La famille de Zineb Redouane dépose plainte pour une entrave à l’enquête

Doute
Bref
Julien Vinzent_
8 Juil 2019 0

Pas de tireur, pas d’armes… et peu d’images des caméras de vidéo-surveillance. La famille de Zineb Redouane, décédée le 2 décembre après avoir reçu un tir de grenade lacrymogène à sa fenêtre, a déposé une plainte à ce sujet le 5 juin, révèle Le Parisien. Sous le terme de « faux en écriture publique aggravé », l’avocat Yassine Bouzrou vise le rapport d’exploitation des images, qui déclare que la caméra la plus proche des lieux aurait été défectueuse.

« Il est particulièrement surprenant que ce soit justement cette caméra qui ait été déclarée inopérante », insiste-t-il dans sa plainte, citée par Le Parisien. Le 2 juillet, il avait déjà annoncé une plainte pour « altération et soustraction de preuves », concernant l’absence de mise sous scellé des fusils lanceurs de grenades lacrymogènes.

Source : Le Parisien

A la une

La Bonne-mère, une basilique au bord de la crise de nerfs
Elle est un symbole de Marseille. Calée sur un ancien fort militaire dont elle tire son nom, elle est censée garder et protéger les...
Au sein de la gauche marseillaise, l’union, mais chacun à son rythme
Un "Mouvement sans précédent". Jeudi matin paraissait dans Libération un appel au "rassemblement inédit" pour les municipales à Marseille. Comme une impression de déjà-vu après...
Au tribunal, le squat Saint-Just tente d’obtenir un nouveau sursis
Est-ce le début de la fin pour le squat du 59 avenue de Saint-Just ? Après plusieurs reports, la première audience en vue de...
Le Cabaret aléatoire et Anaïs Bourdet travaillent ensemble à un monde de la nuit plus sûr
Le 23 juin dernier, la Marseillaise Anaïs Bourdet annonçait mettre fin à un projet qu'elle portait à bout de bras depuis 2012 : son...
Le Rex, l’immeuble d’Istres où le parquet financier cherche « une association de malfaiteurs »
C'est un immeuble moderne, comme les villes en produisent à la pelle, au coin de boulevards passants d'Istres. À une grosse centaine de mètres...
Faute de pouvoir encadrer les sportifs, la Ville démonte des équipements du stade Vallier
La ville de Marseille a une politique sportive paradoxale. D'un côté, elle organise "le tremplin sport" qui donne la possibilité à des enfants d'expérimenter...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire