Une entrevue entre le député Mohamed Laqhila et des gilets jaunes tourne au vinaigre

Info Marsactu
le 28 Déc 2018
56

Alors que le président de la République a annoncé une "grande concertation" pour sortir du conflit social avec les "gilets jaunes", certains sont déjà allés à la rencontre de leurs députés. Mohamed Laqhila, élu des Bouches-du-Rhône, a reçu trois d'entre eux. La rencontre fût tout sauf paisible, et les manifestants en sont ressortis choqués par les propos du député.

Photo Assemblée nationale

Photo Assemblée nationale

« Je les ai virés ! ». Questionné par Marsactu, Mohamed Laqhila, député Modem des Bouches-du-Rhône, a décidé de ne pas mâcher ses mots. En cause, une discussion mouvementée qu’il a eue avec une délégation de trois représentants des gilets jaunes de la Barque, le 18 décembre dans son bureau à Puyricard. « Je les ai virés parce qu’ils m’ont manqué de respect », s’agace l’élu, dix jours après la rencontre. Un « manque de respect » que ce dernier semble avoir rendu à ses interlocuteurs.

« Je ne m’attendais pas à grand chose mais je ne pensais pas être méprisée à ce point. Franchement ça m’a choquée« , rend compte de son côté Béatrice*, présente ce 18 décembre dans le bureau du député aux côtés de Sébastien et Jérôme, également mobilisés sur le péage. C’est ces derniers qui, après avoir entendu le président annoncer une « grande concertation » ont décidé de solliciter leur député. Une sollicitation a laquelle Mohamed Laqhila a répondu positivement.

« Je leur ai dit de partir faire les guignols sur un rond-point »

« Nous nous étions fixé des revendications à présenter, comme la TVA à 0% pour les produits de première nécessité, les injustices fiscales et sociales, l’écologie et les violences policières. Mais nous n’avons pas eu le temps de tout aborder », poursuit Béatrice, rejointe par Sébastien. « Au début de l’entretien, le député a été accueillant, jusqu’à ce que nous abordions la question de la légitimité des députés. »

Les deux parties prenantes de cette réunion s’accordent sur l’étincelle. « Tout allait bien jusqu’au moment où ils m’ont dit qu’il n’y avait que des guignols à l’Assemblée », se remémore le député. Les gilets jaunes expliquent, eux, avoir employé le terme dans le sens du mot « marionnette » pour mettre en avant « un gouvernement qui fait voter des lois sans prendre en compte l’avis des députés »« L’image était sûrement maladroite mais a été amenée avec des gants. Nous lui avons dit de ne pas se vexer, que nous n’avions pas trouvé d’autres images mais que c’était l’impression que nous avions. Nous sommes toujours restés courtois, contrairement à lui », défend Béatrice. Selon cette dernière ainsi que ses collègues, le député aurait ensuite lâché, entre autres, cette phrase :

Moi je me fais engueuler tous les jours, on me dit ‘vous devez tenir le cap !’ C’est pas 10 000 guignols qui vont nous arrêter dans notre démarche.

Œil pour œil, dent pour dent. Le député confirme avoir tenu ces propos. Il estime avoir répondu en conséquence à des interlocuteurs « pas respectueux et pas éduqués » avant de leur demander de partir « faire les guignols sur un rond point ». Mohamed Laqhila explique avoir voulu mettre fin à la rencontre « pour éviter de répondre avec la même violence à quelqu’un qui m’agresse et qui n’a rien à faire dans mon bureau », juge-t-il. Il poursuit : « J’ai reçu d’autres personnes avec qui ça s’est très bien passé mais le comportement de ces gens est scandaleux. Ils sont dans l’illégalité. On a le droit de manifester mais pas de bloquer les gens et de les empêcher de travailler. » Pour les gilets jaunes, le député a sauté sur l’occasion. « Il a profité d’une parole malheureuse pour mettre fin au débat qui au final, le gonflait », rend compte Jérôme. Résigné depuis, ce gilet jaune avoue, avec colère, avoir voté pour Mohamed Laqhila en 2017. Il n’était pas au bout de ses surprises.

« J’assume mes propos »

Toujours selon ces gilets jaunes, qui ont pris des notes pendant l’entretien, Mohamed Laqhila a tenu les propos suivants :

On ne va pas pouvoir voter les réformes à cause des guignols qui bloquent la France. Vous voulez faire fuir les riches, continuez comme ça ! On a 8 millions de pauvres, on fait venir des pauvres plus pauvres que nous, on fait fuir les riches et c’est très bien. On aura 8 millions de pauvres et d’assistés.

Des paroles que le député assume en partie seulement. Selon lui, ils auraient été prononcés lors de l’évocation de la question de l’ISF, impôt sur la fortune supprimé en 2017 et que les gilets jaunes voudraient voir rétablir. « J’assume mes propos. Nous avons supprimé l’ISF car nous ne sommes pas obligés de faire partir à l’étranger les gens qui doivent le payer, se défend Mohamed Laqhila. Oui, il y a en France 8 millions de pauvres et on reçoit des gens encore plus pauvres qui traversent la Méditerranée pour ne pas mourir dans leur pays. J’assume cette solidarité nationale qui doit aussi servir aux accidents de parcours qui peuvent mettre des gens au chômage. Je n’ai pas parlé d’assistés, mais de solidarité. »

Pourtant, les gilets jaunes sont formels. « Il a parlé sous le coup de la colère et c’est le fond de sa pensée qui s’est ouvert. Cela est représentatif du problème », s’offusque Sébastien. Et pour preuve, lui comme ses deux collègues témoignent d’une prise à parti. « Je suis au chômage et monsieur Laqhila m’a clairement dit de chercher du travail plutôt que de m’amuser autour d’un rond point. Comme si trouver du travail et monter une entreprise était facile pour tout le monde », raconte Béatrice. « Comme si les chômeurs n’étaient pas des citoyens, c’est hallucinant! », ajoute Sébastien.

« Ils se sont sentis méprisés mais il n’y avait pas de quoi. Ils se sont montés la tête, esquisse-t-on dans l’entourage du député. Il s’est énervé mais il faut le comprendre. Il s’était couché à 6 heures du matin pour voter la loi sur le budget et on lui dit que c’est un guignol. » Un coup de nerfs que les gilets jaunes de la Barque, bastion du mouvement dans le département, ne sont pas prêts d’oublier. « Ça nous donne une idée de la réalité de leur jolie déclaration sur l’ouverture du dialogue », regrette, amer, Jérôme. « Nous voulions trouver une conciliation, des solutions, mais ça n’a fait que rallumer la mèche », soupire Béatrice. La grande concertation n’a pas encore commencé, mais déjà le dialogue s’annonce explosif.

*Le prénom de cette interlocutrice a été changé à sa demande

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Titi du 1-3 Titi du 1-3

    Après m’être abstenu aux présidentielles, j’ai voté aux deux tours pour Momo afin de m’éviter un député fn, connaissant quelques gilets jaunes actifs et ayant eu à subir leurs méfaits je ne regrette pas mon vote.

    Signaler
  2. David David

    Les « grands démocrates » Lrem et MoDem macronistes montrent leur vrai visage. Derrière les sourires de façade, il y a la paupérisation accélérée de la majorité des gueux, vs les cadeaux fiscaux faits aux plus riches. Et la menace de la force, crs, flashball et prison pour les gaulois qui oseraient rester réfractaires a votre proooooojet.

    « Mossieur le député « , si nous parlions des investissements censés « ruisseler » sur la France, grâce aux cadeaux mon nstrueux que vous avez faits a des entreprises beneficiaires qui continuent de licencier (le doublement du CICE sans contrepartie, comme avec Ford par exemple dont le PDG refuse meme de prendre le ministre au téléphone…) ?

    Si nous parlions du « ruissellement » que la suppression de l’isf, sans aucune contrepartie, aura permis d’apporter aux cent personnes les plus riches de ce « pays d’assistés », un million d’euro par ultrariche net, qui se sont empressés d’aller les faire ruisseler sur des comptes offshore, partout ailleurs sauf en France ?

    Si nous parlions de l’explosion du chômage et de la pauvreté depuis deux ans, permises par les lois et mesures iniques que votre assemblée de GODILLOTS (oui, je préfère ce terme a celui de guignoms, car il décrit la réalité) a voté la main sur la couture du pantalon, sans sourciller ?

    Je vais m’arrêter là, parce que sinon je commencerai a vous manquer de respect. Il n’y a que la vérité qui fâche, mossieur le député.

    Rdv en 2019, vous verrez, ce sera un bon cru. Les menaces ne font plus peur a ceux qui ont faim.

    Pensez printemps 🙂

    Signaler
    • tj13 tj13

      Vous écrivez « la suppression de l’isf, sans aucune contrepartie » : Pourquoi devrait-il y avoir une contrepartie ? On arrête de prélever un impôt destructeur a des gens qui le payaient sans raison depuis des années ?

      Signaler
    • Piou Piou

      @tj13 : les gens soumis à l’ISF le payaient sans raison ? Je ne comprends pas… Y a « (grande) fortune » dans le titre, non ? Je serais ravie de payer l’ISF, mais sans doute est-ce mon côté gaucho qui parle.

      Signaler
    • juH juH

      Tout simplement parceque notre cher président a supprimé l’ISF afin de favoriser l’investissement privé mais absolument rien ne dit que cet argent ira dans l’investissement. Et quand bien même, je ne vois pas pourquoi on laisserait la liberté aux bénéficiaire de ce cadeau de choisir dans quoi ils investiraient et qu’en plus ça leur rapporterait de l’argent.
      Une seule solution : au dessus de 10000 euros par mois, on prend tout et au dessus de 6x le patrimoine moyen on prend tout. Tous le monde sauf une poignée vivrait beaucoup mieux.
      Et qu’on ne me raconte pas que les riches créent des richesses, les seuls qui en créent ne sont que les larbins à leur service (c’est à dire la majorité écrasante des français hormis la plupart des fonctionnaires).
      Il serait temps de se réveiller…

      Signaler
  3. Input-Output Input-Output

    ML n’est qu’un arriviste et ne représente qu’une chose : ses propres intérêts…et je parle en connaissance de cause…. Exigeons une véritable démocratie #Fuck5

    Signaler
  4. Félix WEYGAND Félix WEYGAND

    Moi aussi je connais ML, et j ai eu l occasion de le rencontrer dans une situation conflictuelle. Je crois sans peine qu il ait pu se mettre en colère. Et alors ? Ces guignols en gilets jaunes insultent cassent bloquent les routes et finalement emmerdent tout le monde depuis bientôt 2 mois et il aurait dû les brosser dans le sens du poil et leur dire qu’ils ont raison ? Ras le bol des gilets jaunes et bravo à Mohamed de dire ce que le « politiquement correct » et la volonté de ne pas envenimer les choses fait taire depuis trop longtemps.

    Signaler
  5. David David

    Parce que la violence n’est que du coté des gilets jaunes ?

    C’est la politique antisociale de ce gouvernement qui est ultraviolente.
    Ce sont la morgue, le mépris et les insultes permanentes du président envers les français (est ce que j’en refais la liste ?) qui souffrent et « qui ne sont rien » qui ont amené cette situation.

    C’est la stratégie délétère du gouvernement envers ce mouvement qui a amené le chaos : combien de morts, combien de manifestants pacifiques mutilés, de jeunes éborgnés, de personnes âgées gazées par une police zn roue libre, qui ELLE reçoit une vraie prime pour faire le sale boulot?

    Certains devraient lire la Constitution de notre pays, ca leur ouvrirait (peut-être ?) les yeux. On peut toujours rêver….

    article 35 : « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».

    Ras le bon de ceux qui se gavent en permanence, qui gagnent 5 fois plus que la majorité des petites gens qui finissent le mois le 15,qui sont déconnectés du réel, et qui pretendent donner des leçons a la terre entière. Ras le bol des profiteurs, qui n’ont que la menace a la bouche quand ca ne va pas dans leur sens. Ras le bol de ces néo libéraux qui ne font que casser les Services Publics essentiels, services publics qui permettent a une grande majorité de français de ne pas tomber dans la pauvreté la plus extrême.

    Signaler
    • Félix WEYGAND Félix WEYGAND

      Non. La situation vécue par beaucoup de personnes en France et notamment par celles qui constituent la base sociale des gilets jaunes n’est pas le fait de la « politique antisociale » du gouvernement élu il y a un an et demi (ce qui ne le dédouane pas de ses propres erreurs et et ses indiscutables maladresses) mais le produit de bien 40 ans de politiques décevantes et lâches, de gauche et de droite, à courte vue et à viser stupidement électoralistes. On a depuis un an et demi un gouvernement et une représentation nationale déterminés à mettre en œuvre un programme de réformes de long terme et à se tenir à son projet. Qu il y ait des insuffisances des erreurs des impatience … quel projet satisfait immédiatement à 100% 100% des gens.
      Le reste de vos propos sur ceux qui se gavent et la police en roue libre et le viol des droits du peuple… pour l instant ce sont surtout les coupeurs de route en gilets jaunes qui ont violé nos droits et on ne peut que regretter que les pouvoirs publics les aient laissé faire pour satisfaire ceux qui pensent comme vous.

      Signaler
    • julijo julijo

      Bien d’accord avec Toff de aix .
      Un ras le bol général et documenté avec plein de preuves à l’appui.
      Par contre, FWeygand…..40 ans de politiques décevantes, certes, dont un peu moins de la moitié avec des présidents PS qui prônaient le liberalisme social !!!
      D’ailleurs, on ne fait même plus la différence entre un gouvernement et l’autre qui se sont succédés depuis 40 ans !
      D’ailleurs il est notable, remarquable, époustouflant de s’apercevoir, que ce qui ne marchait pas a pu perdurer pendant si longtemps…. aussi intelligents, enarques et plus…peu de gouvernements se sont aperçus que cette recette datant des années 70 ne fonctionnait pas !!! et ils persévèrent quand même !! étonnante opiniâtreté dans l’erreur !!
      (quoique pour reprendre un mot des GJ : les pauvres sont de plus en plus pauvres, et les riches de plus en plus riches…ça fonctionne donc bien pour quelques uns)

      Un projet, FW, ne peut satisfaire 100 % tout de suite !! mais pourquoi donc 100 % du cac 40, et des multimilliardaires français sont eux, contents à 100 % depuis l’an passé ?

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Le mouvement des « gilets jaunes » a fait apparaître en France une palanquée de constitutionnalistes distingués, qui n’ont qu’un seul défaut : ils inventent souvent les articles de la Constitution qu’ils citent, ou les interprètent à leur façon, quand ils ne soutiennent pas que la Constitution a été « abrogée » (par décret…).

      L’article 35 de la Constitution de 1958 en vigueur porte sur la déclaration de guerre et sur rien d’autre. Le texte sur le droit à l’insurrection est contenu dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1793.

      Signaler
    • mathon13127 mathon13127

      Simple remarque : article 35 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen correspondant à la constitution de la … 1ere République, pas celle de la Veme, actuellement en vigueur, qui est l’article sur la déclaration de guerre

      « Article 35 : La déclaration de guerre est autorisée par le Parlement.

      Le Gouvernement informe le Parlement de sa décision de faire intervenir les forces armées à l’étranger, au plus tard trois jours après le début de l’intervention. Il précise les objectifs poursuivis. Cette information peut donner lieu à un débat qui n’est suivi d’aucun vote.

      Lorsque la durée de l’intervention excède quatre mois, le Gouvernement soumet sa prolongation à l’autorisation du Parlement. Il peut demander à l’Assemblée nationale de décider en dernier ressort.

      Si le Parlement n’est pas en session à l’expiration du délai de quatre mois, il se prononce à l’ouverture de la session suivante. « 

      Signaler
  6. kukulkan kukulkan

    Notre système politique, basé sur les élections et la représentation politique, sans proportionnelle, est dépassé. La vraie démocratie est aujourd’hui possible avec l’avancée technologiques : référendums, et assemblée citoyenne tirée au sort !
    C’est le moment pour le « peuple » de prendre le pouvoir qu’on lui a toujours retiré!

    Signaler
  7. LaPlaine _ LaPlaine _

    Aujourd’hui nos institutions sont en danger et l’équilibre fragile, d’une société qui peine déjà à amortir pour les plus faibles les dégâts infligés par une concurrence planétaire de plus en plus agressive , est menacé. Ne nous leurrons pas c’est bien d’un effondrement des structures d’Etat qui est dans le viseur de ce mouvement du « yakafokon » noyauté par des groupouscules violents et organisés. Certain propos précédents sont affligeants de simplisme et d’extrémisme larvé.

    Signaler
  8. Félix WEYGAND Félix WEYGAND

    Tirage au sort c’est certainement une piste à explorer.
    Assemblées citoyennes, Référendum d’initiative populaire, démocratie participative… Ne vous leurrez pas sur la portée de ces dispositifs. Lorsqu’ils sont mis en oeuvre ils débouchent sur du localisme et du court-termisme :
    – dans le débat tout le monde veut les transports en commun … mais personne ne veut l’encombrement de l’arrêt de bus devant chez lui ; tout le monde veut piétoniser le centre-ville… mais pas l’itinéraire où la voiture est pratique pour lui ; tout le monde veut se baigner dans une mer propre tout de suite… mais pas supporter que la station d’épuration ne soit construite qu’au bout de mois et de mois de chantier bruyant, masque une partie de la vue, fasse du bruit et exige plusieurs décennies d’augmentation d’impôts…
    – à la fin ne restent présent dans la discussion et ne prennent la décision que ceux qui ont le temps de le faire et n’ont pas d’autres loisirs ou d’autres charges (les vieux grincheux des CIQ d’aujourd’hui ou les Oïkos despotes des agoras athéniennes de l’antiquité) : ceux et celles qui ont des enfants à coucher, un boulot à finir ou simplement d’autres loisirs que de palabrer ont déserté l’assemblée depuis longtemps.
    « Faire de la politique » c’est très chiant 90% du temps et pour 90% des élus, c’est pour cela qu’à chaque municipale il est si difficile de faire se représenter ceux et celles qui ont déjà tiré une mandat… Dans la majorité, il s’agit 90% du temps de présenter des propositions « évidentes » qui ont été techniquement préparées par des techniciens, ces mêmes propositions seront votées à l’unanimité quelque que soit la couleur de la majorité et de l’opposition, du fait de leur « évidence » même.
    Lorsqu’on est sur les 10% restant c’est qu’il s’agit justement de décisions qui ne sont pas « évidentes », et il ne s’agit jamais d’arbitrer entre le « bien » et le « mal » mais généralement entre deux choix évidemment « mauvais » de décider quel est le « moins pire ». Présenter ces décisions au vote électronique de toute la population ne rassemblerait rapidement pas grand-monde et sera finalement encore mois contrôlé et encore moins débattu que dans une assemblée de représentants élus.

    Signaler
    • David David

      On reconnait bien là la descendance de l’abbé seyes, toute teintée d’un mépris de classe déguisé sous la « compétence »et le soi disant « elitisme ». En 1793 ce cher abbé a favorisé la démocratie parlementaire indirecte que nous subissons depuis trop longtemps désormais.. Argulentant que la démocratie directe, c’était hors de question.

      « Le Peuple, se gouverner lui même? Mais ce serait l’anarchie! »

      La suite on la connait : nous sommes gouvernée par « des élites »qui ne connaissent même pas le prix d’une baguette ou d’un paquet de pâtes, et qui nous ecrasent de leur mépris d’un côté, tout en favorisant leurs amis ultra riches de l’autre. Le RIC on voit très bien pourquoi ils n’en veulent pas : sous leur paternalisme de façade (qu’ils peuvent bien se mettre là ou je pense) il y a un vrai et véritable déni de démocratie.

      La démocratie, ils n’ont que ca a la bouche, un peu comme ce député qui annone sans arrêt le mot « respect »mais qui, par ses actes, crache continuellement a la figure des gens.

      Et puis… « Démocratie »par ci, « démocratie « car là, « les gens ont vote, tant pis pour les abstentionnistes, macron est légitime et patati et patata »… On en parle de 2005 et du traité de Lisbonne qui a suivi ?

      Pffff….

      C’est qui qui a manqué de respect dans cette affaire? celui qui a voté des lois rabaissant les APL et indirectement les retraites, tout en supprimant l’isf et en douboant le CICE, ou bien celui qui se bat pour survivre, et qui vient en plus de se ré intéresser a la chose publique, et de comprendre comment ca fonctionne… Et de vouloir prendre son destin en mains au lieu de le confier a des marquis enfarinés qui s’en foutent royalement, car EUX ils vivent très bien, n’ont pas de problèmes de fins de mois. Donc en quoi seraient ils légitimes pour décider du sort des gueux? En quoi ?

      Signaler
    • Alain PAUL Alain PAUL

      Pour une fois que le commentaire est signé, c’est à son honneur

      Signaler
  9. Un électeur du 9 ème Un électeur du 9 ème

    Félix WEYGAND m’objectais récemment dans d’autres commentaire sur les dangers qu’il voyait aux référendums révocatoire : « mon expérience d’élu me montre plutôt le problème inverse : la perspective de la réélection est l’aliment essentiel de l’immobilisme et du clientélisme des élus : ne faisons rien de stratégique et de construit à long terme pour ne pas générer d’opposition et ne déranger personne et distribuons des avantages individuels pour d’assurer des votes. Sous la menace d’un référendum révocatoire ce serait bien pire. »
    Cet argument me semble assez superficiel et biaisé car l’immobilité serait sanctionnée tout aussi rapidement si le référendum révocatoire existait. Par ailleurs nous n’avons nullement besoin d’élus charismatiques porteur de « projet » (pour qui ?) et de soi disant « réformes » car l’intelligence collective produit bien plus que l’autocratie et le despotisme (éclairé ou non). Entre citoyen et élus (révocables) il faut réaliser une synthèse harmonieuse de l’horizontal et du vertical dans les deux sens (de haut en bas et surtout de bas en haut).

    Signaler
    • Félix WEYGAND Félix WEYGAND

      Ho ! Mais vous m’amenez à revisiter un vieil écrit (https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00000683/document) !
      Ce qui fait l’efficience de la démocratie c’est bien l’intelligence collective qui fonctionne dans le débat, l’échange argumenté et la critique réciproque ; c’est-à-dire un processus d’élaboration collectif qui prend du temps, le contraire de la décision instantanée par de fréquents referendum ou la « démocratie électronique » qui permettrait de voter sans cesse sur tout.
      L’élection d’un puissant président de la république au suffrage universel qui polarise toute la vie politique française et qui fabrique à la chaîne des leaders charismatiques, quasiment monarques, forcément décevants, est certainement une vieillerie dont il faut se débarrasser. Mieux organiser, pour les limiter le cumul et la succession des mandats ainsi que le statut des élus (très nombreux, non rémunérés pour leur presque totalité et pour la plupart dépourvu de pouvoir et de moyen pour exercer leur rôle) serait certainement une bonne réforme aussi.
      La plupart des élus désertent assez vite les assemblées, ou s’ils y siègent physiquement n’y accordent guère d’attention, dès qu’ils ont compris combien c’était ennuyeux et inutile d’y participer, ils se « révoquent » donc tout seul. Le petit nombre de ceux qui y trouvent leur compte (vous pouvez mettre un « S » à comptes, mais cela ne concerne au fond pas grand monde… le narcissisme est souvent un moteur aussi puissant que le profit) s’accrochent effectivement à leur siège et à leur réélection mais, je le répète, plus par l’immobilisme et le clientélisme que par l’autocratie ou le despotisme.

      Signaler
  10. pbatteau pbatteau

    Dans Tintin Objectif Lune, le capitaine Haddock, renonçant à se préparer au voyage lunaire dit à son ami le professeur Tournesol qui dirige l’opération « Continuez à faire le zouave, mais moi je retourne à Moulinsart…», ce qui déclenche la fureur du professeur qui sort de ses gongs et veut montrer au capitaine comment il fait le zouave, en venant même à suspendre au porte-manteau un solide gaillard qui tente de le calmer. Monsieur Laquila entendu qu’il « fait le guignol», et fatigué et stressé, il a réagi comme Tournesol. Hergé avait parfaitement saisi les réactions humaines en situation de tension ! Ceci montre au fond que Monsieur Laquila a des tripes et qu’il prend son métier à cœur et ceci montre que des deux côtés des gens exaspérés maitrisent mal leur langage comme on le voit tous les jours dans les propos sur les réseaux. Il ne faut pas donner plus de sens que cela à cette confrontation qui a tourné au vinaigre.

    Signaler
    • VitroPhil VitroPhil

      Excellent. La tintologie pour analyser l’actualité c’est brillant. Malheureusement le parallèle a ses limites dans tintin après une grosse dispute le professeur tournesol et le capitaine haddock reprennent leurs projets communs.

      Ici entre les GJ et la majorité présidentielle nous sommes en plein dialogue de sourd.

      Pire l’opposition est assez peu crédible pour donner un débouché démocratique à ce ral-bol.

      Signaler
  11. marstime13 marstime13

    C’est dommage qu’ils n’aient pas filmé la rencontre comme l’idée avait ete lancée concernant toute rencontre entre portes paroles du mouvement et représentant élus.
    Ca aurait peut etre permis d’éviter ce type de rencontre « spectacle » non productive.

    Signaler
    • VitroPhil VitroPhil

      Ou l’encourager…

      Au moins ils sont à peu près d’accord sur le cr de réunion. Un film n’aurait rien apporté sinon un encouragement à en rajouter.

      Signaler
  12. julijo julijo

    une « entrevue » entre un député lrem et des gilets jaunes !!! pour quoi faire ?

    On est tous particulièrement conscients que les députés lrem, majorité qui suit aveuglement macron ne sont pas là pour avoir des idées personnelles…..on l’a suffisamment remarque au fil des lois et des séances du palais bourbon : ils votent ensemble, se lèvent ensemble, huent ensemble, applaudissent ensemble…..et si ils pensent différemment, c’est pas là que ça se verra. C’est en ce sens que ce sont des « guignols » marionnettes consentantes et reconnaissantes au chef.

    Les revendications des gilets jaunes…..sont légitimes. Vouloir utiliser leur député pour faire passer l’info…bof pas idiot comme réaction, mais…… rebof ! ; mieux vaut aller dans les media…..
    normalement, les gilets jaunes n’attendaient rien de cette rencontre….ils n’ont rien eu. « ML », député, a pu tester sa façon perso de « tenir le cap ».

    Signaler
  13. Electeur du 8e Electeur du 8e

    A quoi pouvait bien aboutir une entrevue entre un député LREM et des « gilets jaunes » ? Il est bien difficile de savoir ce que ces derniers demandent, entre leur liste « officielle » de 40 propositions, leur liste non moins « officielle » de 25 propositions qui ne recoupent pas toutes la première liste, leur troisième liste etc., avec des revendications parfois contradictoires et souvent inspirées par l’extrême-droite… Tant que ce mouvement, qui pose bien le problème de l’insuffisance de démocratie et de justice sociale dans notre pays, n’aura pas clarifié sa ou ses lignes, ses porte-paroles autoproclamés auront du mal à faire entendre un message cohérent face à la brutalité du pouvoir actuel.

    Signaler
  14. Manipulite Manipulite

    Ces Gilets Jaunes n’ont pas le pouvoir de légiférer au profit de leurs propres intérêts à la différence de ce député LREM qui a fait voter des mesures favorables à sa corporation de commissaires aux comptes.
    Au fond ces macroniens sont à la botte de leurs maîtres : les très riches et leurs petits copains.Une seule réponse face « aux despotes » : le rapport de forces !

    Signaler
  15. Tarama Tarama

    Finalement je préfère le jedi.

    Ce nouveau monde sent vraiment la vieille droite bien rance.

    Signaler
    • VitroPhil VitroPhil

      Euh c’est qui le jedi ?

      Signaler
  16. Malaguena/Jeannine Malaguena/Jeannine

    pour qu’elle raison entre autre ne fait on plus confiance ni dans le gouvernement ni dans les députés c’est que l’on ignore combien l’ISI rapporte, c’est à dire combien les riches on réinvestit grâce à la création de l’ISI (puisque c’est la raison de sa création) combien d’emplois la CSG sur les retraites ont été créés (puisque c’est la raison de sa création) pour moi je pense que l’on nous cache les chiffres car ils ne sont pas bons!!

    Signaler
    • David David

      En analysant la part d’investissement et de plus value sur les placements boursier, notamment la difference entre le premier marché (qui sert vraiment l’investissement car il s’agit de création d’action) et le second marché (qui lui est purement speculatif, car dédié a l’échange d’actions déjà émises), Lordon arrive a un ordre de grandeur époustouflant : 0,3%.

      Oui vous lisez bien, de mémoire on a environ 10 milliards réinvestis sur un total de 2600 milliards. Pas plus….

      Lordon extrapole en disant que ce comportement doit être dans le même ordre de grandeur pour l’isf., et ca se tient car ce sont les mêmes personnes qui manipulent ces fortunes, pas le gilet jaune ou le gueux du coin…

      Donc pour l’isf, en gros sur 4 milliards d’impot soi disant « injuste », ils vont aller en planquer la plus grande partie. C’est vrai qu’ils n’en avaient sans doute pas assez, peuchère !

      Signaler
    • Félix WEYGAND Félix WEYGAND

      @toff
      Vous pouvez citer la source de l’explication de Lordon ?
      Il y a deux trucs qui ne vont pas dans cette explication c’est qu’en France aujourd’hui il n’y a plus de « second marché ». Il y a différentes classes boursières dans lesquelles sont côtés (et introduites) les entreprises en fonction de leur tailles. et d’autres part la suppression de l’ISF c’est 3Md€ qui ont été laissés dans la poche des riches, on est loin des montants évoqués.
      Il faudrait pour établir l’efficience ou l’inefficience de la transformation de l’ISF en seul impôt sur la fortune immobilière pouvoir comparer ce qui est alloué par des particuliers à capitaliser de nouvelles entreprises (pas cotées en bourse, cela concerne donc plutôt les Business Angels) + ce qui est alloué par des particuliers à acheter des de nouvelles actions d’entreprises cotées (lors d’introduction mais aussi lors d’émission d’actions nouvelles par des entreprises déjà cotées), y compris au sein de produits financiers composites (SICAV)… Il faudra du recul pour faire le calcul exact et en fait cela n’a pas vraiment d’importance https://www.lemonde.fr/politique/article/2018/12/04/l-impossible-evaluation-de-l-isf_5392462_823448.html .
      En effet, il est impossible de ne pas voir que la suppression de l’ISF est une connerie. Economiquement cela ne peut pas avoir beaucoup d’importance : le problème du développement de nouvelles entreprises en France n’est pas le manque de capitaux propres, c’est le manque de bons projets d’entreprises nouvelles + la frilosité des PME existantes qui les empêche de croitre.
      Politiquement, c’est difficile de ne pas voir que c’est une catastrophe et un boulet que Macron a accroché au cou de la majorité et du gouvernement.

      Signaler
  17. Malaguena/Jeannine Malaguena/Jeannine

    mon souci avec le retour de la discussion entre gilets jaunes et député, c’est que je n’arrive pas à savoir qui est le premier responsable de cette entrevue ratée, car chacun peut relater le déroulement de cet entretien avec les mots selon son intérêt!!!

    Signaler
  18. bobodesbois bobodesbois

    Chère Violette ARTAUD,
    Les faits sont sacrés, les commentaires, quant à eux, sont libres.
    Êtes-vous sure d’avoir appliqué cette maxime ?
    J’ai cru lire vos commentaires à travers la retranscription des paroles « rapportées » de nos jaunes gilets; et aucun commentaire ou analyse de votre part par la suite.
    C’est, à mon sens, dommageable car votre article devient par là même subjectif (moindre mot) et non pas explicatif.
    Et c’est d’autant plus triste que cela fait la part belle aux personnes que vous devez, peut-être, exécrer tout comme moi.
    Bien à vous.
    Philippe

    Signaler
  19. patrick patrick

    arrogant et méprisant comme son chef

    Signaler
  20. CAT13 CAT13

    Depuis 40 ans le néolibéralisme s’est installé insidieusement dans nos sociétés, initié à grande échelle par Thatcher et Reagan au départ, je remercie M. MACRON et ses paroles abruptes à l’endroit du peuple ainsi que ses mesures libérales orientées en faveur d’une certaine classe sociale. Il a ainsi pu réveiller le peuple endormi et empreint de fatalité, c’est le plus grand service qu’il ait pu rendre!
    Le toujours moins, la casse des services publics, une vision strictement comptable de l’économie, des inégalités qui se creusent, la culpabilisation de son voisin qui bénéficie d’acquis sociaux ou d’aides pendant que les plus riches s’engraissent davantage, forcément on peut voir plus facilement ses semblables dans la vie quotidienne que cette caste invisible pour le citoyen lambda. Egalement l’influence grandissante des lobbys au détriment de l’intérêt général auprès des gouvernants, ce qui est logique par rapport à leur vision libérale (la somme des intérêts particuliers aboutit à l’intérêt général…), les médias de masse détenus par quelques grands patrons, l’excuse de la dette pour entreprendre des politiques d’austérité dévastatrices, bref la liste est longue de ces dérives de ce néolibéralisme destructeur au final, où pendant des années le discours ambiant consistait à dire qu’il n’y avait pas d’alternative, où ça où le chaos. Je crois qu’on approche de la fin pour ce vieux monde et leurs serviteurs. Enfin!!

    Signaler
  21. Brallaisse Brallaisse

    Et pour mettre quoi ?.

    Signaler
  22. CAT13 CAT13

    J’ai comme l’impression que vous connaissez la réponse et que la réponse est dans votre question, à savoir il n’y a pas d’alternative et que vous êtes en proie à la fatalité ou que vous cautionnez ce système…Déjà faire en sorte que la représentation nationale soit plus juste à l’assemblée nationale, revoir la constitution qui à mon sens mérite une refonte. Depuis 1958 le monde a changé même s’il y a eu quelques toilettages, elle n’est plus adaptée.
    Ensuite avoir du courage politique pour réguler l’économie, nationaliser s’il le faut (par ex. les autoroutes…) qui rapportaient à l’Etat, les solutions existent il suffit d’un peu de courage sans tomber dans le collectivisme.

    Signaler
  23. LaPlaine _ LaPlaine _

    Où on lit le discours habituel qui oublie un élément essentiel, effectivement nous ne sommes pas dans un village gaulois. Il existe sur cette planète un environnement politique et économique que l’on ne peut ignorer. Cet environnement est au demeurant de plus en plus dur et sauvage et la politique des états développés qui tentent de protéger leurs populations est bien d’évoluer sur le fil du rasoir entre protection sociale et attractivité économique, sous peine d’appauvrissement généraliser. Faire croire aux citoyens qu’en prenant des décisions unilatérales au niveau national en ignorant les conséquences externes çà s’appelle du déni et mènera tout le monde (en tout cas un encore plus grand nombre) dans la misère. Pour ce qui concerne la Vème R elle fait le job comme elle le peut et permet la stabilité à nos institutions, ceci n’empêchant pas de travailler sur les ajustements nécessaires aux évolutions sociales. Vouloir tout renverser par un RIC ou autre forme d’actions violentes que l’on voit poindre de plus en plus clairement est irresponsable et mène au chaos.

    Signaler
  24. CAT13 CAT13

    Le prétexte de la mondialisation permet en effet de ne rien changer et de continuer à subir, les néolibéraux qui gouvernent l’Europe font le lit des partis nationalistes par leur politique prônant le dumping social et la casse des services publics et autres acquis sociaux.
    Il ne servira à rien de pousser des cris d’orfraie quand l’Europe sera gouvernée par des fachos du fait de l’incurie des politiques actuelles.

    Signaler
  25. Brallaisse Brallaisse

    Pour mettre quoi ?, est la question qui tue.
    En effet , je lis des constats, des analyses, des réflexions, des observations , des révoltes ( et heureusement !) , des déceptions (malheureusement).Mais au moment de présenter autre chose, pas grand chose.
    Voulons nous du communisme ?,, de la dictature du prolétariat ? , du royalisme? , de la dictature militaire ? , de la IVe ?, ou bien de la VI e république et que sais je encore ?.
    Notre système n’est pas parfait , il faut le corriger. La mondialisation est là , et alors ?. Nous sommes un pays intelligent.
    Certaines inégalités sont flagrantes , il faut les corriger ( fraude fiscale , imposition à l’étranger . Appliquons le système US d’imposition). Certains modes de fonctionnements ne sont pas adaptés ,comme le cumul et la durée des mandats. Remettons en vigueur l’élection de l’Assemblée à mi mandat présidentiel comme moyen de contrôle. Que la Cour des Comptes ne soit pas quasiment que consultative. Et effectivement aménageons la possibilité de mettre en place des consultations d’initiative populaire et pas sur n’importe quoi. N’oublions jamais que le vote s’use que si l’on ne s’en sert pas ( j’ai réussis à la placer).
    La Ve n’est pas un si mauvais système , il faut simplement la ménager. Ainsi nous en sommes à la septième révision de la Constitution , à part celles de 62 , toutes ont été exécutées par la voie parlementaire. Voilà un exemple où les citoyens doivent donner directement leurs sentiments.
    Concernant l’incurie politique , nous sommes bien placés à Marseille , et pourtant nous semblons « aimer » cela depuis plus de vingt années. Mais que voulons nous , avec des taux d’abstention très importants, le fait d’être « clientélisés » nos chers zélus , ces mêmes nuls sont au pouvoir depuis tout ce temps.
    Les gilets jaunes sont sûrement nécessaires dans cette période difficile où il faut remettre l' »église au milieu du village », mais très nettement insuffisants politiquement. Et tout est politique.

    Signaler
  26. CAT13 CAT13

    J’ai quand même constaté une chose, c’est que cette révolte spontanée, non encadrée par des organisations syndicales, politiques, où le peuple ne lâche rien, fait peur aux pouvoirs. J’ai été frappé par le ton de quelques médias que j’ai senti sidérés, tétanisés par ceux qui se passait ainsi que le pouvoir en place.
    Il en est de même pour les politiques qui sont tous discrédités, Macron a déjà lâché quelques miettes, alors que par exemple lors de manifs contre la loi travail le pouvoir n’a pas bougé d’un iota. Signe qu’une insurrection peut les faire reculer, mais je doute que le système et les gens qui le composent daignent à se réformer, en général les systèmes en place s’accrochent jusqu’au bout jusqu’à leur chute.

    Signaler
    • Félix WEYGAND Félix WEYGAND

      Sûr !
      Aux US ils ont élu Trump et au Brésil Bolsonaro !
      On ne fait pas plus clairvoyant !

      Signaler
  27. Brallaisse Brallaisse

    Ah , le grand soir !

    Signaler
    • juH juH

      Et alors ?
      Ca vaut toujours mieux que les discours genre mondialisation, on peut rien faire gnagnagna…
      Beaucoup sont dans une misère telle que le retour de bâton sera violent.
      Peut-être serait-il temps d’envisager de sortir du cadre et de l’horizon indépassable dont on nous bourre le crâne depuis 40 ans ?
      Et puis qu’avez-vous contre le communisme et la dictature du prolétariat ?

      Signaler
    • Félix WEYGAND Félix WEYGAND

      Oui juH !
      Sortons et inventons autre chose !
      Mais aussi autre chose que cette référence là ! Ni chemises noires ni foulards rouges obligatoires !
      Et puis arrêtez de jeter le BB de la démocratie représentative et de l’économie de marché avec l’eau du bain de l’ultralibéralisme et des dégâts de la mondialisation…
      Le capitalisme et sa fantastique capacité de transformation (qui estomaquait déjà Marc et Engels il y a un siècle et demi) ne sera pas dépassé par le communiste (ni le fascisme heureusement) tels qu’ils ont été imaginés et expérimentés au XXe siècle. Il y aura sûrement un jour autre chose.
      Un peu d’imagination !

      Signaler
  28. Félix WEYGAND Félix WEYGAND

    Sûr !
    Aux US ils ont élu Trump et au Brésil Bolsonaro !
    On ne fait pas plus clairvoyant !

    Signaler
  29. Bakto13 Bakto13

    Qu’attendre d’un député MoDem, présidé par la girouette opportuniste Bayrou, sinon un gros caca nerveux ?

    Signaler
  30. Un électeur du 9 ème Un électeur du 9 ème

    Dans ses commentaire Félix WEYGAND (31 décembre 2018 à 19 h 03) veut préserver « le BB de la démocratie représentative » et à à 19h12 il rappelle « « Aux US ils ont élu Trump et au Brésil Bolsonaro ! On ne fait pas plus clairvoyant ! ».

    Mais de quoi la démocratie est-elle représentative ? sinon des médias dominants.

    Signaler
    • Félix WEYGAND Félix WEYGAND

      Du « peuple souverain » qui est certes un concept et qui comme tout abstraction ne se rencontre jamais purement dans le réel.
      La représentation est bien sûr biaisée et pas seulement par les « médias dominants ». Cette notion serait aussi à revisiter : les mass médias font sûrement l agenda de nos réflexions, ils sont beaucoup moins efficaces pour nous dire quoi penser. Les « bulles de filtre » des algorithmes des moteurs de recherche et des réseaux sociaux fonctionnent bien mieux).
      Elle est encore plus biaisée par le fonctionnement même des systèmes politique : monarchie parlementaire ou république ? Scrutin majoritaire ou à la proportionnelle ? Durée des mandats, statut des élus, place de l opposition, etc.
      C’est pour cela que les contre-pouvoir, dont celui de la justice et de la presse ainsi que des droits fondamentaux garantis à l’individu et au citoyen sont si importants.
      Tout cela est ameliorable en permanence ? c est sur !
      Tout cela doit être jeté à la poubelle au profit des AG permanente, des référendums et de la démocratie directe soit disant permise par les communications numériques ? C’est sur que non !

      Signaler
    • Félix WEYGAND Félix WEYGAND

      Quand au fait que ces systèmes permettent aussi aux Trump, Bolsonaro et autres Salvini d’arriver au pouvoir (hier Mussolini ou Hitler). Cela fonctionne toujours à partir des mêmes revendications « anti » : parlementaires, élites, intellectuels, juifs, féministes, pro-européens, roms, étrangers, urbains, etc.
      Les populismes fonctionnent toujours sur les mêmes ressorts pour utiliser la colère et la peur d’une base sociale de « petites » classe moyennes afin d accéder au pouvoir, et quand ils l’ont…

      Signaler
  31. corsaire vert corsaire vert

    « Moi je me fais engueuler tous les jours, on me dit ‘vous devez tenir le cap !’ C’est pas 10 000 guignols qui vont nous arrêter dans notre démarche. »
    Alors, avant le burn out, vous enfilez un gilet jaune et allez crier m …e à vos patrons au centre d’un rond point ! ce sera plus drôle !!!!
    Il est vrai que prendre des coups de pied au cul au tarif de député cela aide bien digérer quelques humiliations ….

    Signaler
  32. Brallaisse Brallaisse

    Cher Felix , le populisme et les autocrates de tous poils ne sont pas ma tasse de thé, loin s’en faut ,mais posez vous quand même les bonnes questions. Pourquoi ces gens là arrivent à prendre le pouvoir ?.

    Signaler
  33. Un électeur du 9 ème Un électeur du 9 ème

    Pourquoi le FN était-il au deuxième tour des dernières présidentielles et va –t-il battre tous les records ? Je pense que c’est tout simplement à cause de la trahison permanente de la soi-disant « gauche » et en particulier des gouvernements Fabius puis Rocard autrefois et des gouvernements Hollande plus récemment qui ont complétement trahis les intérêts du plus grand nombre. Benoit Hamon disait très justement lors de la campagne présidentielle que si Macron était élu cette fois –ci c’est Mme Le Pen qui serait élue la fois suivante. J’ai bien peur qu’il ait raison et en plus Hollande à banalisé l’état d’urgence et Macon a inscrit de fait l’état d’urgence dans la loi ordinaire. Cela promet !

    Signaler
  34. Brallaisse Brallaisse

    La Gauche a sans doute sa part , mais quand vous voyez , simple exemple, que le légendaire BAKALNY de Levallois va se représenter en 2020 aux municipales, il y a quelque chose qui cloche . Je ne parle même pas des TIAN, JOISSAINS et autres teckels à poils durs.
    Faut vraiment se poser les bonnes questions et faire évoluer notre Droit.

    Signaler
  35. CAT13 CAT13

    La majorité de la classe politique actuelle fait malheureusement le lit du populisme, ce sont les premiers à le dénoncer alors que les politiques qu’ils appliquent et leur comportement nous mènent tout droit vers ces régimes là, quelle schizophrénie!

    Signaler
  36. Brallaisse Brallaisse

    La différence réside dans le fait que les schizophrènes ne sont pas responsables de leur état , mais les hommes politiques oui ( du moins certains, mais nombreux à Marseille).

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire