Mon deuxième jour de stage à Marsactu : « Pique-nique » géant contestataire devant la mairie.

Billet de blog
le 19 Déc 2018
2

Aujourd'hui, pour ce deuxième jour de stage, j'ai eu le droit à deux "repas" : le grand "pique-nique" devant la mairie réalisé par les "tatas", les syndicats, et les parents d'élèves, et le bon repas de Noël organisé par Marsactu .

Routine Matinale : conférence de rédaction

Aujourd'hui, je suis arrivé vers 9h15. Je me suis installé et j'ai commencé à rédiger l'article de ma journée d'hier (que vous pouvez trouver en cliquant ici ). Aujourd'hui, je me sentais beaucoup moins timide que le jour précédent, ce qui me permit de poser quelques questions en ayant moins peur de déranger les journalistes… Peu de temps après, nous nous retrouvâmes tous autour de la table pour entamer la conférence de rédaction. Cette fois si, la conférence dura moins longtemps que le jour précédent : c'était normal car tous les articles étaient déjà planifiés pour la semaine, aujourd'hui il s'agissait de savoir où en était chacun.

"Pique-Nique" géant devant la mairie

Peu de temps après la conférence, Julia, Chloé et moi sommes allés au "pique-nique" géant organisé par les "tatas", les syndicats, et les parents d'élèves. Il consistait à se révolter contre le manque d'Atsem, le nom officiel de tatas, dans les écoles maternelles et primaires.

"Il n'y a qu'une atsem pour 30 élèves de maternel et qu'une pour 60 élèves de primaire, c'est très peu et on n'a pas vraiment de solutions… L'Etat dit qu'il n'a pas d'argent donc qu'il ne peut pas beaucoup cotiser; mais en réalité, il n'a pas d'argent que pour ce qu'il ne l'intéresse pas !" Sylvie des crèche du 14ème et Shérazade d'une école dans le 13ème

C'était exactement pour cette raison que ces 250 personnes environ avaient organisées cette manifestation ! Pas assez de "tatas" dans les écoles, ce qui peut être très dangereux autant pour les enfants que pour les atsems. Parce que surveiller 30 à 60 enfants quand elles sont toutes seules, on ne peut pas avoir les yeux partout ! Le manque d'aide peut entrainer aussi une mauvaise influence sur la nourriture dans les cantines : plats pas assez chauds, mal servis, et les enfants doivent manger au lance pierre. Certaines écoles ont aussi des problèmes d'hygiène.

"Une fois, un enfant dans mon école a avalé quelque chose de dangereux et il a du aller à l'hopital ! Il aurait pu mourir !" Une Parent d'élève mécontente

"J'aime bien quand il n'y a pas cantine, car ce qu'on y mange, c'est pas bon !" Léo, CP

Les parents, au contraire des enfants, ne sont pas très contents : ils doivent venir les chercher alors que certains travaillent, cela bloque leurs journées et les oblige à faire des allez et retours sans arrêt.

"Nous sommes à sept semaines de grève consecutive, sept semaines où nous devons récupérer nos enfants entre de 11h30 et 12h30. Nous ne pouvons pas sortir de notre lieu de travail dans ces horaires; nous n'avons plus de congés, plus de RTT. Les parents sont en souffrance, les enfants, atsems et enseignants aussi, M. Gaudin, il faut réagir !" Céline Richier, mère de deux enfants à Château Gombert

Repas de Noël à Marsactu

En rentrant, une belle surprise nous attendait : un merveilleux repas de noël ! Je ne savais plus où me mettre, c'était si gentil de nous avoir convié à leur repas alors que nous n'étions que de simples stagiaires ! Ils avaient prévu deux gros poulets fermiers – et plusieurs purées. Mais d'abord il y avait des gressins, des sauces (entre autre du tarama), des bretzels, des chips ramenées par Chloé, et nous avons bu du jus de clémentine. J'étais tellement touché que j'osais à peine me servir ! Pour le dessert ils avaient acheté des papillotes, divers chocolats, deux bûches en forme de chalet et il y avait les petit gâteaux que ma mère avait cuisiné pour tout le monde, et tout ça était délicieux !

Fin de Journée

L'après-midi, Chloé et moi avions avancé sur quelques articles et ce fut déjà la fin de notre deuxième journée de stage.

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Merci, Anthony, de nous donner à voir les coulisses trop méconnues de Marsactu. On ne connaît pas assez les dures conditions de travail de ses journalistes. « Deux gros poulets fermiers, plusieurs purées (…), des papillotes, divers chocolats, deux bûches en forme de chalet (…) » : franchement, c’est trop dur ! 😉

    Signaler
    • Anthony Gaudin-Jochum Anthony Gaudin-Jochum

      J e vous en prie ^^ !

      Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire