Mort de Zineb Redouane : l’IGPN ne retrouve ni les responsables, ni les armes

Patine
Bref
Axel Lambert
3 Juil 2019 4

Les cinq policiers armés de lance-grenades le soir du 1er décembre ont déclaré ne pas se souvenir lequel d’entre eux a blessé Zineb Redouane. Ils ont affirmé cela devant les inspecteurs de l’inspection générale de la police nationale (IGPN) lors de leur audition les 24 et 25 janvier derniers, révèle le site d’information Mediapart. « Il y a eu tellement de grenades tirées, il régnait une telle confusion et une telle violence ce soir-là que je ne peux me souvenir dans le détail de toutes les munitions tirées », déclare le brigadier chef, responsable de l’armement. Les images de vidéo-surveillance de la Ville ont cependant filmé la scène de tir. Sur les cinq, trois d’entre eux n’excluent pas qu’il puisse s’agir d’eux.

Une enquête d’autant plus difficile à résoudre que le capitaine de la compagnie des CRS impliqués refuse de livrer les cinq lanceurs de grenade à l’IGPN révèle le Canard Enchaîné, sans que cela n’émeuve les inspecteurs. « Pour ne pas obérer la capacité opérationnelle de l’unité lors de cette période de mouvement revendicatif intense, je ne peux me démunir des cinq armes Cougar aux fins d’analyse », se justifie la capitaine. L’avocat de la famille, Yassine Bouzrou vient de déposer une plainte pour « soustraction et altération des preuves ».  »

Seule certitude à ce stade, d’après l’étude balistique réalisée par l’inspection nationale de police scientifique (INPS), l’angle du tir qui a touché l’octogénaire était de 26 degrés et le tir a été effectué à 37 mètres de distance, rapporte la Provence. L’expert de l’IGPN ne conclut cependant pas à des « irrégularités dans l’usage du lanceur cougar ».

Source : Mediapart

A la une

La Bonne-mère, une basilique au bord de la crise de nerfs
Elle est un symbole de Marseille. Calée sur un ancien fort militaire dont elle tire son nom, elle est censée garder et protéger les...
Au sein de la gauche marseillaise, l’union, mais chacun à son rythme
Un "Mouvement sans précédent". Jeudi matin paraissait dans Libération un appel au "rassemblement inédit" pour les municipales à Marseille. Comme une impression de déjà-vu après...
Au tribunal, le squat Saint-Just tente d’obtenir un nouveau sursis
Est-ce le début de la fin pour le squat du 59 avenue de Saint-Just ? Après plusieurs reports, la première audience en vue de...
Le Cabaret aléatoire et Anaïs Bourdet travaillent ensemble à un monde de la nuit plus sûr
Le 23 juin dernier, la Marseillaise Anaïs Bourdet annonçait mettre fin à un projet qu'elle portait à bout de bras depuis 2012 : son...
Le Rex, l’immeuble d’Istres où le parquet financier cherche « une association de malfaiteurs »
C'est un immeuble moderne, comme les villes en produisent à la pelle, au coin de boulevards passants d'Istres. À une grosse centaine de mètres...
Faute de pouvoir encadrer les sportifs, la Ville démonte des équipements du stade Vallier
La ville de Marseille a une politique sportive paradoxale. D'un côté, elle organise "le tremplin sport" qui donne la possibilité à des enfants d'expérimenter...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. ZumbiZumbi

    Ben voyons.
    La même IGPN dit qu’il n’y a « Pas eu de faute » lors de l’humiliation collective publique des lycéens de Nantes.
    S’apprête-t-elle à conclure que la jeune femme tabassée par terre par plusieurs policiers déchaînés à Marseille avait violemment propulsé son crâne de haut en bas contre leurs matraques, leur occasionnant un traumatisme crânien et des dizaines de points de suture ?

    Signaler
    • ZumbiZumbi

      Lycéens de Mantes.

      Signaler
  2. PromeneurIndignéPromeneurIndigné

    Un officier qui ne sait pas ce que font ses hommes ,qui ne les tient pas ,qui refuse de collaborer avec des enquêteurs est -il à sa place ?

    Signaler
  3. leravidemiloleravidemilo

    Oui Zumbi, ne pas confondre avec Nantes. Là c’était le 22 juin vers 3h du matin, les fêtards de la fête de la musique qui n’avaient pas vu passer l’heure, gazés et chargés dans la nuit, sur l’ile de Nantes, avec de multiples blessures et chutes dans la Loire (Par chance, le secours fluvial présent a pu en repêcher pas mal) et au final un noyé, enfin un disparu. (sur l’ile de Nantes, un bal y est donné…la belle Hélène voudrait bien y aller…non non ma fille tu n’ira pas danser…)
    Et pour Marseille, ne pas oublier le même jour où Maria s’est fait tabasser au sol (fracture crânienne), le 8 décembre, un enfant de 14 ans a le crâne fracturé par une LBD tirée dans la nuque, alors qu’il courrait (voir brève de Marsactu « Un enfant de 14 ans gravement blessé à la tête par un un tir de LBD, l’IGPN saisie ».
    Sans oublier la dernière révélation du canard enchainé à propos de la manifestante septuagénaire grièvement blessée à Nice par une charge de CRS : L’officier de gendarmerie avait refusé de faire charger ses hommes sur des manifestants peu nombreux, calmes et immobiles, et avait confirmé sa décision par un rapport tout a fait officiel qui n’a pas été pris en compte par l’instruction….
    Sans oublier la récente déclaration publique de l’adjoint de Castaner et ci devant ex préfet à Marseille genre « c’est pas parce qu’il a eu la main arrachée qu’il s’agissait d’une violence illégale » (quel tact). Sans oublier… …
    Castaner préfet de police à Paris en 68, c’eut été l’hécatombe! Depuis on a été bien servis, mais là il semble bien qu’on ait à faire au pire du pire. Et le sentiment d’impunité totale de ces gens, s’exprime en open bar, je peux pas me passer de mes fusils cougard et ne vous les donnerai donc pas, voila; quel rapport de gendarmerie?…
    Le sentiment d’insécurité explose (protégez nous des malfrats et des policiers…); Avoir sa sécurité dans l’espace public (et jusque chez soi…) dans la mains de Castaner, et la sécurité de son foyer dans la mains de M Ruas, adjoint préposé aux risques et de Mm Fructus pour l’habitat, quel drame! Encore une fois les marseillais cochent toutes les cases.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire