Avec son plan de relance, le gouvernement s’engage sur la route des Goudes

Actualité
le 9 Sep 2020
6

Le parc national des Calanques fait figure d'exemple écolo dans le plan de relance du gouvernement. Celui-ci entend soutenir une amélioration de son accessibilité par la route des Goudes en favorisant les modes de transports doux.

Chemin des Goudes (8e arrondissement)

Chemin des Goudes (8e arrondissement)

La semaine dernière, le gouvernement dévoilait son plan de relance. 100 milliards d’euros pour “redresser durablement l’économie française” qui souffre de l’épidémie mondiale de Covid-19. Parmi les quelques 300 pages que comprend ce document, le mot “Marseille” ne figure que six fois, mais l’une de ces mentions retient l’attention. Dans la rubrique “écologie”, on peut ainsi lire : “Appui à la métropole d’Aix-Marseille pour certains investissements du schéma d’accès au parc national des Calanques en particulier sur le littoral sud de Marseille”. Traduction en marseillais : résoudre le problème des embouteillages monstres sur la route des Goudes, près de dix ans après la création du parc.

Pour ce faire, le gouvernement entend “cibler les actions qui favorisent la transition énergétique et les mobilités alternatives […].” Des mots qui forcément, siéent aux oreilles du parc national des Calanques. “Nous avons la volonté d’améliorer la desserte en transport en commun depuis la Pointe-Rouge, mais aussi la circulation cyclable et les sentiers piétons”, rappelle Didier Réault, son président et élu métropolitain LR. Il y a tout pile deux ans, en se basant sur une étude réalisée en 2014 par l’agence d’urbanisme de l’agglomération de Marseille (Agam) et après plusieurs concertations avec habitants et représentants des collectivités territoriales, le parc avait brandi un plan. C’est ce dernier que le gouvernement entend soutenir.

Plusieurs options encore à fixer

Ce plan comportait plus précisément deux scénarios. Dans le premier, pas question d’interdiction totale d’accès aux voitures mais une “valorisation des transports en commun”. La prolongation de la ligne 20 Callelongue-La Madrague jusqu’à Vieille Chapelle ou encore l’augmentation des fréquences des bus ainsi que celle des navettes maritimes en faisaient par exemple partie. La seconde option (voir ici un plan détaillé) comprenait elle une fermeture de l’accès à la route des Goudes pour les voitures au niveau de Samena. Le tout assorti d’une création de parking sous le stade de Montredon Michelier. C’est cette dernière qui semblait la plus défendue.

Mais les voitures seront-elles in fine bloquées à Samena ? Un parking sera-t-il bien aménagé sous le stade de Montredon ? Deux ans après, les modalités sont encore en discussion. “Rien n’est calé”, rend compte Didier Réault qui privilégie un pôle multi-modal au niveau de l’ancienne usine Legré-Mante. “Ce site pourrait être récupéré par le parc pour en faire un site pédagogique et on pourrait aussi y mettre à disposition des vélos, des navettes électriques…”, poursuit celui qui siège également à la métropole en qualité de vice-président délégué au littoral.

Plan de situation du littoral Sud.

Martine Vassal, présidente de cette institution, avait défendu lors de sa campagne municipale une récupération par les pouvoirs publics de ce lieu privé et pollué. La nouvelle municipalité entend elle poursuivre les discussions avec l’actuel propriétaire, qui a déposé un projet détaillé, mais n’écarte pas de rendre une partie de ce terrain publique, comme le précise le site Made in Marseille.

La métropole attendue au tournant

Compétente en terme de stationnement sur la voirie, la nouvelle équipe municipale n’a pas encore eu le temps de regarder le dossier de la route des Goudes de près. En mairie de secteur en tout cas, on découvre l’inscription de ce sujet dans le plan de relance du gouvernement. Pour ce qui est de la création des parkings, de la voirie et des transports en commun, sans lesquels la fermeture de l’accès à la voiture serait impossible, ce sera à la métropole d’agir.

Quelques mois après la présentation du plan du parc, en mars 2019, sa présidente Martine Vassal (LR) annonçait déjà prendre “des mesures d’urgence” pour désengorger la route des Goudes. Mais, outre la doublement de la voie sur 600 mètres entre l’avenue d’Outre-mer et le boulevard Piot et l’augmentation des navettes maritimes l’été, les promesses concernant bus et pistes cyclables sont toujours attendues. Quant à interdire la voiture sur la route des Goudes, la présidente du département, sans s’y opposer formellement s’est déjà montrée peu emballée par l’idée. “Il faut plutôt aider à son extension (ndlr : du quartier), plutôt que d’essayer de le renfermer. Nous avons déjà du mal à gérer la restriction à Sormiou et Morgiou. Les Goudes, ce sont 6000 habitants”, expliquait-elle dans une vidéo diffusée sur son compte Twitter avant les élections municipales.

Croquis publié par le parc national des Calanques lors de l’annonce de la pose de la barrière sur la route d’accès au cap Croisette.

Le coup de pouce du gouvernement suffira-t-il à pousser les décideurs politiques à passer la seconde sur ce dossier ? Pour le moment, le directeur du parc se veut prudent. Le projet “est cité à titre d’exemple, rien n’a encore été acté”, rappelle François Bland. “Mais on peut se réjouir de le voir apparaître ici. Cela nous permet de nous tourner vers l’avenir et de nous orienter vers des modes de déplacements plus conformes à ce que l’on imagine.” Pour le moment, les détails n’ont pas fuité des couloirs des cabinets ministériels. Une enveloppe de 6 millions d’euros, sur un projet évalué à 12, est évoquée. Les premiers fonds devraient accompagner la logistique autour de la barrière posée cet été au Cap Croisette. Une première étape qui se veut emblématique des évolutions à venir.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Jacques89 Jacques89

    Décidément, il y a des priorités en terme d’écologie qui auront du mal à sortir le pays du marasme qui s’annonce. Mais le PNC reste conforme à ses campagnes de pub: “Imagine all the people living for today … You may say I’m a dreamer…”. Lennon l’avait imaginé, Réault va le faire! Reste que le paysage désertique qu’il nous présente relève d’un irréalisme dont seul le PNC a le secret.

    Signaler
  2. petitvelo petitvelo

    On a du mal à contrôler les routes de Sormiou et Morgiou ? Qui a fait amender la loi des parcs nationaux pour en garder le contrôle pour toutes les communes de plus de 500 000 habitants (donc : Paris, Marseille, Lyon) : initiales ?
    Ainsi sur les routes de sormiou et morgiou, le marseillais de base est stoppé pour marcher (ça c’est pas plus mal) mais en se faisant enfumer par tous les véhicules “exemptés” avec des plaques de la France entière : la diaspora calanquaise certainement, ou les clients du resto … “Calanque terre de commerce”‘ ? A marseilleveyre, “chez le belge ” bénéficie ainsi d’une plage sans zone de baignade protégée pour que les gros moteurs fumants des privilégiés puissent s’échouer ou jeter l’ancre à 3m du bord et tant pis pour les marcheurs qui pensaient mériter un bain ambiance “nature” : bientôt ce sera Borély bis.
    Pour relancer l’activité, il faudrait juste interdire le moteur thermique (idem lac de Sainte Croix) dans les calanques sur terre et sur mer (au moins dans les 300m) , limiter la taille des bateaux, interdire tout ancrage (limite le dragage des fonds, limite la fréquentation) : bouée fixes ou dérive lente pour les baigneurs …
    Et puis il faudrait partager les mises à l’eau mieux qu’à callalongue où le moteur thermique commerçant reste roi par r

    Signaler
    • Tarama Tarama

      Les élus, le clan Gaudin en tête, on en effet considérablement affaiblis les parcs nationaux à l’occasion de la création de celui des Calanques.
      Marseille a donc un pouvoir de nuisance qui dépasse son fameux corset montagneux.

      Signaler
  3. petitvelo petitvelo

    apport

    Signaler
  4. jasmin jasmin

    Je sens qu’encore une fois, ils ont oublié les handicapés en fauteuil roulant électrique donc autonomes mais qui ne peuvent pas monter dans les bus et autres moyens faute de trottoirs adaptés. Ils seront obligés d’aller en voiture. Et il y aura tous les faux handicapés qui y iront aussi.

    Signaler
  5. BRASILIA8 BRASILIA8

    Cela fait des années que l’accès aux Goudes est plus que saturé et les modes de déplacement qu’ils soient doux ou pas ne changeront rien
    un parking sur le terrain Legret Mante cela veut dire Pointe -Rouge et Madrague totalement bouchées ; dans la traversée de la Madrague il y a deux files de circulation où faire passer les modes dits doux ?
    comme d’habitude , voir le dossier axe Salon/Fos on crée des zones d’attraction sans se poser la question de la desserte et quand la situation est bloquée on cherche des solutions en faisant appel aux mots magiques ” mode doux” “aménagement durable”
    dans le secteur la voirie est ce qu’elle est et quel que soit le mode de déplacement la situation restera bloquée
    quand aux navettes maritimes ni le Port de la Madrague ni celui des Goudes ne pourront absorber un gros trafic
    l’argent débloqué servira comme d’habitude à payer des études qui finiront au fond d’un tiroir

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire