Marchand de sommeil et élus dans l’œil de Complément d’enquête

Vu sur le web
Bref
Rémi Baldy
11 Avr 2019 2

Cinq mois après l’effondrement de trois immeubles à Noailles, Complément d’enquête remonte la piste d’un marchand de sommeil, sur lequel Marsactu a enquêté en février dernier. L’équipe de l’émission de France 2, diffusée ce jeudi à 22h55, a rencontré ledit propriétaire dont les locataires vivent dans l’indignité et assurent avoir peur de lui. “C’est faux, répond l’homme au visage flouté. Après on se fait respecter, on est à Marseille pas à Disneyland”.

Arlette Fructus y est également interrogée sur l’inaction des pouvoirs publics. L’élue chargée à la Ville du logement et de la politique de la rénovation urbaine argumente une fois de plus sur le fait que les signalements n’ont pas été faits. Sur le cas d’André Malrait, adjoint au patrimoine qui a loué un garage transformé sans permis en studio et reconnu insalubre depuis (lire notre article), Arlette Fructus lâche du bout des lèvres que les élus ont “un devoir d’exemplarité, que chacun rempli différemment”. Quant à ce dernier, contacté par téléphone par l’équipe de tournage de France 2, il indique n’avoir pas pensé que l’installation d’une ventilation était nécessaire dans son bien mis en location. Et que celui-ci n’a jamais été un garage à vélo, mais qu’il s’agit de “connerie de journalistes”

Source : Complément d'enquête

A la une

Élus et policiers municipaux plébiscitent les caméras portatives qui ne filment jamais
Les policiers municipaux de Marseille, de Venelles ou encore de Saint-Martin-de-Crau vont pouvoir redevenir vidéastes. Le 16 avril, le préfet de police des Bouches-du-Rhône...
[Document] Dès 2016, une étude comptait 1100 logements très dégradés à la Belle-de-Mai
Y a-t-il un tiroir spécial où la Ville range ses études urbaines ? Un tiroir avec la particularité d'avaler la clef avec laquelle il...
Marseille manque-t-elle de bureaux ? Le vrai du faux
Vœux de début d’année, inauguration, bilan….. À chaque sortie devant les journalistes,  Jean-Luc Chauvin l'assure : "Marseille manque de bureaux pour accueillir des entreprises...
La fille de Zineb Redouane demande le dépaysement de l’enquête
Quatre mois et demi après le décès de Zineb Redouane à Marseille, Yassine Bouzrou, l’avocat de sa fille Milfet, a contesté le 15 avril sur France...
Au squat Saint-Just, après quatre mois d’accueil, la menace de l’expulsion s’accentue
Le squat Saint-Just a gardé ses airs de petite communauté joyeuse autogérée, mais l'effervescence n'est plus la même. Les 4 et 5 avril, la...
L’architecte du Vélodrome version 98 ne peut faire valoir ses droits sur le stade
Le post-scriptum de l'enrhumoir ou le testament d'une corolle. Il y a un an, Marsactu révélait que l'ancien architecte du stade Vélodrome, Jean-Pierre Buffi,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Dark VadorDark Vador

    Pour Arlette Fructus, les élus ont “un devoir d’exemplarité, que chacun rempli différemment”… Si j’ai bien compris, chaque élu a sa propre définition de l’exemplarité ou du bien public. Elle est gentille Arlette, bonne camarade sans doute, incompétente certainement. Bientôt la retraite chère Arlette. Ouf!

    Signaler
  2. Un électeur du 9 èmeUn électeur du 9 ème

    L’interview de Mme Fructus met en évidence sa parfaite médiocrité et Mme Ghali que l’émission voulait mettre en valeur, elle ne fait que du bavardage.

    Quand au ministre Denormandie auquel les réalisateur ont voulu donner le beau rôle, il n’annonce aucune action réelle pour remédier au logement insalubre et il veut nous faire croire des notables propriétaires comme Malrait & Co seront désormais traités comme des “traficants de drogue”.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire