Un cinéma de quartier sur le Cours Ju

Billet de blog
Lagachon
28 Nov 2013 0

Si vous êtes passés devant le 49, Cours Julien, vous aurez pu voir ce rideau de fer décoré qui invite à soutenir le projet de Vidéodrome 2. Le vidéo-club d’art et d’essai installé depuis une dizaine d’années rue Vian fait appel à notre soutien pour “s’upgrader” en ouvrant sur le cours voisin un espace de 160m² dédié au cinéma avec salle de projection, vidéoclub, librairie et café (avec terrasse) ouvert 6j/7. A deux semaines de la clôture, la levée de fonds a presque atteint 80%, encore 4000€ pour pouvoir tous profiter de ce cinéclub de quartier qui manque encore en centre-ville. Positionnement dans le paysage marseillais, rentabilité et réseau, Justine Simon répond à quelques questions.Avant de laisser la parole à Justine, quelques éléments de contexte : le vidéodrome avait déjà attiré mon attention il y a un peu plus de deux ans avec sa formule “à volonté”, et j’avais été impressionné par le nombre de DVD proposés. Leur projet d’ouvrir un lieu plus grand avec une salle de projection m’a tout de suite séduit, d’autant plus qu’il manque à Marseille une cinémathèque. Ce projet, quel est-il en détails ?

160m² sur le Cours Julien avec (pour tous les détails et pour choisir comment les aider, voir la page kisskissbankbank) :

  • le vidéoclub (fonds de 5000 dvd enrichi à raison de 50 dvd/mois), et des formules d’abonnement illimités à 45 ou 60€/an.
  • une salle de projection de 50 places (avec des vrais sièges de cinéma) et toutes les semaines : 4 séances en soirée + 1 séance enfant l’après-midi.
  • Une librairie spécialisée
  • Un café avec terrasse

Mais me posant des questions sur leur positionnement face à l’offre existante, et les difficultés rencontrées par les uns et les autres, j’ai posé quelques questions par email à Justine qui m’a gentiment répondu.

On y apprend déjà que l’idée vient du constat qu’il manque des espaces de diffusion dans le centre-ville, malgré le très bon travail de très nombreuses associations. D’ailleurs, plusieurs d’entre-elles pourraient trouver dans le nouveau Vidéodrome un partenaire (des discussions sont déjà en cours), car il s’agit de “créer un lieu de ressource et de partage du cinéma avec le vidéoclub, la librairie, le bar et une quinzaine de partenaires (de la région principalement) qui élaboreront avec nous la programmation“.

5 séances par semaine !

Pas de concurrence en vue avec le Variété/César (qui vient de perdre son label Art et Essai) puisque Vidéodrome 2 opte pour le modèle associatif pour sa partie diffusion et que son unique salle ne compte “que” 50 places. Par contre, même s’ils préfèrent le nom de cinéma de quartier à celui de cinémathèque : “Nous définissons le Videodrome 2 plutôt comme un cinéma de quartier, dans l’esprit des ciné-club, que comme une cinémathèque. En effet, nous proposerons au public des séances “ciné-club” et du cinéma classique, mais nous souhaitons aussi montrer des œuvres contemporaines, et une grande variété de films“, avec leur 5 séances par semaine (dont 4 en soirée), il ringardisent de fait l’offre municipale dans la salle miteuse du Bd d’Athènes (ce n’est pas Justine qui le dit mais moi) qu’ils le veuillent ou non.

A raison de 4 projections en soirée et une en après-midi chaque semaine, nous souhaitons proposer un rendez-vous régulier avec nos moyens modestes (une salle de 50 places) et des films rares, incontournables, curieux, contemporains et classiques.
Nous pensons aussi que la constitution d’un réseau de Diffusion Cinématographique Alternative est importante pour que certaines œuvres sortent des placards et circulent après leur vie en festival et/ou si elles ne trouvent pas de distributeurs. Nous travaillerons de près avec des réalisateurs, des producteurs et des festivals.

4€ la séance

Du côté du modèle économique, on est très lucide, et pour ne pas faire peser la rentabilité sur les seules projections (difficilement compatible avec une programmation exigeante), le projet a été pensé en deux parties :Videodrome 2 c’est une SCOP (Diffusion Cinématographique Alternative) et une association les Écrans du Videodrome. La première gère l’activité commerciale (vidéoclub, bar, librairie) et la seconde la programmation de la salle. L’activité de programmation et de diffusion n’a pas vocation à être lucrative, (même si l’association veille bien sûr à maintenir son équilibre financier). C’est une équation favorable à une plus grande liberté dans les choix de programmation.” Par ailleurs, la SCOP est soutenue par la couveuse Inter-made : “Nous recevons ainsi une aide technique et un suivi très importants pour la mise en place de notre projet. Avec Intermade, nous préparons également les dossiers de demande d’aide auprès des organismes d’aide à la création d’entreprise coopérative“. L’association a également déposé des demandes de subventions aux institutions pour 2014.

Côté recettes, ils pourront donc tabler sur le café (une terrasse sur le Cours Julien, ça ne devrait pas être trop déficitaire), les 1500 abonnés au vidéoclub, et un prix souple pour les projections : “4€ pour les séances spéciales et prix libre sur adhésion à l’association pour les autres séances“.

Pour plus d’infos et voir Justine en vrai : l’article de Marsactu sur le sujet.

Je leur souhaite beaucoup de courage pour terminer la levée de fonds, si le projet vous intéresse, faites un petit tour par kisskissbankbank, et surtout, lorsque ce sera ouvert : allez-y !

Màj 10/12/13: ça y est, la levée de fonds est réussie, on va pouvoir suivre les travaux et l’ouverture…

3de4ff401d8211e38a6422000a9e08ee_7

Lagachon
Lagachon… qu’es aco? A l’agachon veut dire aux aguets, le mot vient du provençal « agacha » qui peut vouloir dire regarder, observer… on l’utilise notamment à la pêche !


Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire