Renaud Muselier annonce une valorisation des vestiges du lycée du Rempart

Miroir
Bref
Julien Vinzent_
16 Sep 2018 1

Les archéologue n’ont trouvé, a reconnu Renaud Muselier, “rien d’extraordinaire” lors des fouilles au lycée du Rempart à Marseille (7e), où doit être construit un internat. “Mais cela a une valeur historique”, a défendu le président du conseil régional, qui a profité des journées du patrimoine pour annoncer une valorisation des vestiges. Outre des sépultures, l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) a mis au jour des murs “du 13e ou 14e siècle, très bien construits, de bâtiments qui se rattachaient à l’abbaye Saint-Victor”, a commenté Philippe Mellinand, en charge du chantier.

Lors de ses vœux en janvier, quelques mois après la polémique autour du sort de la carrière antique de la Corderie, située à 100 mètres du lycée, Renaud Muselier s’était engagé à valoriser d’éventuelles découvertes. Au final, l’ampleur est restreinte et le changement de plans coûtera “entre 200 000 et 400 000 euros, sur un chantier de 9 millions”. Il s’agit de “mettre une grande plaque en verre à l’intérieur pour que les élèves, leurs familles et des visiteurs puisse en profiter, au lieu de recouvrir, ce que l’on aurait eu la possibilité de faire”, a détaillé l’élu LR. “On ne fout pas en l’air notre passé, on ne cristallise pas non plus”, a-t-il ajouté, en guise de critique implicite de la gestion municipale de la Corderie.


A la une

Le projet de brasserie de la chambre de commerce fait bondir les cafetiers du Vieux-Port
Au Palais fin ? Le palais gourmand ? Le bistrot du palais ? Le concours est ouvert pour trouver un nom à la future...
Rue des Feuillants l’indignité côtoie toujours les immeubles évacués
Ça s'active rue des Feuillants. Les locataires du 22 font des aller-retour les mains chargées de cabas - ils ont une heure pour prendre...
Saint-Louis scelle la fin du sucre marseillais
Les 11 hectares adossés à la rue de Lyon où se trouve l’usine Saint-Louis sucre avaient déjà perdu de leur éclat depuis quelques temps,...
Mille logements et plusieurs tours pourraient pousser autour du Corbusier
Le bruit de la circulation du boulevard Michelet résonne jusqu'au pied de la Cité radieuse. L'unité d'habitation Le Corbusier classé au patrimoine de l'Unesco...
Sexisme en politique : dix élues marseillaises témoignent
Le 4 février dernier, le sénateur Rassemblement national Stéphane Ravier se lançait dans une attaque sexiste contre la conseillère municipale Europe écologie les verts...
Confortés par la justice, les opposants au PPP veulent un audit de toutes les écoles
Le 12 février sera marqué d'une croix rouge dans le calendrier des "anti-PPP". Architectes, instituteurs, parents d'élèves, professionnels du bâtiment, militants "attachés au service...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Antoine de MeriaAntoine de Meria

    Bien sûr cela n’est pas la découverte du siècle , mais la démarche est quand même volontaire .Et même si sur le fond le but est de se différencier de ses petits “copains”, le résultat final est bien la préservation du site, et finalement c’est l’essentiel.
    D’ailleurs , si nous avions à faire à des gens intelligents, les premiers quais de Marseille auraient été préservés de la même façon, lors des fouilles de la place Villeneuve-Bargemon. Mais il est vrai que l’on ne peut s’occuper de tout , régulariser les permis de construire des copains et préserver le passé.
    Bienvenue à Marseille

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire