Estrosi veut faire de la région un “bouclier sécuritaire” à 250 millions

BOUCLIER
Bref
Benoît Gilles
20 Nov 2015 3

Lors d’une conférence de presse de reprise de la campagne, la tête de liste pour Les Républicains, Christian Estrosi a annoncé vouloir faire de la région “un bouclier de sécurité” en injectant 250 millions dans un fonds régional dédié sur la durée du mandat. Ces sommes sont ventilés en soutien à l’équipement des communes en caméras (60 millions), construction d’hôtels de police à Marseille et Nice (40 millions), rénovation des casernes de gendarmerie (40 millions), achat de véhicules et matériels pour les forces de police (20 millions), financement de places de prison (40 millions)…

De telles annonces ressemblent à une volonté de ne pas être en reste alors que le gouvernement de gauche déploie un arsenal sécuritaire sans précédent. Mais elles ont de quoi étonner puisque la sécurité n’est pas du ressort de la collectivité régionale dont la loi Notre vient de restreindre les compétences. “L’ensemble de ces dépenses est réparti sur les compétences régionales, assure Bernard Deflesselles, coordonnateur du projet. Quant à la construction de bâtiment, elle est permise par la loi Loppsi“. Pour financer ce “bouclier”, Christian Estrosi fait part de “sacrifices” et de “coupes dans certains budgets”. Il fait particulièrement référence aux frais de fonctionnement. “Il y aura moins de secrétaires et surtout moins de directeurs”, estime-t-il.

Quant à Bernard Deflesselles, il fait référence au président de la république : “C’est lui qui a dit que le pacte de sécurité passait avant le pacte de stabilité. Nous ferons de même”. Une façon de dire que l’emprunt risque de grimper.


A la une

Mille logements et plusieurs tours pourraient pousser autour du Corbusier
Le bruit de la circulation du boulevard Michelet résonne jusqu'au pied de la Cité radieuse. L'unité d'habitation Le Corbusier classé au patrimoine de l'Unesco...
Sexisme en politique : dix élues marseillaises témoignent
Le 4 février dernier, le sénateur Rassemblement national Stéphane Ravier se lançait dans une attaque sexiste contre la conseillère municipale Europe écologie les verts...
Confortés par la justice, les opposants au PPP veulent un audit de toutes les écoles
Le 12 février sera marqué d'une croix rouge dans le calendrier des "anti-PPP". Architectes, instituteurs, parents d'élèves, professionnels du bâtiment, militants "attachés au service...
Pour le tribunal, le PPP des écoles nuit à l’intérêt des contribuables marseillais
Une scène peu familière aux affaires administratives, où les jugements sont d'ordinaire rendus par écrit. Ce mardi 12 février, l'annulation de la délibération municipale...
Pour soutenir le projet de grand hôpital privé, d’anciens patients démarchés par mail
C'est ce qui s'appelle mal tomber. Stéphane Mari connaît ça puisque c'est après une mauvaise chute en sport qu'il s'est retrouvé il y a...
Bruno Gilles et Sophie Camard s’essayent au débat des municipales avec un an d’avance
"Tu as peut-être les finalistes de la municipale sur ta photo... sur un malentendu !". La boutade est lancée par le sénateur LR Bruno Gilles,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Electeur du 8eElecteur du 8e

    En admettant que ce fonds régional pour la sécurité soit abondé de 250 millions d’euros sur la durée du mandat, soit de 42 M€ par an, il faudra les trouver quelque part. J’ai un petit doute : à qui fera-t-on croire qu’avec “moins de secrétaires et moins de directeurs”, on peut dégager une telle somme ?

    A titre de comparaison, 42 millions d’euros, c’est presque la moitié du budget annuel de fonctionnement des lycées qui, eux, font partie des compétences régionales…

    Au delà de la question des compétences de la région, la promesse est si vague qu’on peut se demander s’il s’agit d’autre chose que d’un boniment de campagne : on coupera “dans certains budgets”… Euhh,,, personne n’a pensé à y réfléchir avant de parler ?

    Signaler
    • JL41JL41

      Ce truc de « bouclier sécuritaire » confine à l’absurde. Si des besoins nouveaux devaient être satisfaits, l’Etat ferait le nécessaire, maintenant que l’Europe a accepté de laisser filer le déficit public français.
      Plutôt que de transformer la région en forteresse assiégée, améliorons les missions éducatives en direction de la petite enfance et de l’école primaire, améliorons l’enseignement du français, améliorons la formation permanente pour qu’elle débouche sur l’emploi et dynamise le développement des entreprises. Des formes d’instruction civique sont à rechercher pour que les jeunes aient des relations plus fraternelles et des objectifs sociaux positifs. Le signal donné par Estrosi aux électeurs est un signal malheureux, un signal de vieux où l’espérance est absente.

      Signaler
  2. leravidemiloleravidemilo

    Je ne savais pas que la gendarmerie nationale était déjà décentralisée, et donc plus trop nationale, pas plus que (en l’absence de précision), les “hôtels” de la police nationale, ses armes et bagages et véhicules relevaient déjà de l’hôtel de région… Tant qu’à faire Estrosi devrait prévoir de se fendre de bâtiments supplémentaires pour la base de Toulon, pour le port-avions par exemple, ce qui ferait pleinement sens en matière de bouclier sécuritaire… Auquel cas, un geste similaire pour notre pauvre ferry boate, toujours en panne, serait le bienvenu. Nous y serions très sensibles, au moment de pénétrer dans l’isoloir!… Bon, pour le budget, pas la peine de s’inquiéter; 42 secrétaires à 500 000 Euros/ ans et 22 directeurs à 1 million d’euros/an à virer, plus leurs frais de stylos, scotchs et cacahuètes… ça fait tout de suite penser à une gestion sérieuse et compétente, et ça devrait à minima aider à la réflexion des salariés potentiellement concernés, au moment de pénétrer dans l’isoloir!

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire