Dominique Milherou vous présente
Marseille insoupçonnée

Exploration le long du ruisseau des Aygalades

Chronique
le 7 Oct 2017
5

Féru de tourisme, d'histoire et de lieux insolites, Dominique Milherou a amassé en quelques années dans son site "Tourisme Marseille" des centaines de fiches explicatives qui ont autant à apprendre au voyageurs de passage qu'aux marseillais de naissance. Pour cette chronique il puise dans ce réservoir pour nous proposer des parcours interactifs et thématiques.

Alors que l’Huveaune va bénéficier d’une extension de son sentier pédestre qui pourrait atteindre à terme 4 km, intéressons nous plutôt à ce fleuve un peu oublié des Aygalades, que l’on appelle à tort « ruisseau » tellement celui-ci est étroit et son débit faible. De 17,1 km de longueur, il prend sa source sur le flanc nord-ouest du massif de l’Étoile et se jette dans la mer Méditerranée au niveau du bassin d’Arenc.

C’est dans le quartier des Aygalades que le ruisseau a joué un rôle majeur dans l’implantation d’usines (sucre, savon, aluminium…) et de châteaux et bastides. Dans quelques années il devrait être de nouveau valorisé à sa juste valeur, intégré dans un vaste projet de réhabilitation urbaine avec notamment le jardin de la Cascade et le parc des Aygalades et la résurrection de certaines parties enfouies du ruisseau. Petite visite guidée de quelques unes des curiosités et pépites à découvrir le long de son cheminement.

Loading

 

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. barbapapa barbapapa

    De tous temps, à Marseille, ce cours d’eau, plus qu’un ruisseau, petit fleuve côtier, s’est appelé le Biaou – difficile à prononcer, mais c’est comme ça : biàou !

    Signaler
  2. LaPlaine _ LaPlaine _

    Ballade très intéressante.

    Signaler
  3. Un piéton de Marseille Un piéton de Marseille

    La construction de l’autoroute dans ce quartier a créé énormément de dégâts autour du ruisseau. Un habitant du quartier (né en 1927) me disait récemment que c’étaient les allemands qui sous l’occupation ont commencé ce tracé … Voici un point d’histoire à approfondir.

    Signaler
    • Regard Neutre Regard Neutre

      L’autoroute Nord de Marseille. A7. © La Route .
      ◾ 20 11 1939 : Décision ministérielle de réalisation d’une autoroute de dégagement nord de Marseille avec deux branches sur les Pennes-Mirabeau et Bouc-Bel-Air.
      ◾ 24 07 1940 : Approbation ministérielle du projet (dépense estimée à 46 MF, financée à 100 % par l’Etat).
      ◾ 13 08 1940 : Arrêté de mise à l’enquête publique.
      ◾ 17 01 1941 : DUP Les Pennes-Mirabeau – Marseille-Plombières (sorties 31 à 36).
      ◾ 24 09 1942 : DUP Section Marseille-Plombières – Marseille-Place Jules Guesde (sortie 36 – fin de l’autoroute).
      ◾ 27 05 1944 : Bombardement américain qui crée une trouée entre Plombières et la Porte d’Aix (elle sera déclarée inconstructible après-guerre en vue de sa récupération par un axe routier).
      ◾ 06 11 1950 : Inauguration de la première tranche à 16h30 entre Saint-Antoine et Plombières.

      Signaler
    • LN LN

      Je me permets de poursuivre :
      Juillet 1966/ février 1967 : destruction d’une grande partie du quartier de Saint Mauront (de Toursky à la rue Hoche et Matthieu Stilatti). En effet, jusqu’à la gare St Charles les américains ont fait le job. Le pont sera d’ailleurs construit plus sur le côté droit, ce qui met certaines habitations à 1m20 de la rambarde du pont…)
      1967 : dynamitage (en pleine ville) pour la construction des piliers.
      1969 : la porte d’Aix est reliée à Plombières
      Ce n’est que bien plus tard que s’ouvrira la sortie Saint Charles

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire