[Comment ça va les salles de concert ?] “J’en ai marre de me projeter pour rien”

Interview
le 27 Nov 2020
0

Durant le premier confinement, Marsactu avait suivi les "premiers de corvée" qui continuaient à travailler. Pour cette saison 2, nous nous intéressons chaque jour à celles et ceux que la crise économique frappe avant la crise sanitaire. Aujourd'hui, Francine Ouédraogo Bonnot, co-gérante du Makeda, salle de musiques actuelles.

Francine Ouédraogo Bonnot et Aude Kaboré. Photo DR

Francine Ouédraogo Bonnot et Aude Kaboré. Photo DR

En mars dernier, le Makeda fêtait sa première année d’existence. 124 concerts, des semaines de 60 heures, Aude Kaboré et Francine Ouedraogo Bonnot étaient prêtes à repartir pour offrir de nouvelles heures de musique après les décennies déjà couvertes sous l’ancien nom du Poste à Galène. “C’est là où j’ai vu mon premier concert, à 16 ans, avec ma mère”, se remémore Francine Ouedraogo Bonnot. Mais la date anniversaire de la nouvelle salle de la rue Ferrari (5e) a coïncidé avec le premier confinement. Depuis, plus rien, ou presque. Les salles de concert ne sont évoquées dans aucune communication gouvernementale ou présidentielle. La seule perspective envoie à mars 2021, sans certitude de retour à la normalité.

Comment ça va Francine Ouedraogo Bonnot ?

Du point de vue financier, cela reste super fragile même si nous avons reçu des aides. Nous avons fait un prêt garanti par l’État qui correspond à 20% de notre chiffre d’affaires prévisionnel mais il faudra le rembourser. Et on continue de payer nos charges comme le loyer, une partie des salaires, les frais de location de matériel et la part patronale du chômage partiel de nos employés. Nous avons également reçu une aide du centre national de la chanson de variété et du jazz (CNV) mais c’est difficile d’avoir une perspective sur les prochains mois. Le CNV propose de compléter les recettes de billetterie avec une aide pour compenser le manque à gagner quand nous avons dû passer d’une jauge debout à une jauge assise après le premier confinement. Pour l’Espace Julien, cela signifie passer de 1000 personnes debout à 300 assises. C’est économiquement jouable. Mais pour le Makeda, on tombe à 50 places. Ce n’est pas gérable si on compte six à huit employés présents sur place, plus deux personnes qui effectuent un travail administratif. On avait commencé à travailler sur cette transition, avec en plus une offre en streaming et le second confinement nous est tombé dessus.

Est-ce possible de passer du spectacle vivant à une offre en streaming ?

Le problème est qu’un quart à un tiers du budget part dans le streaming qui vient s’ajouter aux paiements des artistes, des ingénieurs son et lumière et des barmen. Mais si je produis un concert d’Ayo, je ne peux pas le faire payer 25 euros en streaming, ça sera cinq ou six euros, un tarif de soutien. Et on sait que si un spectateur décide de suivre ce concert avec ses amis, il paiera une seule fois. Il y a quelques mois, le président Emmanuel Macron a dit que la culture devait se réinventer. Quand j’entends ça, j’entends qu’il va falloir encore une fois bricoler. Mais on le fait tout le temps ! Les artistes, les producteurs, les diffuseurs passent leur temps à bricoler avec des bouts de ficelle. Et vraiment on en a marre de faire ça. J’ai l’impression d’entendre mon père me conseiller de faire Sciences po plutôt que de travailler dans la culture.

Qu’avez-vous comme perspective à court terme  ?

Nous faisons des résidences, financées par des maisons de production. Nous envisageons de mettre la salle à disposition pour de la formation. Nous avons participé au dispositif Rouvrir le monde mis en place par la direction régionale des affaires culturelles. À part ça, nous n’avons aucune perspective avant mars 2021. Nous sommes deux personnes très motivées mais on en a marre de se projeter pour rien. Cela fait huit mois de combat dans le vent, à faire que de l’administratif, à remplir des demandes de subventions. En mars, on ne sait pas encore quelle jauge sera acceptée. Et puis on ne remet pas en place une programmation en quelques semaines. Je préfère me projeter à septembre 2021. On le sait : à Marseille, la programmation s’arrête en juin. En août, tout est fermé et en juillet, ce sont les concert en plein air… On aura peut-être une courte fenêtre en été pour des dates isolées. Mais il ne faut pas se cacher : ça ne sera que du “en attendant”. Mais attention, cela ne nous incite pas à lâcher l’affaire. Cela sera peut-être notre état d’esprit à la troisième année de confinement. Pas avant.

Les épisodes précédents

[Comment ça va les restaurants ?] “Si ça ne change pas d’ici février on...

Interview
1

Eric Mbenda a quitté son travail dans le bâtiment pour se lancer dans la restauration. En 2019, avec son frère Hugues Mbenda, chef cuisinier,...

[Comment ça va les voyagistes ?] “On a tout reporté à l’année prochaine”

Interview
0

Difficile de projeter des voyages quand les frontières sont fermées du fait de la pandémie. Le secteur touristique international est fortement impacté, dont des...

[Comment ça va les fleuristes ?] “Avec moins de passants, ça n’aide pas”

Interview
0

Durant les premières semaines de ce confinement, Yolas Balducci avait laissé son kiosque de fleurs fermé sur le cours Saint-Louis, à l'angle de La...

[Comment ça va les chauffeurs de VTC ?] “On travaille à perte”

Interview
2

Houari Benali travaille en tant que chauffeur VTC avec les plateformes Uber, Heetch et Yassir. Malgré sa diversification d'employeurs, en cette période de confinement...

[Comment ça va les salles de sport ?] “Tous nos coachs sont au chômage...

Interview
0

Année difficile pour les salles de sport. Fermées durant le premier confinement, elles l'ont été à nouveau le 27 septembre, plusieurs semaines avant le...

[Comment ça va les esthéticiennes ?] “Je suis la seule à ne pas travailler...

Interview
1

Dans les premiers jours du reconfinement, Monia Dominique a tiré le rideau du salon de soins esthétiques qui porte son nom, boulevard de Saint-Louis...

[Comment ça va les agences immobilières ?] “On cherche des économies dans tous les...

Interview
1

Pour ce deuxième confinement, les agences immobilières sont autorisées à ouvrir, mais les visites de logements sont interdites. Elles ne peuvent se faire que...

[Comment ça va la librairie jeunesse ?] “On a une vraie inquiétude sur les...

Interview
3

Comment continuer à faire du conseil de livre quand vous ne pouvez pas accueillir de client dans votre boutique ? Suzanne de Pierrefeu, qui...

[Comment ça va la bière locale ?] “Sans les bars ça fait 50% de...

Interview
1

En plein développement, les micro-brasseries de Provence voient leur expansion freinée par la fermeture des bars et des restaurants qui commercialisent habituellement la plus...

[Comment ça va les discothèques ?] “Imaginez, vivre huit mois sans salaire”

Interview
3

Le monde de la nuit est l'un des secteurs les plus frappés par les conséquences de la crise sanitaire. Les boîtes n'ont pas été...

[Comment ça va les théâtres de quartier ?] “Depuis mars, on prend une gifle...

Interview
0

Ne les appelez pas "petits". Ces lieux de culture se définissent plus par la proximité que par le nombre de places qu'ils alignent face...

[Comment ça va Emmaüs ?] “Nous perdons 140 000 euros par mois”

Interview
0

On connaît Emmaüs pour ses boutiques, où l'on peut se meubler, se vêtir et s'équiper d'occasion, ainsi que pour ses actions de solidarité. On...

[Comment ça va les santonniers?] “Je perds au moins la moitié de mon chiffre...

Actualité
2

Chez Julien Quilez, les santons sont une affaire de famille. Il en fabrique et en vend aux côtés de son père depuis 17 ans....

[Comment ça va le marché aux poissons ?] “On met moins d’hameçons pour pas...

Interview
1

Sur le stand de Daniel Reggio, d'énormes dorades royales côtoient des chapons rouge vif. Ce retraité de la poste vend au marché du Vieux-port...

[Comment ça va les congrès ?] “Là, on a pratiquement fermé l’agence”

Interview
0

Les congressistes sont la poule aux œufs d'or des grandes villes. Le touriste d'affaires dépense bien plus qu'un visiteur lambda et fait vivre le...

[Comment ça va “Arthur mon héros” ?] “Je fais visiter ma boutique en visio”

Interview
1

Laurence Cazenave est vendeuse de jouets. Dans son magasin situé au 110 cours Julien, sorte de caverne d'Ali Baba où s'entassent peluches géantes et...

[Comment ça va, Misstifs ?] “Si ça continue, je vais devoir aller contre l’interdiction”

Interview
4

Son salon est situé au 64, boulevard Chave (5e). Vendredi dernier, Solange Trapé n'a pas eu d'autre choix que de baisser le rideau pour...

[Comment ça va, l’Alhambra?] “La crise montre que nous sommes plus qu’un cinéma”

Interview
4

Lundi matin, William Benedetto était dans un collège. "Simplement, pour être là", aux côtés des enseignants qui sont en première ligne. Jeudi dernier, il...

[Comment ça va le Bar du peuple ?] “Nous n’avons pas les reins solides”

Interview
4

À l'angle du cours Lieutaud et du quartier de Noailles, se dresse le Bar du peuple, modeste enseigne un peu défraîchie. Géographiquement près des...

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire