Bruno Gilles dépose un amendement pour permettre à La Mède de tourner à l’huile de palme

Gras
Bref
Violette Artaud
6 Déc 2018 5

C’est une lueur d’espoir pour le projet de Total à La Mède. Lors des débats parlementaires autour du projet de loi de finance 2019, les députés ont exclu l’huile de palme des carburants dit bio pouvant bénéficier d’une minoration de taxe (lire notre article). Le sénateur LR des Bouches-du-Rhône et candidat à la mairie de Marseille Bruno Gilles a déposé ce mercredi un amendement permettant de réserver cette exclusion aux seules huiles de palme “ne remplissant pas les critères de durabilité” définis dans le code de l’environnement.

“Si on peut en comprendre les aspirations écologiques” le texte en l’état ne prend pas “en compte des efforts obtenus auprès des industriels après négociation. C’est notamment le cas de Total qui a pris l’engagement volontaire de limiter l’approvisionnement en huile de palme durable du site de La Mède”, écrivent les sénateurs favorables à ce nouvel amendement. La production d’huile de palme est l’une des causes principales de la déforestation en Asie.


A la une

Travailleuses détachées à Arles, elles ont lancé l’alerte contre le servage moderne
Yasmine et sa cousine K. grandissent à Tarragone, en Catalogne, bien loin de la plaine fertile du pays d'Arles. En 2011, la crise les...
Au 11 rue d’Aubagne, les locataires vivent dans l’inquiétude et sous les étais
"Je rêve régulièrement que je suis sous les gravats, et que ma fille me cherche." Depuis le 28 février 2018, Nadia Bechari habite Noailles,...
Drame de la rue d’Aubagne : comment la justice a avancé en six mois
Les trois juges travaillent dans la discrétion, patiemment. Ils recueillent un par un les éléments qui, dans plusieurs années, permettront à un procès de...
Enquête judiciaire sur les effondrements de la rue d’Aubagne : le rapport qui accuse
Il est une des pièces-clefs du dossier de Matthieu Grand, le juge d'instruction chargé de l'affaire de la rue d'Aubagne, avec ses deux collègues...
Un projet de décret met à mal la protection de la Sainte-Victoire et de la Nerthe
C'est un petit changement qui pourrait avoir de lourdes conséquences sur le paysage des Bouches-du-Rhône et en premier lieu sur ses sites classés. Le...
Urbanisme : la métropole devra mettre du social dans son plan
La victoire se joue parfois dans les détails. La vice-présidente chargée de l'urbanisme, Laure-Agnès Caradec se réjouit d'un avis favorable "rendu à l'unanimité" des...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. AndreAndre

    Honteux! Quand on sait que la production d’huile de palme est une des causes principales de la déforestation, cet amendement est irresponsable. Il y a des gisements d’emplois dans l’industrie verte et et que Bruno Gilles ne nous raconte pas qu’on créera quelques emplois à La Mède grâce à cette folie.

    Signaler
  2. Electeur du 8eElecteur du 8e

    Bruno Gilles, l’homme de la bagnole-reine qui a tout compris : à Longchamp, un parking à la place d’un parc, et à La Mède, du gazole à l’huile de palme à la place de la forêt tropicale. Surtout, ne sortons pas des années 1970, c’est tellement bien !

    Signaler
    • LNLN

      Et quand on sait qu’il est candidat pour les nullicipales, on attend ses promesses pour la diminution de la pollution par sa réelle prise en compte de la transformations des transports en commun, le développement des pistes cyclables, le stationnement, ect…
      Et là, on ne sait pas s’il y a encore de lueur.

      Signaler
    • Electeur du 8eElecteur du 8e

      Dans sa désopilante lettre de candidature (https://twitter.com/brunogilles13/status/1040263560352485381?s=19), dont l’autosatisfaction prend un reflet particulier après la tragédie de la rue d’Aubagne, M. Gilles évoque ses grandes priorités pour Marseille : “la propreté, la voirie, le stationnement, la circulation, la sécurité.” Bref, du neuf qui paraît très vieux et une vision “d’avenir” au ras du bitume, avec beaucoup de bagnole mais pas un mot sur les transports collectifs, les modes doux, ni sur quelques détails secondaires comme l’habitat indigne ou les écoles en ruine. Aucune lueur, donc.

      Signaler
  3. barbapapabarbapapa

    Question écologie, le Bruno ex-facho, c’est Bruno la Me’de

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire