L’État accorde un sursis de 6 ans pour les rejets d’Alteo

URGENT
Bref
Lisa Castelly
29 Déc 2015 0

Le préfet des Bouches-du-Rhône vient de valider la poursuite par l’entreprise Alteo de rejets toxiques en mer. Dans un arrêté signé hier, il autorise l’entreprise implantée à Gardanne à rejeter des « effluents aqueux dépassant les limites réglementaires » à compter du 1er janvier 2016 et pour une durée de 6 ans. Après plusieurs décennies, elle va cesser de déverser des boues rouges dans la fosse de Cassidaigne, à proximité de Cassis, mais continuera donc de rejeter des déchets liquides.

Si cette décision ne constitue pas une surprise, c’est la durée de l’autorisation qui faisait mystère jusqu’à ce jour. Le préfet a choisi une durée relativement courte comparée à celles envisagées jusqu’ici. Il y a dix jours, dans une interview à La Provence, il tablait sur « 9 à 12 ans ». Mais le 22 décembre, le conseil supérieur de la prévention des risques technologiques a voté en faveur d’un délai plus court, respecté par le préfet.

0
commentaires

A la une

Policiers escortés par des scooters, la vidéo choc était un clip de rap
"Regardez comment les policiers sont traités, et j'en ai plein d'autres des vidéos comme ça. Ce que je veux dire, c'est que ce sont...
« On apprend aux filles à se méfier de l’espace public »
Prendre les transports, aller d'un point à un autre dans la ville, s'arrêter sur une place, rentrer tard le soir... Que l'on soit homme ou...
Des quartiers Nord à la Belle de Mai, elles veulent une ville pensée pour elles
"On est toutes des militantes. On ne voulait pas faire la cuisine, on voulait faire des projets !" Comme ses amies du groupe Passer'elles...
« Si l’outrage sexiste est dans le code pénal, on pourra agir »
Lorsqu'une femme victime de violences arrive dans un commissariat, l'expérience n'est pas toujours aisée. À Marseille, le bureau d'aide aux victimes, rattaché à la...
Annoncée en 2015, la station Gèze déraille jusqu’à septembre 2019
L'effet de la nouvelle est imparable. La mâchoire se décroche, puis la bouche s'arrondit pour laisser passer un "oh non" incrédule, outré, vindicatif ou...
Poids lourd de l’éducation populaire, l’IFAC Provence menacée de liquidation
Les mines sont défaites. "On n'en peut plus", glisse-t-on parmi les représentants du personnel de l'IFAC Provence, devant la salle d'audience du tribunal administratif...

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire