Dépistage municipal : pourquoi les résultats des tests prennent du retard

Actualité
le 11 Sep 2020
10

Depuis le mois d'août, la mairie et les marins-pompiers mettent en place des centres de dépistage itinérants en partenariat avec l'IHU. Promis sous 48 heures, les résultats se font parfois attendre plusieurs semaines. Marsactu vous explique pourquoi.

Des internes en médecines et des infirmières permettent de réaliser les prélèvements. Photo : Emilio Guzman

Des internes en médecines et des infirmières permettent de réaliser les prélèvements. Photo : Emilio Guzman

“J’ai fait un test à l’escale Borely le 27 août. J’ai appelé “Allô mairie” une semaine après, qui m’a simplement demandé d’attendre de recevoir un SMS. Je n’ai jamais eu le résultat.” Voilà trois semaines que Paul* attend de savoir s’il est positif ou négatif au coronavirus. Depuis la fin août, la mairie de Marseille, en partenariat avec les marins-pompiers, coordonne un dispositif de dépistage itinérant dans différents endroits de la Ville. En théorie et comme indiqué sur place, les résultats de ces tests sont censés être communiqués aux intéressés dans les 48 heures. Sauf que plusieurs personnes, à l’instar de Paul, affirment n’avoir jamais obtenu le résultat de leur test, et ce après plusieurs jours, voire plusieurs semaines d’attente. Les trois journalistes de Marsactu qui se sont faits tester attendent eux aussi leurs résultats plus d’une semaine après être passés entre les mains des marins-pompiers. Nous avons cherché à comprendre pourquoi.

Le dispositif est d’apparence simple. Il suffit de se rendre dans l’un des lieux annoncés, au jour et à l’horaire indiqués sur le site de la mairie. Là, des marins-pompiers vous reçoivent, gratuitement et sans ordonnance. Avant d’opérer le prélèvement nasal, ces derniers photocopient votre carte d’identité et remplissent une fiche de renseignements, avec, en théorie, votre numéro de téléphone. Cette fiche est ensuite glissée dans une pochette accompagnée de l’écouvillon que l’on vous a préalablement glissé dans la narine.

Le tout est envoyé à l’IHU, l’institut hospitalo-universitaire Méditerranée infection du professeur Didier Raoult. Là-bas, l’échantillon est analysé et des agents administratifs de l’AP-HM entrent données et résultat dans un logiciel. Celui-ci génère automatiquement un SMS pour informer les dépistés de leur statut. Dans les 48 heures, promettent sur place les marins-pompiers et la mairie. Voilà pour la théorie. La pratique connaît quelques cahots.

Centre de dépistage itinérant mis en place par la mairie et les marins-pompiers place de Strasbourg (3e) le 27 août. Photo : Julien Vinzent.

“En fait, il y a deux aspects. Dans beaucoup de cas, les numéros de téléphone n’ont pas été récupérés ou ont été mal notés. Ensuite, il y a de grosses difficultés au bureau des admissions de l’AP-HM”, reconnaît-on du côté de l’Assistance publique-hôpitaux de Marseille.

Un problème informatique ?

Contacté, l’élu (PS) chargé des marins-pompiers de la Ville de Marseille affirme ne pas avoir eu vent du premier problème, qui met en cause le bataillon. “Je viens d’avoir le médecin en chef des marins-pompiers, il est en lien permanent avec l’IHU et n’a jamais eu de retours sur ce genre de difficulté”, s’étonne Arnaud Drouot. Si ce dernier concède que “cela soit possible”, il assure que “les marins-pompiers ont toujours eu la consigne de demander le numéro de téléphone” et ajoute : “nous réalisons 200 tests par jour, et sur la semaine passée, seul un numéro manquait.”

“Je pense que c’est plutôt un problème au niveau informatique”, commente pour sa part le service communication du bataillon. Les marins-pompiers ont tout de même récemment modifié leur protocole. Ils remplissent désormais un fichier Excel avec les informations des personnes dépistées.“Nous faisons cela pour aider l’AP-HM qui a eu dans un premier temps du mal à recouper tout ça, conclut Arnaud Drouot. C’était compliqué avec la pochette, le prélèvement, la fiche, la photocopie de la carte d’identité…”

Embolie à l’AP-HM

Face à l’afflux de tests qui arrivent à l’IHU, le personnel administratif de l’AP-HM, présent dans l’institut pour entrer les données patient dans un logiciel, serait en effet débordé. “Il y tellement de tests qui arrivent des Ehpad, des écoles, de la mairie que la plateforme a été submergée et que du retard a été pris, explique le service communication de l’AP-HM. Mais un groupe de travail a été constitué pour fluidifier tout ça.” Impossible pour le moment de savoir combien de personnes sont concernées et sur combien de jours se compte ce retard.

“Pas tant que ça vu que plusieurs milliers de tests ont été faits dans ce cadre et que les appels sont restés marginaux”, fait savoir l’IHU. Le souci ne semble en tout cas pas concerner les personnes qui se font tester directement à l’IHU, où l’on saisit directement les données personnelles dans le logiciel en question.

Pour éviter de laisser trop de gens dans le flou, l’AP-HM réfléchit à la mise en place d’un numéro à appeler pour prendre connaissance des résultats des tests, dans le cas où par exemple, les numéros de téléphones seraient illisibles ou inexistants. Ce mercredi, l’assistance publique des hôpitaux de Marseille annonçait le recrutement d’une vingtaine de technicien de laboratoire et agents administratifs. A priori, le dysfonctionnement ne concernerait que les personnes négatives. Pas de nouvelle, bonne nouvelle ?

*Le prénom a été modifié pour garantir l’anonymat.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. MarsKaa MarsKaa

    Mais pourquoi tout centraliser sur un seul service administratif ? Et pourquoi c’est l’ihu qui a ete choisi ? Il ny a que eux pour examiner les tests à Marseille ?
    Et avoir donc la main sur les chiffres ?

    Signaler
  2. carole joseph carole joseph

    On peut savoir combien coûte concrètement à la secu un dépistage? J’ai entendu parlé de 180 euros pour chaque dépistage…. Il serait franchement bien qu’ils se coordonnent vraiment t sinon c’est vraiment du temps et des sous foutu en l’air pour tout le monde !

    Signaler
  3. didier L didier L

    Le coût pour la sécu va être énorme, car contrairement à ce que pensent quelques naïfs ou faisant semblant d’être naïfs rien n est vraiment gratuit … l autre question est :a quoi cela sert il ? Négatif un jour positif 8 jours après c très possible, donc un resultat 3 semaines après le test à passe sens. Mme le Maire de Marseille, médecin le sait. LE coup des tests gratuits est-ce pas un coup de com …

    Signaler
  4. RML RML

    Apparemment l IHU du professeur Raoult a des problèmes pour saisir sur son clavier ce qui n est pas fait chez lui…mystère

    Signaler
    • Mélodie Pertoci Mélodie Pertoci

      C’est surtout que ceux qui sont dépistés à l’ihu doivent passer à l’enregistrement. Et que les marins pompiers ne gèrent pas l’enregistrement à la place des gens (normal). Donc l’ihu en plus des nlhse doivent se farcir les enregistrements sans avoir toutes les données (les pompiers prennent l’identité et le tel mais pas l’adresse ni le mail). Le problème réside pour les personnes uinont jamais été enregistrés à l’ap hm avant. C’était mon cas. J’ai dû me rendre à l’ihu pour procéder à mon enregistrement. Mais personne ne nous l’a dit lors du depistage des pompiers.

      Signaler
  5. Sylvain Sylvain

    Je me permets de partager une info concrète à propos de ces tests. S’inscrire sur la plateforme en ligne myaphm ( https://myaphm.ap-hm.fr/ ) permet d’avoir accès aux résultats dès qu’ils s’ont dispo (et donc, dans le cas présent, sans avoir à attendre le fameux SMS, l’envoi du SMS semblant être le maillon faible de cette procédure à ce stade)

    Signaler
    • Violette Artaud Violette Artaud

      Bonjour,
      Encore faut-il avoir l’identifiant nécessaire pour se connecter, qui n’est pas donné (ou pas systématiquement du moins) dans le dispositif mis en place par la mairie et les marins-pompiers.

      Signaler
    • didier L didier L

      J ai fait l experience et j attend toujours l identifiant …. c un bazar car tester gratuitement tous ceux qui le désirent nécessite au-delà des bonnes intentions et des effets d annonce , une intendance et des moyens dont l ap hum ne dispose pas … personnel absent ou malade informatique en berne etc …m

      Signaler
    • Mélodie Pertoci Mélodie Pertoci

      Il y a une adresse support dans la faq d l’ap hm. Vous obtiendrez votre ipp. Ça marche si vous avez déjà été enregistrés à l’aphm sinon il faut s’y rendre.

      Signaler
  6. PromeneurIndigné PromeneurIndigné

    Il y a juste 80 ans ” « D’un bout à l’autre de la guerre, le métronome des états-majors ne cessa pas de battre plusieurs mesures en retard. »
    Marc Bloch, L’étrange défaite, 1940

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire