Immersion avec les plongeurs qui scannent la grotte Cosquer

Vu sur le web
Bref
Lisa Castelly
6 Fév 2018 0

L’eau monte de 2,5 millimètres par an, en Méditerranée. Il y a donc une certaine urgence à enregistrer et scanner les merveilles que recèlent les parois de la grotte Cosquer, située à proximité de la calanque de Morgiou, mais accessibles aux seuls plongeurs expérimentés. Depuis septembre 2017, une petite équipe a déjà passé une vingtaine de journées dans des conditions particulièrement éprouvantes, raconte Le Monde. Quatre plongeurs à la fois, pas plus, ont donc pour mission de se rendre dans la grotte, équipés d’un scanner de haute précision, dans un caisson étanche. Ils descendent d’abord à 37 mètres de profondeur, avant de remonter un boyau étroit de 150 mètres de long pour atteindre les salles émergées, dont la surface totale atteint 2 500 mètres carrés.

« Le plus éprouvant est d’éviter tout appui sur les parois ­ornées, dans le noir, avec du matériel dans les mains, alors que le sol est glissant et irrégulier, tout en suivant l’itinéraire balisé qui nous est imposé. Ajoutez à cela les plongées en début et fin de journée, le froid, l’impossibilité de se restaurer dans la grotte : la première semaine, j’ai perdu 4 kilos ! De plus, nous conservons une partie de nos combinaisons de plongée, car nous opérons souvent plusieurs heures immergés jusqu’aux épaules dans une eau à 15 °C », témoigne Bertrand Chazaly, ingénieur géomètre-topographe à la tête du projet.

C’est la société ­Fugro Geoid qui a été chargée par la direction régionale des affaires culturelles (DRAC) de ce nouveau relevé d’une précision inédite. Il devrait permettre à la communauté scientifique d’étudier les très nombreux dessins et gravures de la grotte. Et peut-être aussi, permettre sa reproduction pour la réplique que la région souhaite installer dans la Villa Méditerranée.

Source : Le Monde

A la une

Les habitants de Bel horizon craignent de voir leur tour disparaître
Les gilets jaunes flottent aux fenêtres et balcons de cette grande tour inélégante qui sert de fanal de l'entrée de ville, entre Saint-Lazare et...
Le stadium d’athlétisme Miramas, 22 millions d’euros mais pas de projets
Si vous êtes au village de marques, vous n’avez qu’à traverser la rue. C’est à Miramas, dans une zone moitié résidentielle moitié en friche,...
Centre commercial mort né, Bleu Capelette se réincarne en quartier de ville
Ce n'est pas encore un acte de renaissance, comme une première pierre avec élus, écharpes et sourires posés, mais cela y ressemble tout de...
Pour les évacués de la rue d’Aubagne, un retour espéré mais sans calendrier
Rue d'Aubagne. Plusieurs riverains, valises vides en mains, sont escortés par les pompiers vers leurs logements. Sans avoir de date de retour, les habitants de...
Jean-Luc Ricca : avec la Scancar “le taux de personnes qui payent est passé de 30 à 85%”
Le 1er janvier 2018 a eu lieu une réforme du stationnement payant, qui a eu des impacts différents selon les choix des communes pour...
Recours et fantasmes du “prince saoudien” : la CCI peine à s’ancrer sur le Vieux-Port
Trois mois après, encore cette accusation de vouloir "faire du pognon". Parmi les plaisanciers de l'anse de la Réserve, 190 anneaux sur le Vieux-Port,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire