Le patron des cinémas César et les Variétés obtient le redressement judiciaire

Actualité
Lisa Castelly
5 Oct 2016 3

Le tribunal de commerce de Paris donne une dernière chance à Galeshka Moravioff, propriétaire des cinémas les Variétés et César. Son entreprise va finalement être placée en redressement judiciaire. Alors que la menace d’une liquidation semblait réelle au vu de l’endettement supposé de sa structure Bastille Saint-Antoine, les juges ont été convaincus par l’arrivée annoncée d’un nouvel investisseur. Il s’agirait, selon La Provence, de Jean Mizrahi, homme à la tête de l’entreprise spécialisée dans l’équipement numérique Ymagis, leader européen de l’équipement numérique des salles de cinéma.

Cette mesure de redressement judiciaire s’accompagne d’une période d’observation de 6 mois et de la nomination d’un administrateur judiciaire. “Cette décision prouve bien que la situation n’est pas aussi dramatique qu’on a pu le lire, estime Me Olivier Descosse, l’avocat de Galeshka Moravioff, contacté par Marsactu. Maintenant, les créances vont pouvoir être évaluées plus précisément. Mais le plus important c’est que désormais, tous les espoirs sont permis”.

“Les postes devraient être maintenus, mais à ce jour nous n’avons encore aucune garantie, nous attendons que le protocole exact parvienne à notre avocat, commente l’un des treize salariés marseillais. En tout cas, les salaires de juillet et août devraient nous être payés sous quinzaine, ce qui est une bonne nouvelle.” Une soirée de soutien aux salariés, prévue depuis plusieurs semaines doit avoir lieu ce mercredi soir avec la projection du film “Il est nôtres” de Jean-Christophe Meurisse, aux Variétés à 20h30.

La nouvelle du redressement judiciaire pourrait y être accueillie de façon mitigée, alors qu’un principe du“tout sauf Moravioff” semblait émerger parmi les soutiens, qui réfléchissaient à un projet de reprise alternatif. “Rien ne nous dit que M. Moravioff sera toujours aussi présent à l’avenir, relativise le même salarié. L’investisseur n’a pas besoin de lui dans l’absolu, tout dépend de l’accord qu’ils ont conclu et dont, pour le moment, nous ignorons tout.”

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

1 € LE 1ER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

Martine Vassal paye de nouveaux vestiaires à 1,8 million au Cercle des nageurs
Combien coûtent des vestiaires de champions olympiques ? Si l'on en croit le rapport qui sera soumis au vote vendredi en commission permanente du...
17 ans plus tard, le tramway vers la place du Quatre-Septembre fait son grand retour
À Marseille pour que les choses bougent, il faut parfois prendre un peu d'avance. Il en est ainsi du tronçon de tramway qui doit...
« Notre préjudice s’élève à près d’un million et demi d’euros de marchandises volées »
"C’était open-bar pour tout le monde. Même les gens installés à la terrasse d’à côté sont venus se servir !" Samedi en fin d’après-midi,...
Vice-président LR du département, Thierry Santelli loue un taudis à Saint-Mauront
"Péril grave et imminent", "interdit à toute occupation". Ces mots, devenus récurrents, frappent un logement loué par Thierry Santelli, conseiller municipal Les Républicains et...
Manifestants cherchent maire, désespérément
Huit cercueils de carton noir avancent lentement vers l'hôtel de ville marseillais, au son d'une marche funèbre jouée par un saxophone, un tuba et...
Euroméditerranée se projette jusqu’en 2030, avec de nombreuses zones d’ombre
Il est de ces documents complexes aux nombreux acronymes qui découragent d'y plonger le nez. C'est le cas du "Protocole-cadre de partenariat n°V pour l'extension...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire