Les salariés de Haribo inquiets de la stratégie de leur employeur

Carie
Bref
Lisa Castelly
3 Juil 2018 1

Bien que l’usine Haribo marseillaise continue de tourner, les représentants CGT dénoncent la stratégie de leur employeur : ils l’accusent de délaisser le site. Un plan de départs volontaires décidé après une consultation des salariés et un accord syndical non signé par la CGT, syndicat majoritaire, ont fait passer les effectifs de 850 à 750 travailleurs. Le syndicat prévoit une centaine d’autres départs d’ici 2020. « C’est en Allemagne qu’ils décident qui produit et dans quelle mesure. Depuis 2012 les seuls investissements sont dans le maintient en état du matériel. Après 2020, les sites français seront en danger », explique Guillaume Brante, délégué CGT à Haribo Uzès.

L’ouverture prochaine d’une usine en Allemagne d’une capacité quatre fois supérieure à celle des usines de Marseille et d’Uzès rassemblées constitue l’indicateur qui suscite le plus d’inquiétude. Là où, il y a 10 ans, les usines Haribo en France produisaient 96% des bonbons Haribo vendus dans le pays, elles n’en produisent actuellement plus que 70%, signe aux yeux de la CGT que la production au niveau local n’est plus une priorité. Le syndicat demande, a contrario, à l’entreprise de valoriser les savoir-faire locaux et d’investir dans les usines, alors que les ventes en France sont en hausse de 3% en 2016.

Source : La Marseillaise

A la une

La plateforme de prise de rendez-vous Doctolib s’impose à l’AP-HM
En quelques clics, il est maintenant possible de réserver son rendez-vous médical avec plus de 100 praticiens de l'Assistance publique des hôpitaux de Marseille...
[Ô mon bateau] Faute de casse, des vieilles coques à l’abandon
Au large de la rade marseillaise, les plongeurs s'en donnent à cœur joie. À une quinzaine de mètres de profondeur, ils peuvent nager le...
À Marseille, McDo achète un faux témoignage 25 000 euros pour écarter un syndicaliste
"Je suis fatigué de ces négociations. J'ai besoin de mes sous. J'ai l'impression que c'est du chantage. Je demande mon dû. On avait négocié...
[Municipales, le tuto] Comment élit-on le maire de Marseille ?
Le saviez-vous ? Vous n’élirez pas le successeur de Jean-Claude Gaudin. Il y a même sept chances sur huit que vous ne puissiez pas...
La discrète vente de la villa de René Egger, l’architecte du Marseille d’après-guerre
Hissées sur les hauteurs du Roucas-Blanc, les luxueuses villas du Parc Talabot s'étendent dans l'enceinte fermée de la résidence. Parmi elles, une villa sur...
Le port suspend son projet de réaménagement du quai de la Lave pour « concerter » à nouveau
Le port a décidé de remettre l'ouvrage sur le métier. Un an et demi après avoir lancé un appel à manifestation d'intérêts pour le...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Germanicus33Germanicus33

    Ce sont quand même des travailleurs marseillais qui ont fait de cette entreprise ce qu’elle est.
    Haribo ne doit pas délocaliser!

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire