Le campus Saint-Charles, modeste “noyau dur” de la mobilisation étudiante marseillaise

Actualité
Clara Martot
13 Avr 2018 4

Pour la première fois depuis le début du mouvement national, les étudiants marseillais ont bloqué jeudi l'accès au campus Saint-Charles pour protester contre la réforme de l'université. Entre le comité de mobilisation et les nouveaux venus, les formes de luttes se discutent quotidiennement en assemblée générale.

Des étudiants bloquaient l'entrée du campus Saint-Charles jeudi matin. (image Clara Martot)

Des étudiants bloquaient l'entrée du campus Saint-Charles jeudi matin. (image Clara Martot)

Ils estiment être une cinquantaine d’étudiants à dormir sur le campus depuis le jeudi 5 avril. Leurs sacs de randonnée, oreillers et tapis sont tassés contre les murs du grand amphithéâtre qu’ils tiennent jour et nuit. Des pancartes sont en cours d’élaboration sur le sol. Dans un coin, une “bibliothèque autonome” commence à recueillir quelques dizaines d’ouvrages, romans, essais, et tracts militants. Le midi, deux étudiantes dégainent les marmites de soupe. Comme leur camarades du reste de la France, les étudiants marseillais protestent contre la loi ORE (Orientation et réussite des examens) portée par la ministre de l’enseignement supérieur Frédérique Vidal. La mobilisation des étudiants marseillais est tardive, mais a fini par bloquer un campus, ce jeudi 12 avril : celui de la faculté des sciences à Saint-Charles.

“C’est difficile de mobiliser ici”, constate Sylvain, en L2 Sciences et Humanités, une filière unique en France créée ici en 2012. Sur ce campus exclusivement scientifique, les étudiants de la licence Sciences et Humanités constituent la majorité du comité de mobilisation. Sylvain explique la modestie des effectifs par une raison logistique toute locale : “l’université d’Aix-Marseille est l’une des plus grande de France, mais aussi l’une des plus éclatées. Entre ici, Saint-Jérôme, Luminy… Il n’y a pas de noyau dur. C’est ce que nous essayons de créer.” Les violences survenues à l’université de Montpellier la nuit du 22 mars ont gonflé les rangs de la contestation : “c’est véritablement depuis ce jour que des étudiants d’autres campus ont commencé à venir vers nous, nous demander ce que l’on pouvait faire ensemble.”

Le bloquage du campus fait débat

Deuxième cause de la faible mobilisation marseillaise selon Sylvain, la politique de l’université d’Aix-Marseille : “la philosophie de l’université, c’est la dépolitisation par excellence. Il y a zéro vie associative. On était moins nombreux au printemps des associations étudiantes, qu’à l’AG (assemblée générale) d’hier !” Le comité de mobilisation n’est pas peu fier de la fréquentation de l’AG de mercredi, estimée à 250 personnes. “Nous faisons des AG tous les jours et cela dure des heures, car on n’est pas tous d’accord”, sourit Marie-Alice, en L3 Biologie cellulaire. Principal ordre de la réunion de ce jeudi : le vote de la reconduction du blocus. C’est le point qui fait débat. Autrement, “la majorité des étudiants présents sont d’accord sur les principes de la lutte”, rapporte une membre du comité de mobilisation, aussi en L2 Sciences et Humanités.

Parmi les peurs les plus partagées, celle de voir son diplôme “dévalué”, en comparaison d’autres diplômes d’universités plus prestigieuses, si ces dernières ont la possibilité de sélectionner uniquement les meilleurs élèves. Une crainte que ne partage pas Laurence Mouret, doyenne de la faculté des sciences d’Aix-Marseille, qui soutient la réforme. “Dans tous les cas, il y a des inégalités entre les universités. Aujourd’hui déjà, la Sorbonne est plus prestigieuse qu’Aix-Marseille. Qu’est ce que la sélection va changer, franchement ?”, interroge-t-elle.

Olivier Morizot, professeur de physique et responsable de la licence Sciences et Humanité, avance un argumentaire opposé. À ses yeux, le campus Saint-Charles, déjà peu convoité par les étudiants, n’a rien à gagner dans la sélection à l’entrée et perdra simplement du temps dans le processus. Comme les candidatures ne sont plus hiérarchisées, les futurs étudiants choisissent Saint-Charles parmi neuf autres facs. “Jusqu’ici, la faculté de Saint-Charles n’était pas sous pression : elle recevait un millier de candidatures, ce qui correspond à nos capacités d’accueil. Cette année, puisque les étudiants ont formulé des vœux non hiérarchisés, c’est à nous de traiter les candidatures, et nous en avons reçu 4.000 ! Dont la majorité ne souhaite absolument pas venir ici, et ne viendra pas”, déplore-t-il.

Le matin, Olivier Morizot a participé à une AG de personnels de l’université dans la gare Saint-Charles, faute de pouvoir rentrer sur le campus. Du côté de l’amphithéâtre, l’AG étudiante enregistre peu de nouvelles recrues par rapport au pic de la veille, malgré la détermination du comité de mobilisation, qui a tracté sur les autres campus de Marseille mardi. À vue d’oeil un peu moins de 200 étudiants sont présents.

Quelques nouvelles recrues ont accompagné les militants plus anciens pour bloquer le bâtiment 5, le plus grand de Saint-Charles. En abandonnant le bloquage du site entier. “Les personnes qui nous ont rejoints aujourd’hui voulaient lutter mais pas forcément bloquer ce campus qui n’est pas le leur”, regrette une membre du comité de mobilisation. Après avoir accueilli des migrants, puis des cheminots dans l’amphi ces derniers jours, ils participeront à la manifestation unitaire ce samedi.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

1 € LE 1ER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

Évacuations : 31 familles définitivement relogées, 1 131 personnes toujours à l’hôtel
"Ils ne veulent voir qu'une ou deux personnes alors on n'y va pas. On attend ensemble dans le hall et on pose nos questions...
[C’est mon data] Où sont les 22 000 hectares de terres agricoles bétonnées depuis 25 ans ?
Prenez une carte de Marseille. Enlevez quand même un petit bout du massif des calanques. Vous avez une idée de la surface de terres...
Jean-Noël Consalès : “90% du maraîchage de la métropole est consommé à l’extérieur “
Rarement le contenu de nos assiettes a autant servi de miroir à notre civilisation. La qualité de ce qu'on mange, comment et où ces...
La marina fantôme cachée derrière le hangar J1
Derrière le projet du hangar J1, il y a un loup voire, vu le contexte marin, un requin. La métaphore animale est de rigueur...
Romain Capdepon : “Dans les réseaux, on voit d’abord les minots mais sans rien savoir d’eux”
Pour les "Minots" dont parle Romain Capdepon, il y a, au commencement, l'espoir de côtoyer un "destin social acceptable". Le premier livre du chef de rubrique...
BG
Plan d’urbanisme : “Il y a une volonté politique latente d’embourgeoiser le centre-ville”
Depuis ce lundi et jusqu'au 4 mars prochain, la métropole soumet à enquête publique l'un des documents clefs du développement des 18 communes qui...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire