Le centre de rétention du Canet privé d’eau courante le week-end dernier

CHALEUR
Bref
Jean-Marie Leforestier
8 Août 2018 1

Le centre de rétention administrative du Canet où sont enfermés des étrangers en voie d’expulsion du territoire a vécu sans eau toute une partie du week-end. Alors que la canicule sévit, les 47 retenus n’ont plus eu accès à l’eau de vendredi dans la journée à la nuit de samedi à dimanche. Rétablie dans la nuit, l’eau courante a, de source interne au CRA, été à nouveau en panne dimanche après-midi occasionnant de grosses difficultés pour des retenus privés de douche. Entre temps, le juge des libertés avait refusé les recours en libération déposés par une quarantaine de retenus soutenus par l’association Forum réfugiés qui intervient au sein du CRA.

Selon les informations diffusées par le site militant Mars-infos et confirmées en interne, des retenus ont entamé une grève de la faim lundi matin en protestation. Autre source de tension, la climatisation est aussi à la peine produisant des températures soit trop chaudes, soit trop froides. “Elle ne fonctionne pas de manière optimale et sera remplacée d’ici la fin de la semaine”, précisait la préfecture mardi soir à Marsactu. Quant au réseau d’eau chaude, lui aussi en panne depuis ce week-end, il sera remis en service, selon l’État, ce jeudi.


A la une

Paysage de l’habitat indigne dans le centre-ville de Marseille
Le 5 novembre dernier, huit personnes perdaient la vie dans l'effondrement de leur immeuble, rue d'Aubagne, à Noailles. Depuis manifestations et mobilisations citoyennes se...
Au 22 rue des Feuillants, plongée dans les limbes d’une copropriété dégradée
Février 2018. Marsactu organise son premier débat au théâtre de l'Oeuvre. Le thème de la soirée : "le centre-ville pour qui, pour quoi ?"....
Le département refuse de conditionner ses aides aux communes à la construction de HLM
Comme un air de déjà-vu. Vendredi, au lendemain d'un conseil métropolitain marqué par la question de la lutte contre l'habitat indigne, l'assemblée départementale a...
Habitat indigne : la métropole lance le débat “du futur” et laisse le passé à la Ville
La tension est à la mesure de la gravité du moment. La présidente de la métropole, Martine Vassal égraine les prénoms des morts de...
À Saint-Just, un pique-nique protestataire pour dénoncer la grève des cantines
"Nous, parents d’élèves, sommes pris en otage !" Paquets de chips, pizzas et sandwichs sont au menu ce jeudi, pour agrémenter un pique-nique de...
Un mois après le drame rue d’Aubagne, le débat sur l’habitat indigne s’impose à la métropole
Le débat politique se déplace et l'action avec. À la suite du report en urgence par Jean-Claude Gaudin du conseil municipal prévu lundi, c'est...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. LNLN

    L’article est .?.!.?.. je n’ai pas les mots.
    Encore moins pour celui de Mars-infos.
    Je suggère à la Préfecture et ceux qui sont capables de ca d’aller visiter le Camp de Milles. Pas de problème, y a la clim et on y est bien accueilli.
    Par ce qu’à mon sens, on en est plus très loin.
    Je recommande aussi le livre d’A Chouraqui “Pour résister”.
    Une phrase à retenir et de manière générale : “ne rien dire, c’est laisser faire”

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire