Au rythme de la vie

Idée de sortie
Journal Ventilo
21 Sep 2018 0

Photo : Christophe Suchy

Annoncé depuis plus d’un an, et très attendu en raison de sa tonalité aussi surprenante que radicale, le nouvel album de Dj Oil est enfin sorti cet été. Marque-t-il un virage pour le pilier bien connu des nuits marseillaises ? Non : une étape.

On croit toujours tout savoir des gens lorsque ceux-ci ont une vie « publique ». Et a fortiori lorsqu’ils exercent, en premier lieu, dans une ville qui n’est somme toute qu’un village. Prenons le cas de Lionel Corsini, alias Dj Oil, sans doute le seul « vétéran » de la nuit marseillaise (on en compte un certain nombre) à bénéficier aujourd’hui d’une cote de popularité intacte après trente ans de métier, résultant à la fois d’une constance dans le travail de production, d’une occupation maximale du terrain derrière les platines, et aussi d’un tempérament. Chacun a sa vision du bonhomme, et c’est bien normal, puisque celui-ci a différents visages. Le résident indéboulonnable des soirées où l’on court écouter le meilleur de la « black music ». La figure la plus visible des Troublemakers, ce projet « downtempo » qui eût son heure de gloire en allant toucher des labels aussi réputés qu’antinomiques (Guidance, Blue Note). Le bourlingueur aux aventures multiples et collatérales, qui jure vouloir quitter cette ville mais ne saurait s’en défaire. La grande gueule, aussi, qui n’a jamais hésité à prendre position sur un plan citoyen, avec le courage des justes, quitte à en payer le prix fort…

Il y a un point commun à tout cela : la rencontre, la confrontation, l’ouverture. Aussi, lorsque la nouvelle est tombée au printemps 2016 sur la page Facebook de l’intéressé, l’excitation est montée d’un cran : Oil allait sortir un EP sur le label bien barré d’Ivan Smagghe, Les Disques de la Mort… Pour bien comprendre l’importance du truc, il faut savoir que les esthétiques musicales des deux hommes (qui se connaissent de longue date) sont aux antipodes l’une de l’autre. Jusque-là catalogué « chaud » (sa musique, ses racines, sa nature), Lionel voyait soudain sa nouvelle proposition esthétique validée par un franc-tireur qui donne généralement dans le glacial, et a construit sa sulfureuse et inattaquable réputation là-dessus. En clair : il allait jouer à contre-emploi… Vraiment ?

Noir ou « black » ?

27 juillet 2018 : Bref Avenir, son troisième album solo, est enfin disponible au format digital. Il résulte de la sortie de trois EP au final, compilés avec quelques inédits… Trois EP et un album sur Les Disques de la Mort, ce n’est pas rien : la pointilleuse structure londonienne publie au compte-goutte et sélectionne soigneusement ses poulains. Elle défend une musique électronique assez inclassable, toujours bancale, comme située entre deux eaux, tâchant de trouver un équilibre incertain entre le « froid » (sa tonalité générale) et le « chaud » (le groove), mais avec une nette préférence pour le froid… Or c’est exactement de cela dont il est question dans Bref Avenir. Cet album, totalement à l’opposé de ses prédécesseurs, sera difficile à encaisser pour ceux qui pensaient, un peu vite, avoir déjà fait le tour du travail de Lionel…

En un disque, celui-ci vient de passer de « Black is beautiful » à « Noir c’est noir » — et ce n’est pas tout à fait la même chose. Ambiances poisseuses, tempos lents étirés sur de longues minutes, plages électro sombres à la Drexciya, tension sous-jacente… On retrouve bien dans Bref Avenir quelques éléments caractéristiques de ses productions antérieures (l’usage récurrent des samples et du spoken word, le goût de la trame cinématographique), mais pour le reste, l’humeur n’est pas à la franche rigolade… Que s’est-il passé ? « J’avais envie de partir davantage dans l’électro, une musique que j’ai toujours écoutée, dès les premières raves, et d’ailleurs, ce sont même plutôt la house et la techno qui m’ont amené à m’intéresser davantage aux musiques « noires » des années 60 et 70… Pour cet album, tout est parti d’un morceau posté sur mon compte SoundCloud, sur lequel Ivan Smagghe a accroché. J’en avais d’autres en réserve avec la même couleur… Il y a toujours eu de l’électro dans mes Dj sets, avec des passages un peu froids. Cette fois-ci, j’ai voulu en produire moi-même, et puis ça pouvait me permettre de jouer devant des publics différents, d’obtenir plus de dates en tant que Dj. »

Bien, mais alors, pourquoi avoir opté pour une esthétique aussi sombre ? « Je ne sais pas si c’est délibéré… J’ai toujours composé en fonction de ce que je ressens : c’est ma vie qui influence ma musique, bien plus que les tendances du moment. Et il est vrai que la gestation de cet album correspond à une période de ma vie un peu plus noire. » Sans épiloguer, Lionel n’a effectivement pas été épargné, ces derniers temps, par les choses de la vie. Le travail est souvent une issue comme une autre, un exutoire. Et bien qu’il s’en défende (par élégance), Lionel ne chôme pas.

Le dancefloor, toujours en ligne de mire

De la matière (sonore), Lionel en a toujours eu sous le coude. À force de composer. C’est d’ailleurs ce qui lui permet de proposer des « live » généralement inédits, car composés de morceaux qu’il n’a pas encore sortis… Un exemple parmi d’autres : cet album enregistré avec Anthony Joseph il y a trois ans, et qui n’attend plus que d’être mixé. Un autre, beaucoup plus concret : cette signature toute fraîche avec le prestigieux label belge R&S, d’obédience techno… et pour trois albums (!), dont le premier sortira dans les prochains mois. « Ce sera un disque plus funky que Bref Avenir, déjà parce que je l’ai enregistré en mars dernier avec Niktus (NDLR : bassiste et claviers du groupe FFF)… Il sera aussi davantage orienté vers les clubs, car je souhaite de plus en plus pouvoir jouer mes propres morceaux en tant que Dj, afin de pouvoir proposer des sets plus personnels. J’ai maintenant un gros travail de traitement du son à réaliser dessus, pour que cela reste un album fait pour le dancefloor. »

Après l’étiquette noire-américaine « canal historique » développée en radio ou lors de résidences diverses, après le travail appréhendé de manière collective, et donc après un épisode plus « dark » dont il ne sort qu’à peine, Dj Oil semble bien décidé à partir seul à la conquête des clubs électro underground les plus exigeants… Vous pensiez tout connaître de lui ? Moi non plus. Quelque chose de viscéral semble le pousser à continuer, encore et encore, à tenter de nouvelles choses. Le titre de son album du jour, choisi pour évoquer à la fois « l’espoir et la noirceur », reste à lire comme une vision d’un monde qui n’est plus tout à fait rose. Pour ce qui est de l’avenir artistique de Lionel, il n’y a pour le moment rien de bref.

PLX


Bref Avenir (Les Disques de la Mort) : disponible en digital (Bandcamp, Beatport, etc.)

Dj sets et lives :
Le 21/09 à la Voûte Virgo (Quai de la Tourette, 2e) pour la soirée de rentrée Ventilo. Rens. : www.journalventilo.fr
Le 22/09 en live au Cargo de Nuit (Arles). Rens. : 04 90 49 55 99 / www.cargodenuit.com
Le 29/09 à La dame Noir Dancing (43 quai de Rive Neuve, 7e). Rens. : 04 91 66 61 37 / http://letrolley.com/la-dame-noir/

Pour en (sa)voir plus : https://soundcloud.com/dj-oil


Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire