Contrats de l’eau : le SNJ La Provence se désolidarise d’un édito complaisant de Giesbert

Distinguo
Bref
Julien Vinzent_
27 juin 2017 9

En plaçant la présidente du conseil départemental Martine Vassal en garde à vue et en entendant Jean-Claude Gaudin, le parquet national financier (PNF) « cherche-t-il la vérité ou veut-il distiller le soupçon, quitte à abîmer des réputations ? A-t-il des objectifs politiques ? »  Telles sont les questions qui travaillent Franz-Olivier Giesbert, directeur éditorial chargé des projets de La Provence, dans un édito publié à la une du journal lundi. « Cet avis, qui est le sien, ne saurait engager le positionnement éditorial de l’ensemble de la rédaction de La Provence » et « remet en cause le bien-fondé d’une enquête de justice », a réagi la section du Syndicat national des journalistes, dans un communiqué auquel est associé l’ensemble des journalistes de la rédaction.

Dans son édito, FOG somme en effet le PNF, qui mène une enquête préliminaire pour des soupçons de prise illégale d’intérêts, favoritisme et trafic d’influence dans l’attribution des contrats de l’eau par la communauté urbaine de Marseille, d’abattre ses cartes. S’il « n’a que des carabistouilles dans sa gibecière, alors il doit rétablir sans tarder l’honneur et la probité de personnalités qui ont peut-être à ses yeux, autres autres défauts, celui d’être Marseillais. » Il épouse même la défense de Martine Vassal, assurant qu’elle « n’avait aucun pouvoir à ce moment là », qu’elle était « la dame en bout de table, la dernière roue du carrosse ». Étonnant, venant de celui qui clamait il y a dix jours à peine dans son premier édito : « Nous serons le journal des lecteurs, pas celui des puissants, d’une coterie ou d’un clan politique. »

Cette polémique intervient alors que des tensions traversent le journal depuis que Bernard Tapie a annoncé vouloir rembourser ses dettes avec les éventuels bénéfices du groupe. C’est d’abord un délégué du syndicat SNJ qui a été injurié et menacé par le propriétaire de La Provence. Puis au cours d’un comité d’entreprise le nouveau président-directeur général Jean-Christophe Serfati a affirmé que « [le métier de journaliste] consiste de plus en plus à raconter des histoires autour des marques avant de les diffuser au plus grand nombre », avant d’évoquer « une mauvaise formulation » face au tollé suscité par ses propos [lire notre enquête].

9
commentaires

  1. ptit-marin ptit-marin

    votre positionnement est une fois de plus, plus que partisan .
    liberté d’expression oui, pour vous, mais très rarement pour les tenants d’autres opinions.
    que fog ait raison ou non dans son raisonnement, ne doit pas être votre problème, vous vous devez de le répercuter ainsi que celui de ses détracteurs mais pas de le commenter et d’orienter vos lecteurs dans le sens de vos propres intérêts.

    finalement, je vous avais apporté mon soutiens après vos derniers déboires de gestion…. mais je le regrette amèrement à vous lire ce jour.

    vous n’êtes plus dignes de rien

    Signaler
    • Benoît Gilles Benoît Gilles

      Bonjour, nous avons choisi de publier cette information car la section SNJ de La Provence et une partie des membres de la rédaction ont signé un communiqué commun pour se désolidariser d’un éditorial signé ce lundi par le nouveau directeur éditorial de leur journal.
      Si comme lui on peut librement s’interroger sur l’issue possible de l’enquête préliminaire menée par le parquet national financier, il paraît pour le moins complaisant -et nous maintenons ce qualificatif- de poser comme hypothèse que le parquet national financier entreprend d’entendre Martine Vassal et Jean-Claude Gaudin parce qu’ils ont « entre autres défauts, celui d’être Marseillais ».
      Il est, à nos yeux de journalistes, complaisant de citer des éléments de défense des personnalité publiques sans rien produire, si ce n’est des doutes, sur le contenu de l’enquête en cours. Dès vendredi soir, nous avons publié un point sur l’enquête (https://marsactu.fr/contrats-de-leau-quelle-suite-apres-le-big-bang-des-gardes-a-vue/), le plus honnête possible, pour ne pas s’en tenir à une seule version. Cela ne préjuge en rien des résultats de cette enquête qui peut déboucher devant le tribunal correctionnel ou être classée sans suite.

      Signaler
    • VitroPhil VitroPhil

      Les accusations de parti-pris envers Marsactu, sont un peu fatiguantes même si elle sont sans doute inévitables.

      Il me semble que les responsables de toutes les tendances politiques en prennent pour leurs grades quand l’occasion se présente.

      Et si on peut constater que pour certain la roue tourne plus vite que pour d’autres c’est en générale qu’ils y mettent une franche contribution.

      Du coté des lecteurs commentateurs, c’est plus sélectifs, il y clairement deux trois courants d’opinion qui se dégagent.

      Et cependant, je suis dans l’incapacité totale de savoir si la rédaction penche plus pour l’un ou l’autre de ceux-ci . Et ma foi tant mieux. Continuez SVP !

      Signaler
  2. LN LN

    Oh ! bè non ptit-marin…. Vous vous égarez là ! Relisez les articles des jours précédents sur le sujet et vous verrez (quand même) les enquêtes pro de notre Marsactu.
    Et puis quoi, il n’y a-t-il pas le droit de se positionner et de contredire ? Le FOG en question écrit sur la Provence, c’est pas rien non ? Lui a-t-on reproché ses positions/opinions sur le Point ? Si je lis le Figaro ou Libé je sais à peu près où je vais. Et pour Marsactu c’est pareil, sinon, je m’abonne pas.
    Alors partisan et dignes de rien, c’est, comment dire…..

    Signaler
    • ptit-marin ptit-marin

      pour preuve, j’ai résilier mon abonnement !!
      courage et au prochain rdv devant le TC

      Signaler
  3. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Le positionnement « plus que partisan », est-ce celui de Marsactu, ou celui de la Société des journalistes de La Provence dont il est question ici ? Que fallait-il faire ? Ne pas citer le point de vue de ces journalistes, dans cet article somme toute assez équilibré ?

    Le vrai problème n’est pas exactement là. Un éditorial, dans un quotidien, n’a pas la même valeur qu’un courrier de lecteur. Il n’est pas censé exprimer une simple opinion personnelle, mais une analyse reflétant une ligne éditoriale. Rien de tel avec le texte de FOG, qui se contente une nouvelle fois de faire parler son amitié pour Gaudin sans le moindre recul : manipuler à ce point les faits pour feindre de croire que le parquet national financier poursuivrait des objectifs partisans, ou même « anti-Marseillais », c’est juste se foutre de la gueule des lecteurs de La Provence. La totalité des journalistes dont j’ai vu les réactions se sont étonnés, pour le moins, de cet éditorial « hallucinant ».

    Se contenter de recopier les propos de comptoir de FOG et le communiqué des journalistes de La Provence sans l’ombre d’un commentaire ni d’une mise en perspective, l’AFP le fait sûrement très bien. Nul besoin de Marsactu pour cela, dont on attend un peu plus de profondeur. Et, dans la presse locale, le mot « dignité » convient nettement plus à Marsactu qu’à d’autres.

    Signaler
  4. LaPlaine _ LaPlaine _

    Tout à fait, Marsactu n’est pas l’Agence Marseillaise de Presse. FOG, le chevalier blanc (pour la chevelure) s’enflamme, c’est un combattant du droit et de la défense des opprimés, enfin, peut-être est-ce du passé.

    Signaler
  5. Cehere Cehere

    Ça fait combien de jours qu’il est là Giesbert ? Deux ? Pauvre SNJ de la Provence, à mon avis ils n’ont pas fini de l’avoir en travers de la gorge.

    Bon le gars c’est un conflit d’intérêt à lui tout seul. Arrivé dans le métier car fils d’un actionnaire de presse, a bouffé à tous les râteliers. Sa femme dirige la fameuse « Revue des deux mondes », pourvoyeuse d’emploi fictif de madame Fillon (d’où une défense légèrement outrée du même FOG lors de l’affaire en question), etc.

    La provence ce n’était déjà pas toujours glorieux, mais là je ne sais pas… ils organisent un dîner de cons ?

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire