Enquête publique (Plan de Déplacement Urbain): un PDU qui préfère encore la voiture au vélo!

Billet de blog
par kukulkan
le 27 Avr 2021
1

Pour apporter votre contribution à l’enquête publique, en vous inspirant, copie-collant, ou vous écartant de la présente contribution, c’est par ici !

L’enquête est ouverte jusqu’au 21 Mai à 17 heures.

En tant que citoyen, j’ai parcouru le PDU objet de l’actuelle enquête publique et j’ai rassemblé des avis sur différents sujets. Libre à vous de faire de même et de proposer des améliorations en commentaire.

Voilà ce qui cloque avec ce nouveau document, : un budget « levier route » 7 fois plus élevé que le budget vélo : à 1 800M€ contre 250M€

De nouveaux échangeurs et contournements routiers ne doivent plus voir le jour face à l’urgence climatique, stop aux nouveaux aspirateurs à voiture !

ROUTIER :

Le PDU ne peut pas continuer à proposer la réalisation et le financement des projets routiers suivants :

  • Contournement Martigues Port de Bouc
  • Fos-Salon
  • BUS à Marseille
  • LINEA

A eux seuls, ces 4 projets demandent un financement de plus de 875 millions d’euros. Ces projets ne sont pas vitaux et ils vont à l’encontre de projets de transport collectifs et ferrés qui pourront répondre mieux aux problématiques auxquelles ces projets veulent répondre. Ces 4 projets ainsi que tous les projets de nouveaux échangeurs, et de contournement, pourront permettre de doubler les réseaux de transport collectifs et de vélo envisagés, afin d’augmenter les objectifs de réduction de la part modale de la voiture et de gaz à effet de serre du PDU, qui sont peu ambitieux et ne visent qu’à rattraper le retard de la métropole.

 

VELO :

Dans les actions il apparaît que le financement et l’ambition V03 Renfort du réseau cyclable secondaire et de proximité sont manifestement trop faibles. Les cyclistes ne peuvent rejoindre les axes structurants que grâce au réseau de proximité, et il convient ainsi de ramener le budget du réseau cyclable secondaire à au moins la moitié du budget des axes structurant. Le budget total vélo doit être augmenté à cet effet, de 50 millions d’euros, sans quoi les résultats en part modale ne seront pas à la hauteur.

TRANSPORT EN COMMUN :

Réseau à Marseille :

Outre les 2 extensions tramway en cours au Nord et au Sud entre La Castellane et La Rouvière, il convient de prioriser l’extension du métro vers La Pomme, ainsi que la nouvelle ligne de tramway qui désenclavera La Belle de Mai, et qui devra remonter à Saint-Barthélémy et vers le Merlan plutôt que de boucler à Arenc (qui créerait un nouveau doublon). Les extensions vers La Valentine et surtout de la Blancarde sont moins prioritaires.

La ligne tramway ancienne voie ferrée de La Blancarde à Sainte-Marguerite n’est plus utile du fait de l’extension du tramway de Castellane à Sainte-Marguerite, les nouvelles stations ne seront pas assez éloignées et il convient de prioriser d’autres projets. L’indicateur d’usage dans le dossier est très faible et il convient ainsi de tirer un trait sur ce projet, face aux nombreuses opérations à financer.

A Aix-en-Provence il conviendrait de permettre la création d’une ligne de tramway grâce aux économies sur les projets routiers.

ESPACE PUBLIC :

L’EP 18 concernant le maintien de la place des taxis sur l’espace public n’est pas écologique. Le taxi est un véhicule qui n’a rien d’écologique car le conducteur doit doubler ses déplacements pour aller récupérer les clients. Les déplacements ne sont pas optimisés et aucun engagement de la part des taxi sur l’empreinte de leur véhicule n’est demandée.

Avis MRAE (Mission Régionale d’Autorité Environnementale)

Le projet de PDU n’est pas qualitatif et de nombreux éléments sont manquants ou constituent des obstacles à l’objectif de réduction de l’usage de l’automobile, comme le détaille la MRAE dans son avis.

Les projets routiers qui continuent de figurer dans le PDU doivent être assortis d’alternatives non automobiles car l’effet d’appel d’air risque d’accroître plutôt que de résorber les problématiques de mobilité. Voir l’avis du MRAE.

Conformément à l’avis de la MRAE, l’encadrement du stationnement est un outil puissant de réduction de l’utilisation de la voiture, notamment dans les zones bien desservies par les transports en commun. Toutefois, le PDU métropolitain ne le mobilise pas à la hauteur de son potentiel. Il faut que le PDU fixe un nombre de places de stationnement automobile maximal dans les zones denses et bien desservies par les transports en commun, à savoir les centre-villes : entre 0,5 et 1 place de parking maximum sur ces zones selon le transport existant (tramway, métro, BHNS, gare ferroviaire). La zone 1 qui oriente les zones où le stationnement est fortement limité doit être étendu. L’avis MRAE indique que la limitation de la zone 1 aux tramway et métro, alors que le code de l’urbanisme prévoit les TCSP (englobant aussi gares + BHNS), ne va pas dans le sens de l’encadrement du stationnement.

L’avis de la MRAE montre également qu’il faut quantifier la densification des espaces urbains pour réduire les extensions urbaines et ne pas accroître les problèmes de circulation et la consommation d’espaces naturels et agricoles. Les objectifs doivent être quantifiés et identifiés comme dans le PDU de Nice Métropole par exemple.

PRIORISATION :

La MRAe recommande de prioriser les projets dans l’hypothèse où l’ensemble des ressources financières ne pourrait être mobilisé, à l’aide de critères notamment environnementaux.

Il convient de faire passer les mesures liées à la voiture en dernier plan, et d’assurer le financement des projets de transport public et de vélo en premier lieu !

Sur le levier Vélo, il convient de prioriser les aces structurants et secondaires, avant les voies vertes qui sont touristiques et liées aux loisirs.

THEMATIQUE STRATEGIQUE LA VIE LA NUIT

Le PDU n’apporte aucune réponse sur les solutions offertes aux personnes qui souhaitent se débarrasser de leur véhicule pour les déplacements entre minuit et 5h du matin. Dans les secteurs denses de Marseille et d’Aix-en-Provence une demi-douzaine de lignes avec une fréquence assez faible d’1 ou 2 passages par heure permettrait de limiter fortement les risques liés à la conduite sous emprise d’alcool. Ces lignes de bus ne sont pas onéreuses et pourraient également servir aux travailleurs de nuits : hôpitaux, restaurations et bars, nettoyage… Ainsi ce système est proposé à Lyon, et se nomme Pleine Lune https://www.tcl.fr/services/pleine-lune-les-lignes-de-nuit

GRATUITE DES TRANSPORTS EN COMMUN

Face aux bons résultats de la gratuité à Aubagne, qui a permis de gagner 2 à 3% de part modale (non négligeable quand on observe les objectifs peu ambitieux retenus par le PDU), le PDU doit ouvrir la porte à ce que les communes ou les territoires de la métropole puissent décider de la gratuité de leur réseau si elles le souhaitent.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Pascal L Pascal L

    “un PDU qui préfère encore la voiture au vélo!” … et surtout aux transports en commun
    Toujours pas de lignes de trains à 2 voies correctes entre Aix et Marseille, toujours pas de fréquence élevée sur les TER, insuffisance de parkings relais …etc …

    Toutefois , le contournement Martigues Port de Bouc et la liaison Fos-Salon c’est indiqué que c’est financé par l’état, donc … c’est juste dans le PDU pour faire l’important.
    Et si ça peut développer le bassin ouest et diminuer les flux de camions sur Marseille nord (2,3, 14, 15 et 16e) eh ben tant mieux.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire