Une plainte après la mort d’un chien attribuée aux algues vertes toxiques de la plage du Jaï

Algues
Bref
Julien Vinzent_
12 Juin 2019 2

Deux Marseillaises ont annoncé leur volonté de porter plainte contre la mairie de Châteauneuf-les-Martigues après la mort de leur chien, rapporte France Bleu Provence. La santé de l’animal s’est brusquement dégradée après une balade sur la plage du Jaï, jonchée d’ulves, ces algues vertes qui produisent un gaz toxique en se décomposant.

Sans se prononcer sur le lien avec le décès, la mairie souligne qu’elle « a mis en place un dispositif de sécurité depuis la première date d’échouage massif de ces algues ». Les plaignantes disent n’avoir vu qu’un panneau d’interdiction « à terre et peu visible », ajoutant que des familles étaient présentes.

Cette fermeture dure depuis le 24 mai, soit près de trois semaines. Le groupement d’intérêt public pour la réhabilitation de l’étang de Berre devait intervenir pour le ramassage dès la fin mai, mais les conditions météorologiques auraient empêché l’opération, justifie son directeur Raphaël Grisel auprès de Maritima. L’organisme rappelle le lien de ce phénomène avec les apports d’eau douce chargée en matière organique de la centrale EDF de Saint-Chamas (lire notre article).


A la une

Au 22 rue des Feuillants, l’habitat indigne entre les mains de la justice
Mise en danger de la vie d'autrui, conditions d'hébergement incompatible avec la dignité humaine, refus délibéré d'exécuter les travaux prescrits, perception de loyers, refus...
La plateforme de prise de rendez-vous Doctolib s’impose à l’AP-HM
En quelques clics, il est maintenant possible de réserver son rendez-vous médical avec plus de 100 praticiens de l'Assistance publique des hôpitaux de Marseille...
[Ô mon bateau] Faute de casse, des vieilles coques à l’abandon
Au large de la rade marseillaise, les plongeurs s'en donnent à cœur joie. À une quinzaine de mètres de profondeur, ils peuvent nager le...
À Marseille, McDo achète un faux témoignage 25 000 euros pour écarter un syndicaliste
"Je suis fatigué de ces négociations. J'ai besoin de mes sous. J'ai l'impression que c'est du chantage. Je demande mon dû. On avait négocié...
[Municipales, le tuto] Comment élit-on le maire de Marseille ?
Le saviez-vous ? Vous n’élirez pas le successeur de Jean-Claude Gaudin. Il y a même sept chances sur huit que vous ne puissiez pas...
La discrète vente de la villa de René Egger, l’architecte du Marseille d’après-guerre
Hissées sur les hauteurs du Roucas-Blanc, les luxueuses villas du Parc Talabot s'étendent dans l'enceinte fermée de la résidence. Parmi elles, une villa sur...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Pascal LPascal L

    « Le groupement d’intérêt public pour la réhabilitation de l’étang de Berre devait intervenir pour le ramassage dès la fin mai, mais les conditions météorologiques auraient empêché l’opération, justifie son directeur Raphaël Grisel auprès de Maritima. L’organisme rappelle le lien de ce phénomène avec les apports d’eau douce chargée en matière organique de la centrale EDF de Saint-Chamas (lire notre article). »

    C’est pas moi, c’est les autres !
    Refrain habituel servi pour tous les problèmes d’environnement de la région.

    Signaler
    • Julien Vinzent_Julien Vinzent_

      Bonjour, en l’occurrence, il s’agit de deux responsabilités différentes : celle du Gipreb, missionné par les mairies, est le ramassage des algues, donc la réparation des conséquences. EDF est ici identifié comme une cause majeure.

      Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire