La Manif pour tous conteste une subvention municipale pour l’Europride 2013 à Marseille

Attaque
Bref
Jean-Marie Leforestier
8 Fév 2018 0

« On lâche rien » était leur slogan contre le mariage des couples homosexuels. La Manif pour tous a défendu ce jeudi devant le tribunal administratif de Toulon sa requête en annulation de la subvention attribuée par la Ville de Marseille pour l’organisation en 2013 de l’Europride, marche européenne des fiertés LGBT. « La commune ne pouvait légalement s’engager dans un débat politique national, étant rappelé que l’un des objectifs principaux annoncés de la manifestation était l’obtention du mariage homosexuel et que la loi n’avait alors pas encore été adoptée », a défendu l’avocat de l’association André Bonnet, cité par l’AFP.

A l’audience, le rapporteur public a conclu au rejet de la demande. A l’époque, la mairie de Marseille avait justifié l’octroi de cette subvention de 100 000 euros par « la fréquentation touristique plus qu’importante » que devait générer l’événement étalé sur dix jours en pleine capitale européenne de la culture. Elle estimait que celui-ci permettait d’inscrire Marseille comme « une métropole de premier plan, généreuse et ouverte à tous ». L’événement avait finalement viré au fiasco avec l’annulation de nombreux événements et une gestion financière peu vertueuse qui avait débouché sur la liquidation de l’association organisatrice.

0
commentaires
Source : AFP

A la une

Métro Gèze : la métropole sort les rames
Non, on ne verra pas les fameuses armoires électriques car "le métro fonctionne en ce moment". À l'origine du retard considérable de la livraison...
À l’hôpital Nord, les manifestants désespèrent de voir un jour arriver le métro
Le choix du parvis de l'hôpital Nord, pour une manifestation en faveur d'un métro dans les quartiers Nord, a la force de l'illustration. À...
Policiers « escortés » par des scooters, un clip de rap à l’origine de la vidéo choc
"Regardez comment les policiers sont traités, et j'en ai plein d'autres des vidéos comme ça. Ce que je veux dire, c'est que ce sont...
« On apprend aux filles à se méfier de l’espace public »
Prendre les transports, aller d'un point à un autre dans la ville, s'arrêter sur une place, rentrer tard le soir... Que l'on soit homme ou...
Des quartiers Nord à la Belle de Mai, elles veulent une ville pensée pour elles
"On est toutes des militantes. On ne voulait pas faire la cuisine, on voulait faire des projets !" Comme ses amies du groupe Passer'elles...
« Si l’outrage sexiste est dans le code pénal, on pourra agir »
Lorsqu'une femme victime de violences arrive dans un commissariat, l'expérience n'est pas toujours aisée. À Marseille, le bureau d'aide aux victimes, rattaché à la...

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire