Où inviter une Aixoise exigeante à boire un verre à Marseille ?

Billet de blog
par Lagachon
le 14 Mar 2013
5

Nous inaugurons aujourd’hui la section Lagachic. Nous, c’est à dire mon amie Aixoise et moi, qui avons mis nos tenues des grands jours pour aller tester neuf bars d’hôtels de luxe à Marseille. Car oui, il y a 9 hôtels de luxe à Marseille, et même plus ! Nous n’avons testé que les 4 et 5 étoiles (recensés par l’office du tourisme) qui disposent d’un bar et qui avaient l’air sympathiques sur les photos. Quelques verres et plusieurs dizaines d’euros plus tard, voilà un extrait de notre sélection.

Le saint des saints
Le saint des saints

Alors d’abord, quel est le périmètre de l’étude comparative ? Ont été évalués, autour du Vieux-Port : le Sofitel, le Radisson, le New Hotel Pharo, le Beauvau, le Novotel. Sur la Corniche : le Petit Nice, le Pullman, le New Hotel Bompard. Et vers Borely : la Villa Massalia. [Ont été exclus avant le test : le Tonic (pas de bar), tous les Mercure (trop standards), la Résidence du Vieux Port (pas de bar) et le Mama Shelter (3 étoiles)].

Edit 24/06 : nous avons intégré l’Intercontinental qui n’est pas venu bouleverser le classement.

Avant d’aller plus loin, une remarque générale : même si nous n’avons pas eu de mal à faire la sélection de nos trois favoris, il ne faudrait pas croire que les six autres soient mauvais. A ce niveau, c’est souvent bien, voire même très bien. Maintenant, il existe des différences saillantes auxquelles nous avons fait attention et que nous tenterons de bien restituer ici.

Une première différence, l’ambiance générale. Nous les avons classés en trois catégories : “ça dépend de l’occasion”, “c’est pratique” et “on y est très bien”. Et nous vous parlerons surtout des derniers, car c’est ce que nous cherchions, et c’est là que votre amie Aixoise sera comblée.

Pour aller vite sur les deux premières catégories, on dit “ça dépend de l’occasion” lorsque l’identité de l’hôtel ou du cadre est très fort, ou que les autres clients, le service, sans être mauvais, donnent une ambiance particulière qui, nous, ne nous a pas conquis mais qui pourrait plaire à d’autres (par exemple le Pullman Palm Beach).

Ensuite, dans la catégorie “c’est pratique”, ceux qu’on ne conseille pas pour un petit verre entre amis car ils ont la froideur des hôtels à séminaires, un petit côté hall de gare, impersonnel et sans surprises. En revanche, c’est standardisé, souvent propre et facile d’accès (par exemple le Novotel Vieux-Port).

Enfin, les “on y est bien” sont ceux que l’on recommande pour un moment luxe entre amis. Vous voulez vivre une expérience qui sort de l’ordinaire, qui emmène loin du chaos marseillais ? Pour moins de 15€, offrez-vous une heure (ou plus) de luxe, de détente et d’exception.

Le Sofitel : le meilleur compromis que nous ayons trouvé. Sur les basiques, tout est là (service, propreté, accueil, cadre), avec en prime, une vue exceptionnelle, une carte à des prix honnêtes (10€ le verre de Cassis blanc), d’agréables surprises (chips à la vitelotte servies avec l’apéritif). On m’a soufflé qu’ils avaient des soirées avec piano-jazz.

Le Petit Nice : un petit coin de paradis où il faut oser rentrer (qui sait qu’il est possible d’y prendre un café ?), comme un écrin qui offre en plus de la qualité une certaine discrétion et le charme des Relais Châteaux. Mais tout ça a un prix qui peut en faire halluciner certains, (on me souffle 9€ l’expresso dans l’oreillette), mais ne serait-il pas vulgaire de parler d’argent ?

Le New Hotel Bompard : c’est un peu celui que l’on attendait pas. Alors il faut aller le chercher (15 minutes d’ascension minimum depuis la Anse de la Fausse Monnaie). Mais le cadre est mignon, discret, et même si tous les basiques ne sont pas au top (carte un peu pauvre, toilettes limite chambre d’hôte 2*), les prix suivent la même tendance et on s’y retrouve, à l’aise dans les capitons des fauteuils en cuir.

Voilà donc un extrait de cette étude “en profondeur”, nous tenons à disposition une version “longue”, exhaustive et rigolote dans laquelle chaque bar est associé à une position sexuelle (on ne sait jamais comment terminera la soirée avec l’Aixoise…), à retrouver dans le n°3 de la Brousse, le magazine avec des vrais morceaux de Marseille (disponible en librairies, à la Jetée, au Waaw etc…) courant juillet.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. clément clément

    Par “aixoise exigeante”, vous entendez “pétasse vénale”?

    Signaler
    • Non, j’entends “personne qui aime les beaux espaces”, donc sauf à me considérer moi aussi comme une pétasse vénale, ce n’est pas ce que j’entendais.

      Signaler
  2. larcheron Marianne larcheron Marianne

    ça marche aussi si on remplace Aixoise par Parisien ? ; )

    Signaler
    • Evidemment, tout comme si l’on remplace par lyonnais, bordelais ou genevois.

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire