L’État accorde un sursis de 6 ans pour les rejets d’Alteo

URGENT
Bref
Lisa Castelly
29 décembre 2015 0

Le préfet des Bouches-du-Rhône vient de valider la poursuite par l’entreprise Alteo de rejets toxiques en mer. Dans un arrêté signé hier, il autorise l’entreprise implantée à Gardanne à rejeter des « effluents aqueux dépassant les limites réglementaires » à compter du 1er janvier 2016 et pour une durée de 6 ans. Après plusieurs décennies, elle va cesser de déverser des boues rouges dans la fosse de Cassidaigne, à proximité de Cassis, mais continuera donc de rejeter des déchets liquides.

Si cette décision ne constitue pas une surprise, c’est la durée de l’autorisation qui faisait mystère jusqu’à ce jour. Le préfet a choisi une durée relativement courte comparée à celles envisagées jusqu’ici. Il y a dix jours, dans une interview à La Provence, il tablait sur « 9 à 12 ans ». Mais le 22 décembre, le conseil supérieur de la prévention des risques technologiques a voté en faveur d’un délai plus court, respecté par le préfet.

0
commentaires

A la une

9 heures. Le Freedom of the seas vient tout juste de s'amarrer au quai du terminal de croisières, tout au nord du port de Marseille....

Marsactu vous propose de profiter de l'été avec quatre séries. Pour "questions de confiance", nous avons interrogé quatre députés des Bouches-du-Rhône, toutes tendances confondues, sur la transparence et la probité. Nos "petites histoires de résidences fermées" sondent cet urbanisme qui interroge notre manière de voisiner. "Diogène", c'est parfois votre grand-père, votre voisine ou un oncle lointain qui entasse et ne jette rien au point de risquer d’être enseveli sous les déchets. Enfin, "dans le sillage des croisiéristes", vous découvrirez ceux qui tentent de profiter du boom de ce secteur touristique à Marseille.

Interne au sein du service de géronto-psychiatrie de l'hôpital Valvert, Alexia Frison-Ramard a choisi le syndrome de Diogène comme sujet de thèse de doctorat. Pendant un...

Diogène est parfois votre grand-père, votre voisine ou un oncle lointain qui entasse et ne jette rien au point de risquer d'être enseveli sous les déchets. Marsactu vous offre une plongée en trois épisodes à la découverte de ce syndrome qui hante nos rues. L'histoire commence dans un banal immeuble du 5e arrondissement. Une fuite d'eau amène les habitants sur la piste de la manie d'entassement de leur voisine et sur l'impasse institutionnelle et juridique pour tenter d'y mettre fin. Elle se poursuit avec le quotidien de Christophe Di Pietro dont l'entreprise est spécialisée dans le débarras de l'extrême : appartements encombrés de déchets ou de collections d'objets qui virent à la submersion. Enfin la psychiatre Alexia Frison-Ramard a choisi ce syndrome comme sujet de sa thèse de doctorat. Elle détaille le mode de prise en charge des patients âgés qui développent ces symptômes.

La série d’articles consacrée aux résidences fermées a été réalisée en partenariat avec une équipe de chercheurs du Laboratoire population environnement développement (LPED) de...

Personne n'est venu ce vendredi au tribunal administratif pour représenter les sociétés du groupe SMA, pas plus Alexandre Guérini, son fondateur, que son principal...

Vous devez être vous-même abonné pour écrire ou voir un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire