Une plainte après la mort d’un chien attribuée aux algues vertes toxiques de la plage du Jaï

Algues
Bref
Julien Vinzent_
12 Juin 2019 2

Deux Marseillaises ont annoncé leur volonté de porter plainte contre la mairie de Châteauneuf-les-Martigues après la mort de leur chien, rapporte France Bleu Provence. La santé de l’animal s’est brusquement dégradée après une balade sur la plage du Jaï, jonchée d’ulves, ces algues vertes qui produisent un gaz toxique en se décomposant.

Sans se prononcer sur le lien avec le décès, la mairie souligne qu’elle “a mis en place un dispositif de sécurité depuis la première date d’échouage massif de ces algues”. Les plaignantes disent n’avoir vu qu’un panneau d’interdiction “à terre et peu visible”, ajoutant que des familles étaient présentes.

Cette fermeture dure depuis le 24 mai, soit près de trois semaines. Le groupement d’intérêt public pour la réhabilitation de l’étang de Berre devait intervenir pour le ramassage dès la fin mai, mais les conditions météorologiques auraient empêché l’opération, justifie son directeur Raphaël Grisel auprès de Maritima. L’organisme rappelle le lien de ce phénomène avec les apports d’eau douce chargée en matière organique de la centrale EDF de Saint-Chamas (lire notre article).


A la une

Les dossiers chauds du conseil municipal du 17 juin 2019
"Foisonnant, touffu... Un vrai jeu des sept familles avec du financier, des infrastructures, de l'école, de la santé, du sport, des parcs et des...
Enquête judiciaire : six membres de la vieille garde de Gaudin vont quitter la mairie
Une nouvelle fois, la visite de gendarmes au sein des services municipaux a des conséquences immédiates et ce, bien avant l'issue de l'enquête préliminaire...
“Difficile de séparer l’impact du nouveau rejet en mer d’Alteo et celui des boues rouges”
La semaine dernière, le CSIRM, le comité de surveillance et d'information sur les rejets en mer d'Alteo, a transmis au préfet un rapport de...
Marseille se met à la vignette anti-pollution mais ne s’en servira presque jamais
Attendue depuis plusieurs années, la petite carte a fait son apparition dans les arrêtés préfectoraux publiés début juin. On y voit une petite zone...
Un énième rebondissement dans les négociations fragilise la charte du relogement
À quelques jours du conseil municipal censé entériner le projet et après des dizaines de réunions sur le sujet (lire notre article), la charte...
Le Rassemblement national change de patron dans les Bouches-du-Rhône en vue des municipales
Au Rassemblement national, on les appelle les préfets. Contrairement à ce qui se fait dans d'autres formations politiques, les secrétaires départementaux ne sont pas...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Pascal LPascal L

    “Le groupement d’intérêt public pour la réhabilitation de l’étang de Berre devait intervenir pour le ramassage dès la fin mai, mais les conditions météorologiques auraient empêché l’opération, justifie son directeur Raphaël Grisel auprès de Maritima. L’organisme rappelle le lien de ce phénomène avec les apports d’eau douce chargée en matière organique de la centrale EDF de Saint-Chamas (lire notre article).”

    C’est pas moi, c’est les autres !
    Refrain habituel servi pour tous les problèmes d’environnement de la région.

    Signaler
    • Julien Vinzent_Julien Vinzent_

      Bonjour, en l’occurrence, il s’agit de deux responsabilités différentes : celle du Gipreb, missionné par les mairies, est le ramassage des algues, donc la réparation des conséquences. EDF est ici identifié comme une cause majeure.

      Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire