Le collectif du 5 novembre dénonce la situation des évacués et demande des réquisitions

Pagaille
Bref
Lisa Castelly
26 Nov 2018 0

Trois semaines jour pour jour après le drame de la rue d’Aubagne, le collectif du 5 novembre, constitué d’habitants du quartier, tenait ce lundi matin une conférence de presse en vue de faire un tour de la situation actuelle des nombreux “délogés”. L’occasion de pointer de nombreux dysfonctionnements sur la prise en charge des personnes évacuées, qui sont au nombre de 1352, selon les derniers chiffres communiqués par la municipalité. Parmi les principales annonces à retenir, l’organisation d’une nouvelle marche “pour le droit à un logement digne pour toutes et tous” le 1er décembre à 15 h mais aussi l’envoi d’une lettre au préfet de région pour demander la réquisition de bâtiments vides afin d’y installer les personnes évacuées.

Parmi les principales inquiétudes, l’absence dans certains cas d’attestations pour prouver les évacuations, un temps d’attente trop long pour la prise des arrêtés de péril permettant de lancer des démarches auprès des assurances, le caractère jugé aléatoire des prises en charge à l’hôtel et la difficulté pour accéder à un relogement adapté (Lire la déclaration présentée à la presse ici). Des représentants du collectif doivent rencontrer ce lundi après-midi l’adjoint au maire en charge de la prévention et la gestion des risques, Julien Ruas.


A la une

Le parquet financier perquisitionne la vieille garde pléthorique de Jean-Claude Gaudin
Le parquet national financier est de retour au château. Il y a quelques jours, des gendarmes ont opéré de nouvelles perquisitions à l'hôtel de...
Faute de dialogue, la grève des femmes de chambre de l’hôtel NH s’enlise
C'est le 43e jour de grève. L'entrée principale de l'hôtel NH Collection est habillée de confettis de papier journal. Un mot signé de l'établissement...
Nouvelle information judiciaire ouverte pour harcèlement à Lidl Rousset
L'affaire Sansonetti est devenue un symbole du mal-être au travail, depuis le suicide de ce technicien de maintenance, sur le site de Lidl à...
Déguisés en touristes, militants et délogés interpellent Martine Vassal sur son indifférence
Ils sont entrés discrètement, au compte-goutte, en chemises et petites robes chics, quand on les croise plus souvent en t-shirt et pantalon. Ce mercredi,...
Travailleuses détachées à Arles, elles ont lancé l’alerte contre le servage moderne
Yasmine et sa cousine K. grandissent à Tarragone, en Catalogne, bien loin de la plaine fertile du pays d'Arles. En 2011, la crise les...
Au 11 rue d’Aubagne, les locataires vivent dans l’inquiétude et sous les étais
"Je rêve régulièrement que je suis sous les gravats, et que ma fille me cherche." Depuis le 28 février 2018, Nadia Bechari habite Noailles,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire