Le parquet financier perquisitionne la vieille garde pléthorique de Jean-Claude Gaudin

Enquête
le 24 Mai 2019
31

Lors d'une nouvelle perquisition à l'hôtel de Ville, le 17 mai dernier, les gendarmes mandatés par le parquet national financier se sont intéressés aux employés municipaux toujours en poste, bien au-delà de l'âge légal de départ à la retraite. Un vrai système au sein du système municipal.

Le parquet national financier est de retour au château. Il y a quelques jours, des gendarmes ont opéré de nouvelles perquisitions à l’hôtel de ville mais aussi, comme La Marseillaise l’a révélé, à la direction générale des ressources humaines, boulevard des Dames. Ces nouvelles investigations sont loin d’être une simple visite de routine destinée à compléter les éléments déjà recueillis dans le cadre de l’enquête préliminaire ouverte pour « faux, usage de faux et détournement de fonds publics » en 2017 (lire notre dossier).

Comme Le Point l’a signalé ce jeudi, les enquêteurs s’intéressaient précisément au statut de l’entourage immédiat du maire et notamment son cabinet, dont les membres ont, pour la plupart, largement dépassé l’âge de départ à la retraite. Marsactu est aujourd’hui en mesure de révéler le profil des principaux concernés.

« Pour intérêt de service »

Cette situation est particulièrement vraie pour le premier cercle du maire, lui-même âgé de 79 ans : son directeur de cabinet, Claude Bertrand, le suit depuis plus de 40 ans. Fonctionnaire territorial, il aurait depuis plusieurs années endossé le statut de contractuel de la fonction publique tout comme Jean-Claude Gondard, directeur général des services et Jean-Pierre Chanal, son adjoint. La règle prévoit que les hauts cadres de l’administration puissent bénéficier d’une prolongation au-delà de l’âge légal de départ à la retraite « pour intérêt de service » et « jusqu’au renouvellement de l’assemblée délibérante de la collectivité ». Mais, visiblement, les enquêteurs souhaitent connaître le cadre légal de ce maintien en poste.

Autre sujet d’intérêt pour les gendarmes : les autres membres du cabinet du maire et notamment les nombreux chargés de mission. L’organigramme de ce cabinet n’est pas public tout comme le nombre exact de chargés de mission qui y travaillent. D’après nos informations, les enquêteurs s’intéressent en particulier à plusieurs chargés de mission, passés ou présents, qui ont la particularité de cumuler la qualité d’anciens adjoints ou conseillers municipaux, l’âge avancé et le statut de chargé de mission au sein du cabinet. Les perquisitions les concernant se sont poursuivies jusqu’à leur domicile.

Du New-York au cabinet

C’est notamment le cas de Monique Venturini, chargé des relations publiques au sein du cabinet. Cette dame blonde de 68 ans au sourire éternel n’est jamais loin du maire, les bras remplis de dossiers. De 2001 à 2008, elle faisait partie de la majorité municipale, en charge du cinéma. Avant cela, elle était la patronne du New-York, une brasserie très en vue du Vieux-Port de Marseille. Selon nos informations, elle fait partie des employés dont les gendarmes souhaitaient connaître la fonction, l’emploi du temps et le statut.

Même chose pour Serge Botey, l’ancien adjoint au maire chargé de la culture durant la même mandature, âgé aujourd’hui de 70 ans. Depuis cette date, il prend le pouls de la ville pour le compte du maire et de son cabinet. Ancien patron de la librairie La Touriale, boulevard de la Libération, il a été embauché au cabinet du maire à la fin de son mandat. Il y suit certains sujets délicats liés au monde la culture mais aussi au milieu des supporteurs de l’OM.

La fidélité du maire

« Le maire est un fidèle, commente un syndicaliste. Quand un élu n’est pas repris sur les listes, il le récupère au cabinet. C’est une forme de récompense pour service rendu. En même temps, ils restent à sa proximité et donc sous son contrôle ». Parmi les noms qui aurait retenu l’attention des enquêteurs figurent d’autres anciens élus. Ancienne adjointe aux rapatriés puis aux seniors jusqu’en 2014, Solange Moll aurait ensuite exercé au sein du cabinet, en tant que chargée de mission sur la même thématique des personnes âgées. Elle y aurait retrouvé Michel Ballaro, qui, selon nos informations, exerce ce poste de chargé de mission au cabinet depuis 1995.

Les enquêteurs tentent de comprendre dans quel cadre légal des personnes ayant, pour certains, largement dépassé l’âge de départ à la retraite, continuent d’exercer une activité professionnelle au sein d’une collectivité territoriale. « Il ne s’agit pas d’emplois fictifs mais de fonctions attribuées en dehors du cadre légal », a confié une source judiciaire au Point.

« Les mêmes gendarmes, les mêmes questions »

Du côté de la Ville, cette nouvelle série de perquisitions et d’auditions n’est que la suite logique de l’enquête préliminaire ouverte par le parquet « et rien de plus ». « Ce sont les mêmes gendarmes qui posent les mêmes questions sur le temps de travail des agents », indique-t-on à l’Hôtel de ville où on espère une issue prochaine à l’enquête.

Pourtant le sujet de la gérontocratie municipale est loin d’être épuisé. Les têtes chenues sont nombreuses à la Ville et ce, de longue date. En 2013, la chambre régionale des comptes avait déjà souligné le maintien en poste de 53 agents territoriaux au-delà de l’âge légal de 65 ans, dont neuf en complète irrégularité avec ce que prévoit la loi. Le directeur des ressources humaines de la Ville Henri Sogliuzzo, était dans ce cas depuis 2012. Il a fini par quitter la Ville en 2015. L’homme était un fidèle parmi les fidèles du maire puisqu’il a connu ce dernier sur les bancs du lycée.

Professeur de gymnastique

Dans le même registre scolaire, un autre proche du maire est encore en activité. Il s’agit de Jean Celfio, ancien professeur de gymnastique au sein du lycée de Saint-Joseph-les-Maristes qui figure parmi les premiers soutiens politiques du maire. Depuis plusieurs années, il occupe un poste de chargé de mission au sein de la police municipale. « Il suit de près l’activité du service pour le compte du cabinet et vient faire son rapport tous les mardis », indique un syndicaliste sous couvert d’anonymat. De la même génération que le maire, des questions se posent sur la régularité de son statut.

« Il était surtout utile quand le service n’avait pas de chef digne de ce nom, souligne Patrick Rué, secrétaire général Force ouvrière. Cela permettait au cabinet de garder un œil sur le service. Il avait ainsi des hommes de confiance placés en étoile dans de nombreuses services ».

Un retraité vacataire

La carrière sans fin d’un autre fidèle pourrait également intéresser les enquêteurs. Ancien directeur des services sociaux de la Ville, Jean-Max Trouillet est devenu en 2013, directeur général des services du comité communal d’action social (CCAS). En 2016, le maire de Marseille et président du CCAS, Jean-Claude Gaudin décide de prolonger Jean-Max Trouillet au-delà de la limite d’âge. Une décision retoquée par le préfet au titre du contrôle de légalité.

Comme Jean-Claude Gaudin a la fidélité bien accrochée, il propose de maintenir Jean-Max Trouillet comme vacataire pour du « conseil en stratégie et organisation » auprès de la nouvelle directrice générale des services, payé à l’heure.

Ce statut particulier continue de faire tiquer sur le plan de la légalité. Chargée de vérifier les recommandations de la chambre régionale des comptes (lire notre article), l’inspection générale des services (IGS), un service municipal, s’interroge sur le cas Trouillet et tique fortement sur sa qualité de prestataire pour laquelle, là encore, la limite d’âge est atteinte. L’IGS souligne que cette activité aurait pu être confiée à un cabinet spécialisé et ce, d’autant plus, que Jean-Max Trouillet a créé une société de ce type en 2015. À l’époque, l’IGS recommande de mettre fin à la mission de Jean-Max Trouillet et de ne pas la proroger au-delà du 1er janvier 2019.

Enfin elle souligne que ledit vacataire a représenté le CCAS lors d’une réunion à Stockholm, en février 2018. L’IGS tousse fort. « Cette mission s’accommode mal d’une intervention discontinue payée à l’heure », souligne la rédactrice, en référence au travail habituel d’un vacataire. Sauf si celui-ci est un fidèle d’entre les fidèles de la Gaudinie.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. martine Colombani martine Colombani

    à mimet depuis 2001 c’est comme ça: des employés sont mis à la retraite et sont re-embauchés par le maire pour 1 ou 2 jour – encore la semaine dernière – euh ! des employés ayant un certain profil – ce fut même le cas de co listiers – Le maire s’inspirerait-il de Marseille et de son maire sous les ordres duquel il a été dans les années 80 ?

    Signaler
  2. Herve Vaudoit Herve Vaudoit

    Jean-Claude Gaudin est né en octobre 1939. Cela fait donc 80 ans dans l’année.

    Signaler
  3. bud_ice13010 bud_ice13010

    Le problème est d’actualité avec la loi sur la loi de réforme de la Fonction Publique dont on présente une dérive: car ils sont à l’age de la retraite, au lieu de les remplacer ,ces personnels deviennent contractuels et gardent leur poste où il sont très grassement payés. Explication: autant le statut impose des garde-fous en terme de salaire autant pour les contractuels à ce niveau d’employabilité ont des salaires qui dépassent les standards et font exploser la masse salariale ainsi que les charges sociale d’une collectivité… Quand je vois que mes impôts servent à entretenir ce système clientéliste et avec un coût injustifié cela me fout les boules d’autant plus que plein d’irremplaçables peuplent les cimetières et que le monde ne s’est pas arrêté de tourner pour autant…

    Signaler
  4. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Pour préparer une ville à son futur, ce qui est – en principe – le rôle d’un maire et de son entourage, quoi de mieux que des septuagénaires et des octogénaires qui ne le vivront pas ? Si l’Hôtel de Ville est devenu une maison de retraite, on comprend mieux certains choix : quand on n’est plus concerné depuis des décennies, on s’en fout, de l’état des écoles…

    Signaler
    • mrmiolito mrmiolito

      Mince, vous avez écrit mot pour mot ce que j’allais écrire…

      Signaler
    • Zumbi Zumbi

      Et quand on n’a jamais parcouru la ville qu’en bagnole, on n’est pas du tout concerné par l’état des trottoirs où les trous dans la chaussée qui transforment les déplacements à vélo en cyclocross…

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      @mrmiolito. Désolé, je ne recommencerai pas 😉

      @Zumbi. Et on n’est pas plus concerné par le réseau de transport en commun, ce qui conduit à ceci : les Lyonnais sont 41 % à se rendre au boulot en transport en commun, et 35 % utilisent leur voiture ; du côté des Marseillais, c’est respectivement 28 % et 53 % (https://pbs.twimg.com/media/D7Kp6H2W4AEO4P_.jpg). Qu’on évite de prétexter que c’est « culturel » : quand une offre de transport attractive existe, elle est utilisée. Idem pour le vélo, bien sûr.

      Signaler
  5. Zumbi Zumbi

    Complètement d’info : Trouillet est toujours là, remplacé par une potiche, il est « conseiller ».

    Signaler
  6. Mine de plomb Mine de plomb

    On sent que tout ce beau monde est hyper compétent en plus !
    Je pensais à la mairie de Michel Noir à Lyon il a fallut 2 Mandats à Collomb pour se séparer des merdes qui s’accrochaient partout à leurs postes.
    Il faut dénoncer et sanctionner mais rien n’est fait.

    Signaler
  7. petitvelo petitvelo

    Si LREM agit ! M Macron s’apprête à élargir le recours aux contractuels, statut dont on voit toute la souplesse ici. A-t’il pensé au cas Marseillais ? Car à Marseille, on ne change pas une équipe qui gagne dans les urnes.

    Signaler
    • PromeneurIndigné PromeneurIndigné

      N’oubliez pas qu’il est supporter de l’OM :une équipe qui gagne aussi (pas toujours) !

      Signaler
  8. petitvelo petitvelo

    C’est une impression ou quand il y a un dossier qui peut présenter des liens municipaux, le parquet préfère recourir à des gendarmes qui changent régulièrement de région qu’à des policiers ?
    Si le parquet commence à scruter 30 ans de gestion des ressources humaines, et pour apprécier une éventuelle infraction se resitue à chaque fois dans le contexte de l’époque, il va en falloir du temps pour boucler l’enquête !

    Signaler
  9. demidi.aminuit demidi.aminuit

    yes

    Signaler
  10. Mars1 Mars1

    Il faudrait que ces enquêtes aboutissent rapidement et que tous les marseillais en soient bien informés avant les prochaines élections municipales, pour espérer -peut-être- un grand coup de balai et un vrai renouvellement de la municipalité.
    Le futur de Marseille est en jeu!

    Signaler
  11. LN LN

    Je ne vais pas faire l’avocat du diable mais JM Trouillet est à la ville depuis plus de 40 ans (ca n’excuse rien) et s’il est resté en poste « contractuel » c’est aussi pour palier l’incompétence totale (sic) de la nouvelle directrice du CCAS Nicole Toussaint Gaudin (tiens, qu’est-ce qu’elle fait là ?) nièce de Jean-Clôôôôôde (ah ! dis-moi tout !) Affublée de la non moins compétente Sylvie Carrega, les deux font la paire et les services sociaux n’ont qu’à bien se tenir !
    C’est sûr qu’un peu plus de jeunesse ET de compétences ne nuirait pas ! Quant au « piston »….

    Signaler
    • Sophie13 Sophie13

      Je ne suis pas d accord avec vous!!
      Un commentaire noyé dans la colère ( personnelle??) …ou bien simplement baigné d ignorance ….
      C est peut être le changement qui vous fait peur 😨
      Le CCAS de Marseille se porte bien!!
      Il faut aussi le dire !!!
      Mais oui Il change évolue plus dynamique plus réactif il s adapte au mieux aux besoins de son public
      et cette démarche est amorcée depuis plusieurs années!!

      Grâce à des agents motivés mais aussi à sa direction, mme Nicole Toussaint, la nouvelle DGS, qui est à l écoute de ses agents, femme de terrain et de valeurs
      Le service public retrouve toute sa dimension humaine !!!
      On est loin de cette mauvaise caricature de « potiche » que vous voulez en faire!!! Vous êtes bien mal renseigné!!
      Toujours dans l action c est bien cela qu on attend du Ccas de Marseille !!!

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Seulement 20 points d’exclamation dans cette réponse !!!!! Pour 11 phrases !!!!!!! Etait-ce indispensable ?????? Que cherche-t-on à démontrer avec un tel usage de la ponctuation ?!??!???

      Signaler
    • demidi.aminuit demidi.aminuit

      Et bien Sophie13, on s’emporte! L’article ne porte pas sur le CCAS mais sur les « vieux » de l’entourage du maire. Quelle est votre motivation pour voler au secours des trouillet carrega toussaint et consors? Cela pose question…c’est une commande peut-être?

      Signaler
  12. Input-Output Input-Output

    Merci une fois de plus à Marsactu pour nous informer de ces (dys)fonctionnements…Malheureusement, il y a fort à parier que toutes ces irrégularités ne seront jamais sanctionnées…Et de toute façon, le grand gourou de ce système partira bientôt, impuni, à la retraite (tout en restant très bien payé par les contribuables). L’occasion pour ses futurs successeurs de renier sans rougir pendant la future campagne des municipales toute responsabilité dans ce qui s’est passé pendant les 25 dernières années. Vive la politique et vive Marseille !

    Signaler
  13. demidi.aminuit demidi.aminuit

    Yes!

    Signaler
  14. demidi.aminuit demidi.aminuit

    Et oui très cher LN, vous vous faites l’avocat du diable avec même une certaine dose de complaisance je trouve!
    Vous inversez l’ordre des choses. Trouillet n’est pas resté pour pallier l’incompétence notoire et immense de madame Gaudin épouse Toussaint nommée par son cousin de maire mais il a organisé sa mise en place pour rester au CCAS, c’est tout à fait différent ! Il tire les ficelles pendant que la DGS se ridiculise autant en interne qu’en externe par son incroyable nullité. Marseille mérite mieux, les pauvres et les personnes âgées aussi!

    Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      En même temps, si j’en crois l’article, le maire fait beaucoup pour les personnes ÂGÉES, au point de transformer son cabinet en annexe VIP du CCAS…

      Signaler
  15. Regard Neutre Regard Neutre

    Le trop grand népotisme qui règnent dans la classe politique , ronge les grands principes républicains, et méprise le mérite et l’équité. Voilà une raison qui résigne les électeurs , désabusés — aujourd’hui de plus en plus nombreux—, à délaisser les bureaux de vote. A Marseille le phénomène est peut-être appliqué avec exagération. Aussi, ces anciennes pratiques génèrent des tornades puissantes de dégagisme. Les principaux grands partis politiques en ont déjà fait les frais…

    Signaler
  16. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Je trouvais (un peu) excessifs les commentaires qui, de temps en temps à la suite d’autres articles de Marsactu, qualifiaient la mairie d’EHPAD. Finalement, je vois que les lecteurs ont souvent une grande justesse de vue…

    Signaler
    • petitvelo petitvelo

      Disons qu’il s’agit d’un dispositif de CTTPA: une Cessation Très Très Progressive d’Activité :o))

      Signaler
  17. André André

    A l’heure où les critiques se déversent sur l’encadrement du Centre Communal d’Action Sociale de Marseille, il est temps que la vérité refasse surface et que les qualités professionnelles ainsi que le sens de l’humain de Monsieur Trouillet et Mesdames Carrega et Toussaint soient reconnus, n’en déplaisent aux auteurs des commentaires et à la diffamation qu’ils recouvrent.
    La critique est aisée, plus encore lorsqu’elle s’exerce sous la forme anonyme.

    Signaler
    • demidi.aminuit demidi.aminuit

      De deux choses l’une André : soit vous travaillez au CCAS et je ne sais pas comment vous pouvez dire que ça va bien…. soit vous n’y travaillez pas et alors vous devriez vous taire.

      Signaler
  18. Pascal L Pascal L

    LE CCAS ça existe à Marseille ?
    Ah oui ! Je suis allé voir sur internet : ils s’occupent du 3e age dans les quartiers sud ! Si vous voulez voir « la cible » allez sur leur site :
    https://www.ccas-marseille.fr/vos-loisirs
    La diversité Marseillaise ?

    Signaler
  19. Claudia Claudia

    Oui mais faites quand même attention. Le cadre légal comme vous l’ecrivez, pour les gens nés en 1953, par exemple, c’est 66 ans et 2 mois pour eviter la décote. Et lorsque qu’il manque trop d’annuites, on est bien obligé de demander une rallonge légale pour ne pas crever la dalle. Les lois récentes ont des incidences sur les seniors au travail. Évidemment, au delà de 69 ans, on ne peut pas rester comme ça. Mais le cadre légal, ça n’est plus 65 ans comme vous le prétendez.

    Signaler
  20. kalev kalev

    La gérousie est l’équivalent spartiate du Sénat : c’est un élément aristocratique et oligarchique, par opposition à l’assemblée du peuple.
    C’est une assemblée de 28 hommes âgés de plus de 60 ans, les gérontes élus à vie, sans reddition de comptes.

    Signaler
  21. didier L didier L

    Cette gérontocratie au pouvoir depuis des années et ne voulant pas le lâcher – mais n’ont-ils rien d’autre à faire de leurs vies ?- et l’une des raisons – pas la seule – du mauvais management, de l’absence de perspective et de l’inertie qui règne dans cette mairie. Faut aussi ajouter le rôle de FO piteux cogestionnaire des services municipaux. Jusqu’à quand cette ville si belle et si riche par sa diversité va-t-elle rester aux mains de ces vieux grigous ? Rendez-vous dans un an. Mais quelle alternative ? Vassal, l’héritière, mais aura-t-elle le courage de faire le ménage ? Sinon quoi ou qui ?

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire