ensuite qu’il s’agit de harcèlement qui a un effet nocif sur soi”.

“Comportement dénigrant et oppressant”

Lors de la séance de la commission administrative paritaire (CAP) disciplinaire du 13 octobre, le directeur de l’école doctorale, Jean-Louis Mège a lu le témoignage de quatre autres femmes, également victimes présumées de faits de harcèlement sexuel. Ces faits étaient associés “à un comportement dénigrant et oppressant caractérisé notamment par des critiques répétées sur leur activité y compris devant des collègues, des insultes et des pressions”, ainsi que le rapporte la CAP dans sa décision.

La seconde victime présumée, madame B, “jeune étudiante étrangère placée sous la responsabilité d’E.G. dans le cadre d’un stage de fin d’études” a subi les mêmes agissements “jusqu’à des faits d’attouchements sexuels”. Ces faits présumés, commis par une personne dépositaire d’une relation d’autorité relèvent clairement d’une agression sexuelle selon plusieurs personnes qui ont pu recueillir ce témoignage.

Dans les conclusions publiées au bulletin officiel du CNRS, son président Alain Fuchs souligne que l’une comme l’autre “ont manifesté leur refus et du dégoût face à de tels agissements”.

Défaut de signalement

Pour les syndicalistes de la CGT qui rendaient publique cette sanction lors d’une conférence de presse ce lundi, ces comportements ne sont pas le fruit de la dérive d’une seule personne mais relèvent d’un système mis en place autour de la personnalité du directeur de l’Urmite, Didier Raoult. “Je suis sidérée par le fait que le directeur de l’Urmite ait pu ne pas signaler des faits de harcèlement à sa hiérarchie et à ses tutelles pendant deux ans”.

En effet, mesdames A et B se sont plaintes des faits dont elles disaient être victimes dès 2015 auprès du directeur de l’école doctorale et codirecteur du laboratoire de recherche d’E.G.. Celui-ci aurait alors informé Didier Raoult de ces faits sans que ce dernier ne saisisse la présidence d’Aix Marseille université ou le procureur de la République au titre de l’article 40 qui impose à tout fonctionnaire de saisir la justice de tout fait délictueux dont il aurait connaissance.

“J’ai été saisi par plusieurs jeunes femmes en 2015, explique Jean-Louis Mège, dont E.G. était l’adjoint au sein du laboratoire. Je ne l’ai pas été au titre de mon statut de directeur de l’école doctorale mais au titre de la direction de laboratoire. C’est pour cette raison que j’en ai fait part au directeur de l’unité. Ce dernier a reçu E.G. en ma présence et seul. Ce dernier était dans le déni.” Le professeur d’université et praticien hospitalier insiste sur le fait que les victimes elles-mêmes ne souhaitaient pas aller plus loin : “Ce n’était pas simple pour elles, ni de se plaindre auprès de l’université, ni d’aller le faire devant la police”.

“D’abord à elle de faire son devoir”

Ce dernier se défend avec véhémence d’avoir manqué à ces obligations. “Tout d’abord, j’ignorais tout des obligations de l’article 40 jusqu’à une date récente, explique Didier Raoult depuis Dakar où il est en mission. Ensuite, cette obligation s’impose à tous les fonctionnaires. Or, si on compte la première personne qui s’est plainte et le directeur de l’école doctorale, je suis la troisième personne à avoir été saisie de ces faits présumés. Ce n’était donc pas à moi seul qu’incombait cette responsabilité. C’était d’abord à elle de faire son devoir”, dit-il aujourd’hui à propos d’une femme qui dit avoir subi 7 ans de harcèlement.

Il insiste ensuite sur le fait que ces actes n’ont pas été commis au sein de son institut mais “dans une aile éloignée de la faculté de médecine”. Selon lui, le chercheur mis en cause a aussitôt été changé de bureau pour éviter qu’il ne croise ses victimes présumées. Un fait réfuté par la CGT. “Les supposées victimes et celui qu’elles ont désigné comme leur agresseur ont été installés dans des laboratoires contigus au sein des nouveaux locaux de l’IHU”, s’insurge Magali Torrès, élue CGT du CHSCT de l’Inserm.

Jean-Louis Mège confirme les deux versions : “E.G. a été placé dans un bureau collectif à l’écart de ses victimes présumées. Ensuite, dans un deuxième temps, les laboratoires étaient contigus au sein de l’IHU mais la configuration des lieux ne permet pas que des faits similaires se reproduisent. D’ailleurs, à ma connaissance, rien ne s’est passé depuis 2015”.

“Menaces proférées”

Par ailleurs, le syndicat a écrit plusieurs courriers fin août et début septembre aux présidents du CNRS et de l’université, Yvon Berland pour les alerter de “menaces (…) actuellement proférées par monsieur Raoult à l’encontre de madame A, ingénieure d’études”. “Nous venons d’être informés que monsieur Raoult a l’intention d’exclure madame A de l’Urmite. C’est inadmissible”, écrivent conjointement Cédric Bottero secrétaire général (Ferc Sup CGT) à AMU et Josiane Tack secrétaire général du SNTRS -CGT, fin août.

Les mêmes reprennent la plume début septembre pour alerter Yvon Berland toujours et la ministre de la recherche Frédérique Vidal, sur des menaces subies par madame B, cette fois sur la bourse de l’IHU qui lui permet de poursuivre sa thèse. Des faits que dément formellement Didier Raoult. Il dit même avoir un courrier de ladite étudiante niant toute menace de sa part. Quant à l’ingénieure de recherche, la menace était plutôt selon lui un conseil. “C’est un privilège extraordinaire qu’ont les fonctionnaires de pouvoir demander leur mutation, c’est uniquement ce que je lui ai suggéré, prétendre le contraire relève de la diffamation”.

“Nous avons préféré quelqu’un de plus jeune”

Quant au professeur d’université et praticien hospitalier qui a témoigné en faveur des victimes supposées lors de la CAP d’octobre, il n’est plus appelé à être directeur adjoint de Mephi, l’une des deux unités de recherche qui doit prendre la place de l’Urmite en janvier prochain. Mais, là encore, Didier Raoult nie une quelconque manœuvre de sa part : “Cela n’a rien à voir. C’est une question de rééquilibrage des deux unités de recherche qui doivent prendre la place de l’Urmite du fait qu’elles doivent recevoir la labellisation de l’IRD et de l’Aix Marseille université. Ce monsieur a beaucoup d’activités, nous avons préféré que le directeur adjoint soit quelqu’un de plus jeune”. Jean-Louis Mège lui-même nie tout manœuvre liée à son témoignage de la CAP et plaide également sur le choix d’une personne plus jeune. Il dément également les pressions faites sur les victimes.

De manière générale, Didier Raoult se refuse à relier les faits reprochés à E.G. à des questions de harcèlement moral dénoncées au printemps par une lettre anonyme (lire notre article). “C’est une histoire individuelle, martèle-t-il. Je ne suis pas juge, ni policier. Cette révocation concerne la tutelle, en l’occurrence, le CNRS. Nous verrons ce que dira la justice.”

Réussite insolente de l’IHU”

Le professeur Raoult préfère insister sur la “réussite insolente de l’IHU” dans la lutte contre les maladies infectieuses. S’il y a des remous, ils sont à ses yeux dus aux effets du déménagement des équipes de recherche au sein de l’institut, nouvellement créé, sur une partie de son personnel, à son propre départ à la retraite ou encore à des jalousies et à la volonté de nuire aux IHU, notamment du PDG de l’Inserm, Yves Lévy.

Ces arguments sont balayés d’entrée par les syndicalistes qui rappellent que les alertes concernant les méthodes de Didier Raoult remontent bien avant la création de l’IHU. Pour les élus du personnel comme pour les anciens salariés de l’Urmite dont nous avons pu recueillir les témoignages, ces dérives sont avant tout les symptômes d’un système mis en place autour de sa personne. Ils espèrent aujourd’hui que les tutelles veilleront à ce que les 26 recommandations du rapport du CHSCT soient suivies d’effets. La participation du CNRS comme de l’Inserm aux deux unités filles de l’unité du professeur Raoult est d’ores et déjà compromise.

Actualisation mardi 14 novembre à 12 heures : Ajout des déclarations de Jean-Louis Mège, professeur d’université et praticien hospitalier, témoin devant la CAP disciplinaire.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

1 € LE 1ER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

Paysage de l’habitat indigne dans le centre-ville de Marseille
Le 5 novembre dernier, huit personnes perdaient la vie dans l'effondrement de leur immeuble, rue d'Aubagne, à Noailles. Depuis manifestations et mobilisations citoyennes se...
Au 22 rue des Feuillants, plongée dans les limbes d’une copropriété dégradée
Février 2018. Marsactu organise son premier débat au théâtre de l'Oeuvre. Le thème de la soirée : "le centre-ville pour qui, pour quoi ?"....
Le département refuse de conditionner ses aides aux communes à la construction de HLM
Comme un air de déjà-vu. Vendredi, au lendemain d'un conseil métropolitain marqué par la question de la lutte contre l'habitat indigne, l'assemblée départementale a...
Habitat indigne : la métropole lance le débat “du futur” et laisse le passé à la Ville
La tension est à la mesure de la gravité du moment. La présidente de la métropole, Martine Vassal égraine les prénoms des morts de...
À Saint-Just, un pique-nique protestataire pour dénoncer la grève des cantines
"Nous, parents d’élèves, sommes pris en otage !" Paquets de chips, pizzas et sandwichs sont au menu ce jeudi, pour agrémenter un pique-nique de...
Un mois après le drame rue d’Aubagne, le débat sur l’habitat indigne s’impose à la métropole
Le débat politique se déplace et l'action avec. À la suite du report en urgence par Jean-Claude Gaudin du conseil municipal prévu lundi, c'est...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire