Après la reprise avortée, un plan social en vue au McDonald’s Saint-Barthélémy

Menu
Bref
Julien Vinzent_
19 Avr 2019 0

Sept salariés dont quatre membres de l’équipe d’encadrement licenciés. C’est la restructuration présentée ce vendredi aux délégués du personnel du McDonald’s Saint-Barthélémy par le propriétaire Jean-Pierre Brochiero. La note d’information, que s’est procurée La Marseillaise, évoque une « situation économique particulièrement dégradée » et propose « d’organiser le management d’une manière différente et selon une structure allégée ».

Dans cette réorganisation figure notamment Kamel Guemari, syndicaliste Force ouvrière en poste depuis 1999, devenu emblématique dans ce conflit social qui dure depuis plusieurs mois. Cet établissement était voué à la transformation en restaurant halal asiatique, tandis que cinq autres McDo appartenant à Jean-Pierre Brochiero ont été vendus à un autre franchisé, qui ne souhaitait pas reprendre Saint-Barthélémy (lire notre article). La justice a suspendu ce projet de fast food halal à la demande des représentants du personnel.

Source : La Marseillaise

A la une

La Bonne-mère, une basilique au bord de la crise de nerfs
Elle est un symbole de Marseille. Calée sur un ancien fort militaire dont elle tire son nom, elle est censée garder et protéger les...
Au sein de la gauche marseillaise, l’union, mais chacun à son rythme
Un "Mouvement sans précédent". Jeudi matin paraissait dans Libération un appel au "rassemblement inédit" pour les municipales à Marseille. Comme une impression de déjà-vu après...
Au tribunal, le squat Saint-Just tente d’obtenir un nouveau sursis
Est-ce le début de la fin pour le squat du 59 avenue de Saint-Just ? Après plusieurs reports, la première audience en vue de...
Le Cabaret aléatoire et Anaïs Bourdet travaillent ensemble à un monde de la nuit plus sûr
Le 23 juin dernier, la Marseillaise Anaïs Bourdet annonçait mettre fin à un projet qu'elle portait à bout de bras depuis 2012 : son...
Le Rex, l’immeuble d’Istres où le parquet financier cherche « une association de malfaiteurs »
C'est un immeuble moderne, comme les villes en produisent à la pelle, au coin de boulevards passants d'Istres. À une grosse centaine de mètres...
Faute de pouvoir encadrer les sportifs, la Ville démonte des équipements du stade Vallier
La ville de Marseille a une politique sportive paradoxale. D'un côté, elle organise "le tremplin sport" qui donne la possibilité à des enfants d'expérimenter...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire