Sur le Prado, plusieurs centaines de vélos pour dénoncer la suppression de la piste cyclable

Mobilisation
Bref
le 29 Mai 2020
10
Après avoir été dispersés par la Police, les cyclistes se sont dirigés vers le métro Castellane, en empruntant la piste cyclable temporaire désormais effacée.

Après avoir été dispersés par la Police, les cyclistes se sont dirigés vers le métro Castellane, en empruntant la piste cyclable temporaire désormais effacée.

Sur les vestiges de la piste cyclable temporaire du Prado, jeudi 28 mai, des cyclistes ont pédalé au rythme des sonnettes de vélo. Ils étaient plusieurs centaines, entre 300 et 400 selon les organisateurs, à avoir répondu à l’appel de l’association Vélos en ville pour protester contre la suppression de la « corona piste ». Dans la nuit de lundi à mardi, après une semaine d’expérimentation, la métropole a décidé d’effacer l’aménagement, relevant un « faible trafic » et « une délicate cohabitation entre les différents modes de déplacement sur cet axe majeur ».

Les cyclistes, dès 18h30, ont lancé leur cortège avec des tours du rond-point du Prado. Le rassemblement, ralentissant le trafic a rapidement été dispersé par les forces de l’ordre. Une manifestation non déclarée à la police, assortie de contrôles d’identité et de quelques jets de lacrymos, rapporte La Marseillaise. L’organisation perturbée a entraîné des interpellations. « La consigne était de ne pas poser le pied à terre et de rester à distance. Mais en nous regroupant, la police nous a empêcher de respecter ces consignes », témoigne une membre de Vélos en ville à Marsactu.

Le parcourt des défenseurs du vélo s’est néanmoins poursuivi en direction du métro Castellane, au milieu des voitures et en occupant l’emplacement de la voie temporaire effacée. « Nous avons eu beaucoup de klaxons de soutien des automobilistes, mais pour d’autres, c’était signe de mécontentement. Une des participantes, alors à vélo, a été poussée par une voiture », raconte Thomas Chaussade, président de Vélos en ville.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Electeur du 8e Electeur du 8e

    « Une des participantes, alors à vélo, a été poussée par une voiture. » La bagnole rend con.

    Signaler
  2. Pascal L Pascal L

    J’avais prévu d’acheter deux vélos à assistance électrique pour ne plus utiliser notre voiture pour aller en ville mais j’ai renoncé : en vélo à Marseille, on risque la mort plus surement qu’avec le COVID.

    Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Le département-présidé-par-Martine-Vassal subventionne l’acquisition de véhicules électriques, mais à quatre roues. Les vélos électriques y ont eu droit un temps, mais je crois que ce n’est plus à la mode. La bagnole, c’est tellement mieux.

      Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Ou bien si vous êtes suicidaire, c’est la solution idéale.

      Signaler
  3. barbapapa barbapapa

    Elle a essayé de jouer à la progressiste, de se peindre en vert, mais le coeur n’y est pas, on l’imagine mal en vélocipède brushinguée vêtue de tailleur et décorée de foulard Hermes, elle est vite retournée auprès des beaufs et des bagnolards

    Signaler
  4. Brallaisse Brallaisse

    À Marseille, les gens qui ont ce type d’attitude cela s’appelle « une galette ». Pour les gens qui n’ont jamais fréquenté le Racati, je traduis: une galette c’est une personne bidon, ringarde voire quasiment naze. Et en plus des galettes bio cela n’existe pas. Et en plus et souvent la galette se transforme en gamate. Et des gamate chez les jambons, ça manque pas.

    Signaler
  5. Annnieday Annnieday

    Pourriez-vous veiller à ce que votre journaliste fasse de nets progrès en orthographe? Le fond, pourquoi pas mais la forme est à revoir

    Signaler
    • Un électeur du 9 ème Un électeur du 9 ème

      En 1673, l’Académie française demande donc à l’un de ses membres, François Eudes de Mézeray, d’établir des règles pour l’orthographe française…. Pour Mézeray, l’Académie doit préférer « l’ancienne orthographe, qui distingue les gens de Lettres d’avec les Ignorants et les simples femmes »
      http://www.academie-francaise.fr/lorthographe-histoire-dune-longue-querelle

      On ne peut écrire plus clairement que l’orthographe « ancienne » doit être au service de la ségrégation sociale et de genre.

      Signaler
  6. Jacques BOYER Jacques BOYER

    L’article oublie complètement de mentionner le caractère anxiogène généré par les interventions disproportionnées de la police; rodéo de voitures, gazages de cyclistes, interpellations non justifiées, intimidations, verbalisations abusives (135 €), « nassage » inexorable des participants, de simples citoyens cyclistes traités comme de dangereux extrémistes… Alors que ce cortège avait commencé dans un climat bon enfant (et il y avait des enfants!) respectueux des distances et des consignes.
    Une façon de « rétablir l’ordre » qui en fait sème (volontairement) le désordre et finit par générer la détestation de la police. Face à ces individus je ne me sens pas en sécurité!

    Signaler
  7. PierreLP PierreLP

    sans être élitiste et partisan de la ségrégation sociale, il me paraît légitime d’attendre d’un journaliste, au delà du fond, de respecter l’orthographe. D’autant plus qu’il n’y a pas que des « Gens de Lettres » qui lisent.
    Pour le gazage de quelques cyclistes, on a pu entendre une petite fille dire « maman, je n’y vois plus rien »…Quelle honte…

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire