Pourquoi l’extension de l’ouverture des commerces le dimanche traîne

Info Marsactu
Jean-Marie Leforestier
9 Août 2018 6

La préfecture a demandé à la Ville de Marseille de revoir sa copie pour l'extension de la zone touristique permettant aux commerces d'ouvrir le dimanche. Le dernier épisode d'une mesure controversée.

Le centre commercial Prado, inauguré mercredi 28 mars 2018. (LC)

Le centre commercial Prado, inauguré mercredi 28 mars 2018. (LC)

Les commerces de l’escale Borély passent une nouvelle saison sans pouvoir ouvrir le dimanche. Le centre commercial du Prado connaît un premier été sans lever de rideaux dominical. Et tout cela, au grand dam de la Ville de Marseille qui a voté officiellement en conseil municipal une demande d’extension de sa zone touristique, ce qui aurait ouvert la voie au travail sept jours sur sept dans une large zone embrassant la Corniche et le Prado.

Selon nos informations, cela n’a pour l’heure pas convaincu le préfet. Plutôt que de répondre fin juin comme la loi le lui commandait, celui-ci a préféré réserver sa réponse et demander un complément d’information à la mairie avant de statuer. “Cela porte surtout sur l’étude d’impact, le caractère touristique et le périmètre de la zone”, explique-t-on dans les couloirs de la préfecture. Il s’agit pour la Ville non seulement de certifier la fréquentation saisonnière du nouveau périmètre mais aussi de ses capacités d’accueil et de court séjour.

Yves Moraine : “Nous restons confiants”

À l’hôtel de Ville, Jean-Claude Gaudin a bien reçu la missive. Un de ses proches, le maire des 6e et 8e arrondissements Yves Moraine ne s’en inquiète pas outre mesure. “Notre demande est légitime. La préfecture a effectivement demandé des éléments complémentaires mais nous restons confiants”, assure-t-il.

Le choix du préfet a en tout cas pour effet de temporiser un peu dans un dossier loin de faire l’unanimité. Ainsi, au sein même de la majorité municipale, le dossier a suscité des oppositions. Durant l’instruction du dossier, il avait fallu que le directeur de cabinet de maire sonne la fin du débat en rappelant avoir promis cette ouverture aux promoteurs du centre commercial du Prado et en soulignant les valeurs libérales qui sont celles de la droite.

Parmi les élus qui s’y sont opposés, se trouve l’adjointe au tourisme Dominique Vlasto, concernée au premier chef pour ce dossier. Interrogée début juillet, elle n’était toujours pas convaincue de la pertinence de la mesure. “Je pense que le centre-ville mérite qu’on l’accompagne encore un peu”, avance-t-elle. La chambre de commerce a aussi exprimé un avis similaire.

“De la précipitation dans ce dossier”

“C’est pas les petits commerces que l’on défend dans cette histoire. De toute façon, ils n’ouvrent pas le dimanche dans le centre-ville, argumente dans les couloirs de la mairie un partisan de la généralisation de l’ouverture dominicale. C’est un combat mené en sous-main par les Terrasses du port. Mais qui peut croire qu’une ville comme Marseille ne peut pas accueillir deux centres commerciaux le dimanche ?”

Au-delà de la décision finale, c’est aussi la soudaineté de la démarche qui avait brusqué les différents acteurs. Nicole Richard-Verspieren, de la CPME, qui regroupe les patrons des petites et moyennes entreprises, disait l’avoir appris par la presse. “Il y a eu un peu de précipitation dans ce dossier”, estime aussi Dominique Vlasto rejointe sur ce point par Yves Moraine : “C’est vrai que sur la forme, nous aurions certainement pu faire mieux.”

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

1 € LE 1ER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

Euroméditerranée se projette jusqu’en 2030, avec de nombreuses zones d’ombre
Il est de ces documents complexes aux nombreux acronymes qui découragent d'y plonger le nez. C'est le cas du "Protocole-cadre de partenariat n°V pour l'extension...
L’annulation du conseil municipal repousse encore le débat politique sur le mal-logement
Il y aura bien un rassemblement devant la salle du conseil municipal ce lundi matin. Mais celle-ci demeurera vide. Ce dimanche, le maire de...
Les habitants de Bel horizon craignent de voir leur tour disparaître
Les gilets jaunes flottent aux fenêtres et balcons de cette grande tour inélégante qui sert de fanal de l'entrée de ville, entre Saint-Lazare et...
Le stadium d’athlétisme Miramas, 22 millions d’euros mais pas de projets
Si vous êtes au village de marques, vous n’avez qu’à traverser la rue. C’est à Miramas, dans une zone moitié résidentielle moitié en friche,...
Centre commercial mort né, Bleu Capelette se réincarne en quartier de ville
Ce n'est pas encore un acte de renaissance, comme une première pierre avec élus, écharpes et sourires posés, mais cela y ressemble tout de...
Pour les évacués de la rue d’Aubagne, un retour espéré mais sans calendrier
Rue d'Aubagne. Plusieurs riverains, valises vides en mains, sont escortés par les pompiers vers leurs logements. Sans avoir de date de retour, les habitants de...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire