Le patron des assises de l’habitat de la métropole loue des logements indignes

Enquête
le 10 Fév 2020
25

Jacques Ansquer, ancien président de la Banque alimentaire des Bouches-du-Rhône, coordonnateur des assises citoyennes de l’Habitat voulues par la présidente de la métropole après le drame de la rue d’Aubagne, loue des logements indécents à Périer.

Au dessus des garages, les chambres de bonnes ont été reconverties en logements indignes pour les plus démunis. Photo : Coralie Bonnefoy

Au dessus des garages, les chambres de bonnes ont été reconverties en logements indignes pour les plus démunis. Photo : Coralie Bonnefoy

Tout en haut de la petite rue Mireille (8e), passé un portail gris, deux bâtiments se font face. L’ensemble décrépi, aux façades tristes, tranche singulièrement avec les somptueuses bâtisses de la si cossue montée de Périer, toute proche. De part et d’autre de la cour, les garages du rez-de-chaussée sont surmontés de chambres de bonne. Reliquat du temps où les Marseillais fortunés qui emménageaient dans les belles constructions de la rue Gaston-Crémieux, logeaient là leur petit personnel…

Ces chambrettes qui parfois sont intitulées « débarras » sur les relevés de propriété, sont louées entre 300 et 400 euros. Un loyer cher, très cher même, lorsque l’on constate l’état de délabrement de certaines de ces pièces.

Un occupant nous ouvre sa porte. Il vit là. Dans ce couloir d’environ deux mètres de large sur cinq mètres de long. Guère plus de 9 ou 10 mètres carrés. Au sol, du lino gris et usé et partout une vie qui s’entasse dans cet espace trop étroit. Le lit déborde sur l’ouverture de la porte et fait face à un plan de travail aux vieux carreaux blancs – tantôt disjoints, tantôt fendus – collé à un bac douche juste séparé de l’évier par un rideau de plastique blanc. Des plaques électriques sont posées sur la paillasse à moins de 40 centimètres du robinet d’eau. L’installation semble fuir. Sous l’évier le sol est humide et le mur couvert de moisissures noires.

Les neuf mètres carrés théoriques de l’habitation comprennent une douche et un évier accolés. La fenêtre, gonflée d’humidité, ferme mal. Photo : Coralie Bonnefoy

Ni chauffage, ni ventilation

« C’est une chambre froide », soupire l’homme. Aucun chauffage fixe n’est installé. Comme dans plusieurs chambres, le locataire se chauffe au moyen d’un radiateur d’appoint. Au-dessus de l’espace cuisine rudimentaire, la fenêtre gonflée d’humidité s’ouvre avec difficulté. Le logement ne dispose pas de ventilation. Sur le haut d’un lé de papier-peint qui se décolle, au-dessus de la tête du lit, un cafard mort confirme la présence de nuisibles.

Sous l’évier, des marques de moisissure révèlent l’humidité du logement. Photo : Coralie Bonnefoy.

Comme l’essentiel des chambres du bâtiment « nord-est » du 9 rue Mireille, la pièce ne dispose pas de toilettes. Un WC à la propreté très sommaire se trouve au bout de chaque palier. Dans l’un d’eux, le couvercle de la chasse d’eau est posé au sol à côté d’un rouleau de papier hygiénique. Dans les montées d’escaliers, les peintures sont lépreuses. Au premier niveau, les compteurs électriques sont raccordés à chacune des chambres par des fils qui pendent le long du plafond. Les vitres des fenêtres des parties communes sont presque toutes cassées.

Pour cette chambre exiguë, sordide, sans chauffage aux normes et aux parties communes indécentes, le titulaire du bail paye 360€ par mois.

Administrateur du centre communal d’action sociale

Le propriétaire du lieu ? Jacques Ansquer. « Celui qui habite le château, là », glisse un habitant en pointant l’endroit où la rue Mireille croise la rue d’Arles. C’est là, dans une villa huppée, que vit l’ancien président de la banque alimentaire des Bouches-du-Rhône (de 2009 à juin 2016). A ce titre, il est d’ailleurs nommé administrateur du Centre communal d’action sociale (CCAS) de la Ville de Marseille en 2014 par Jean-Claude Gaudin.

Classement alphabétique oblige, le nom de Jacques Ansquer apparaît en premier dans la tribune de soutiens que signe en novembre dernier une centaine d’élus et de figures de la société civile marseillaise en faveur de la candidature de Martine Vassal, présidente LR du Département et d’Aix-Marseille Métropole, à la mairie de Marseille.

Un juste retour. Le 28 novembre 2018, ce  septuagenaire à l’allure bonhomme est chargé par la présidente de la métropole de piloter les Assises citoyennes de l’habitat. Consultation menée pendant plusieurs mois et censée apporter des réponses concrètes à la profonde crise du logement insalubre que connaît la ville, mise en lumière par le drame de la rue d’Aubagne et ses huit morts. Le « monsieur habitat » de la présidente de la métropole est, selon les relevés de propriété du service des hypothèques, propriétaire de sept chambres acquises entre 2007 et 2013 et d’un garage, au 9 rue Mireille.

A quelques pas de là, rue d’Arles, est domiciliée la Société civile immobilière (SCI) Augias – du nom du  richissime et corrompu roi de la mythologie grecque dont le récurage des écuries, repoussantes de saleté, figure parmi les douze travaux d’Hercule. Détenue à parts égales par le couple Ansquer et par un autre couple, son objet social défini à la page deux de ses statuts vise « l’acquisition, l’administration et la gestion par location ou autrement de tous immeubles et biens immobiliers et notamment d’un immeuble situé à Marseille (8e) 9 rue Mireille ». Jacques Ansquer en est le gérant de cette SCI depuis mars 2006.

Écuries épouvantables

« Vous savez pourquoi on l’a appelée comme ça, notre SCI ? Hercule a nettoyé ces écuries épouvantables. Eh bien nous, nous sommes en train de réhabiliter un lieu de non droit où il y avait du trafic, de la violence… », ose Jacques Ansquer. En 2010, la direction de la Santé publique de la Ville de Marseille constate dans un courrier « une situation insalubre » au 9 rue Mireille. La missive intime à la copropriété d’effectuer sous deux mois des travaux pour remédier aux causes d’infiltrations et d’humidité. « On a déjà réalisé un travail énorme, certifie l’ancien patron de la banque alimentaire départementale. Mais on avance petit à petit, sans recours à l’emprunt, et sans aide de l’argent public. »

Dans un des logements, l’électricité paraît clairement précaire.
Photo Coralie Bonnefoy

Pour chaque pièce louée, le propriétaire touche pourtant près de 250€ de la Caisse d’allocations familiales. Signe, selon lui, que les logements qu’il loue sont dans les clous de la loi : « Toutes les chambres répondent aux normes de l’habitat décent. La CAF nous surveille ». L’absence de d’aération ou ventilation (du type VCM) ? « Ce sont des bâtiments anciens. Il y a un certain temps, les VMC n’existaient pas. Il faut qu’il y ait une aération en bas et en haut de chaque pièce. Mais il ne faut pas que les locataires les bouchent », balaye l’émule d’Hercule. Pas de chauffage fixe ? « On met des radiateurs mobiles. Et puis ici, on ne chauffe pas l’été. » Ces deux absences contreviennent au Règlement sanitaire départemental des Bouches-du-Rhône et au décret relatif aux caractéristiques du logement décent de 2002. « Une pièce louée sans chauffage ni ventilation signe, c’est certain, le fait d’un logement non décent », cadre Florent Houdmon, directeur de l’agence Paca de la Fondation Abbé Pierre.

En cas d’installation de sanitaire à l’intérieur du logement, ce même décret est clair. Il réclame que baignoire ou douche, soient « aménagé(es) de manière à garantir l’intimité personnelle ». Ce qui n’est pas le cas ici.

La présence de la douche au cœur de la pièce interroge sur la surface habitable véritable des chambres louées. « Elles font toutes 9,5 mètres carrés, sauf une qui fait 20 mètres cubes », rétorque Jacques Ansquer. L’arrêt de la cour de cassation du 17 décembre 2015 s’appuyant sur l’article R. 111-2, alinéa 2 et 3 du code de la construction et de l’habitation préconise d’exclure, de la surface habitable, la surface au sol du bac de douche.

Il est interdit, en France aujourd’hui, de louer des surfaces inférieures à 9 mètres carrés, en deçà l’espace est considéré comme impropre à l’habitation.

Le spécialiste des questions sociales conteste fermement l’état de dégradation de certaines chambres, que Marsactu a pu constater in situ. « Nous recommandons aux propriétaires de respecter les normes de l’habitat décent. Chaque fois qu’un locataire quitte les lieux, nous remettons l’appartement en règle. Après si c’est détérioré par un résident… », évacue-t-il. Souhaiterait-il vivre dans une de ces chambrettes ? Il s’irrite vertement : « Je ne suis pas là pour répondre à une accusation à charge. Nous ne sommes pas des marchands de sommeil ! »

Pauvres gens

Ce n’est pas l’avis d’une voisine, ancienne propriétaire d’un garage vendu il y a quelques années. « On fait du fric sur de pauvres gens », se désole-t-elle. « À l’époque, M. Ansquer nous représentait auprès du syndic de copropriété. Et il ne se gênait pas pour dire que ça rapportait bien alors qu’il avait acheté tout ça pour trois fois rien… »

Dans la cour gravillonnée, une femme sort sa voiture d’un des garages. « Ce sont des marginaux qui vivent là, principalement, commente-t-elle. Il y a souvent des bagarres, on parle même de deal. Je ne conseillerais vraiment pas à un étudiant de s’installer là. » Un habitant en convient. La vie est parfois tendue au 9 rue Mireille. L’essentiel des résidents sont suivis par les services sociaux ou placés sous curatelle, assure-t-il. Une population d’autant plus vulnérable, donc.

« Ce sont souvent des personnes dans un état complexe, au niveau psychologique ou au niveau de leur santé, admet Jacques Ansquer. Ils sont aussi dans un état financier compliqué. Avec ces locations, nous leur permettons d’éviter de vivre dans les hôtels meublés du centre où les loyers coûtent 700 euros ! » Une saine action sociale, en somme, dont se prévaut le bon samaritain : « Nous contribuons à sortir les gens de la rue. Ces chambres c’est du dépannage. En général ils ne restent là que quelques mois de façon transitoire ». Marsactu a pourtant pu observer que certains locataires, bail à l’appui, vivent là depuis plusieurs années.

Lorsqu’il coordonnait les Assises citoyennes de l’habitat, Jacques Ansquer promettait « des actions fortes » et « une stratégie durable » pour lutter contre le mal logement et permettre la résorption de l’habitat indigne. Un an après avoir rendu ses conclusions, il ne voit aucune incohérence à avoir occupé cette fonction. Au contraire, l’ancien administrateur du CCAS fait partager son analyse. « L’une des premières difficultés que nous avons identifiées pendant les Assises, c’est de trouver des bailleurs qui respectent les normes de l’habitat décent », énonce-t-il. Sans rire.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Vraiment à vomir, cette droite sans foi ni loi qui fait du fric sur la misère tout en se donnant des grands airs. A dégager.

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Je disais à Felix semaine dernière que nous pouvions nous attendre au pire, et cela ne fait que commencer .

      Signaler
  2. Blaah Blaah

    Il mériterait qu’on l’extraie de sa villa de Périer pour y reloger ses locataires.

    Signaler
  3. patrick patrick

    rien dans la provence ? ce doit être une fake new.
    merci marsactu

    Signaler
  4. carole joseph carole joseph

    Punaise, après la banque alimentaire, les logements insalubres… La précarité ça rapporte !! Et la caf qui valide tout ça, ça me fait vomir 🤢…

    Signaler
    • Jacques89 Jacques89

      C’est le résultat de la politique de Macron qui a sorti le Contrôle des priorités des services. Quand il n’y a plus de contrôleur (pour réduire la dépense publique) la Mafia reprend « ses droits ».

      Signaler
    • Pascal L Pascal L

      On peut tout mettre sur le dos de la politique de M. Macron mais comme ça dure depuis 2007, il faut peut-être aussi faire la par des choses.

      Signaler
    • Vincent Squale Vert Vincent Squale Vert

      La caf ne valide rien, au contraire. Elle a un dispositif de lutte contre l’habitat indigne et non décent et intervient davantage que le Service Communal d’Hygiene et de santé sur ces situations. Et elle peut faire intervenir son service fraude pour récupérer les sommes indûment perçues voire faire un signalement au procureur de la République.

      Signaler
  5. julijo julijo

    sérieusement, est-ce vraiment étonnant ?
    ben non !!
    quel beau monde.

    Signaler
  6. Un électeur du 9 ème Un électeur du 9 ème

    Martine VASSAL
    @MartineVassal
    #AssisesHabitat | Aujourd’hui me sont restitués les résultats de la consultation citoyenne que j’ai commandée à Jacques Ansquer dans le cadre de ma Stratégie de Lutte contre l’Habitat Insalubre et Dégradé. #STLHID #Logement

    ( https://twitter.com/MartineVassal/status/1110462704370794497)

    Signaler
  7. Manipulite Manipulite

    Le mal est profond. Les origines et la puissances des élites marseillaises , le savant mélange politico-affairiste.
    Au delà du moment d’indignation tout cela va passer. Cf affaire Guérini au bout de 10 ans.

    Signaler
  8. Zumbi Zumbi

    Aulas en tête de liste du comité de soutien de Martine Vassal-Marseille va mal.
    Tout est dit.

    Signaler
  9. Félix WEYGAND Félix WEYGAND

    @ Braillasse,
    En effet le pire est devant nous. Je disais que nous allions connaitre une situation comparable à Jacques Médecin à Nice ou au Balkany à Levallois-Perret, j’avais omis la propension de ces gens à exploiter la misère et les plus faibles… Ce ne sont pas des corrompus ordinaires, ce sont de Thénardiers.

    Signaler
  10. Brallaisse Brallaisse

    A ce titre Felix ,et pour compléter votre propos auquel je souscris , je vous conseille la lecture d’un excellent ouvrage « Psychologie de la connerie » et plus particulièrement la contribution de JF MARMION qui donne la définition du connard . Ouvrage très sérieux et documenté qui donne une analyse et description voire les remèdes contre ces fameux connards. Un défaut malgré tout , ils ne sont pas venus à Marseille mais cela aurait, vu la matière présente ici , sûrement généré un deuxième tome. .Bref et en résumé , le connard est un con supérieur qui profite de sa situation au détriment de son entourage. Tiens, tiens…..Cette précision sémantique nous éclaire tout à fait sur certains élus ou personnages qui gravitent autour de ces derniers dans notre bonne ville.

    Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Je ne connaissais pas ce livre pourtant essentiel, dont on peut lire quelques pages sur le site de l’éditeur : https://editions.scienceshumaines.com/psychologie-de-la-connerie_fr-699.htm

      A première vue, il est hautement recommandable à tout âge. On y trouve un chapitre sur « la typologie des cons » : je crains cependant qu’il y manque une catégorie bien présente dans les hautes sphères politico-affairistes à Marseille.

      Signaler
  11. Regard Neutre Regard Neutre

    Les meilleurs gardes-chasse sont généralement recrutés chez les plus grands braconniers.
    La réponse de monsieur ANSQUER à Marsactu,qui souligne l’exiguïté des chambres qu’il loue —« Elles font toutes 9,5 mètres carrés, sauf une qui fait 20 mètres cubes »—,montre un professionnalisme vertueux digne d’un vieux marchand de sommeil.Celle-là il fallait oser la sortir…
    Pauvre de nous,comme on dit quelque peu dépité dans les quartiers populaires de Marseille.Les aides sociales ne vont pas toujours aux plus démunis.
    Cette misère sociale,installée dans les quartiers huppés de la ville,reste invisible,sourde et muette.Le terrain est tellement miné dans ce domaine que plus personne ne bouge dans l'(a)dministration censée contrôler les logements ouverts au parc locatif !
    Aussi,un grand « Bravo » à Marsactu qui en débusquant ce type de profiteurs,fait reculer les marchands de sommeil sans vergogne.Mais que fait l’Etat qui lui gère le carnet de chèque?

    Signaler
    • chouze chouze

      Un reportage édifiant , et ,une casserole supplémentaire pour Martine.

      Signaler
  12. Jean Peuplus Jean Peuplus

    Vraiment, on ne pourra pas reprocher à Mme Vassal de ne pas savoir s’entourer des personnes compétentes lorsqu’elle elle décide « de ne rien laisser passer » à propos de l’habitat indigne à Marseille. Quel expert autre que M.Ansquer aussi indépendant, objectif et surtout désintéressé aurait-il pu porter des propositions aussi concrètes que celles figurant dans le rendu des Assises citoyennes de l’habitat.

    Signaler
  13. demidi.aminuit demidi.aminuit

    Décidément, ce CCAS Marseille, un vrai nid de bonté!
    Après la vice -présidente qui voyage avec les petits vieux aux frais du contribuable ( dixit la chambre régionale des comptes), l’ancien DGS atteint par la date de péremption (dixit le tribunal administratif) qui joue au vacataire avec l’aide de l’incompétente cousine du maire qui le remplace (comme elle peut!) et à présent un administrateur véreux, elle est belle l’action sociale marseillaise !!!!
    J’espère qu’il vont tous dégager avant que l’autre partie de l’iceberg ne soit découverte, car on peut rêver mais tout cela ne s’arrête surement pas là, hélas….

    Signaler
  14. didier L didier L

    Cette affaire que sort Marsactu à propos de Ansquer résume tout le cynisme de ces gens. Honteux, même pas, ils font leur beurre sur la misère des plus faibles et s’en justifient. Cela me rappelle une autre affaire marseillaise, ancienne celle là : celle de Sanchez, un marchand de sommeil qui a sévit durant des années au Panier. Les  » îlots Sanchez » ont fini par disparaitre du Panier, mais ce fut long, cet homme avait des dizaines d’appartements/garages/studio insalubres qu’il louait a des personnes à la marge, sans papier etc … et cela lui rapportait pas mal. Sans vergogne il disait faire ce que les services sociaux de Marseille étaient incapables de faire ( loger ces gens) rien n’excuse Sanchez mais lui au moins n’était pas administrateur du CCAS alors que cet Ansquer …
    Merci Marsactu pour l’info, après cet article la justice doit se saisir du dossier. A suivre donc.
    Le CCAS de Marseille est – m’a dit il n’y a pas longtemps une personne qui en fut salariée durant quelques années -; le paradis du copinage et des affaires entre soi , bref on imagine.

    Signaler
  15. Christelle Christelle

    Mr ANSQUER, administrateur du CCAS ne trouve t’il rien à redire sur le fait que l’Analyse des Besoins Sociaux produit annuellement par le CCAS de Marseille, dont celui paru en novembre 2018 ne fasse aucune mention de l’habitat indigne ???

    Signaler
    • didier L didier L

      Très bonne question !

      Signaler
  16. barbapapa barbapapa

    Tels les prédateurs attirés par les colonies de vacances, les petites écoles ou les camps de scouts, les vautours charognards de la misère sont attirés par les nobles institutions telles que la banque alimentaire, les sociétés d’hlm, les postes d’élus, la proximité avec la mairie en place pour profiter des bons coups de l’habitat dégradé acheté et entretenu à vil prix et loué au prix fort aux caisses d’allocations familiales et aux indigents. Malrait, Santelli, Jacquier, Cachard, Bousquet, Ansquer… tous élus LR et/ou très proches de Gaudin Vassal Moraine et Cie, ce n’est plus une coïncidence, c’est un système

    Signaler
  17. Brallaisse Brallaisse

    Et en plus vous avez un spécialiste de la chose avec le père Tian , premier adjoint excusez du peu , qui s’élevait comme Saint Georges face aux fraudeurs et aux aides sociales de ces « putains » de pauvres.
    Tout ceci est odieux

    Signaler
  18. dpdp13 dpdp13

    C’est la réponse à la question : « Comment…Vous n’avez pas de voiture ! Mais alors, vous dormez où ?!? »

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire