Décrocher la Lune

Idée de sortie
le 30 Déc 2021
0

Les habitants de la Lune sont bien étrangers ; ils ne connaissent pas l'amour. Fort opportunément, Offenbach y envoie sa fusée. Appareillons avec lui pour une expédition qui ne loupera son objectif : toucher ce qu'il y a d'heureux en nous par l'effet d'une musique aérienne et irrésistible. Que son ciel nous tienne en joie.

Le Voyage dans la Lune affiche de 1876 © gallica.bnf.fr-gallica.bnf

Le Voyage dans la Lune affiche de 1876 © gallica.bnf.fr-gallica.bnf

Qui veut gagner des millions ?

Pour Le Voyage dans la Lune, Offenbach utilise les agencements du parler, du chanter et du danser propres à l’opérette mais combinés cette fois aux artifices spectaculaires de l’opéra-féerie, alors très en vogue à Paris. Ses quatre actes ne comptent pas moins de vingt-trois agencements de décor, une distribution pléthorique, une profusion de costumes et une surenchère d’effets spéciaux. Une telle aventure comportait des risques financiers importants et se devait d’ajuster ses enjeux esthétiques aux sollicitations du public. Malade, endetté, inquiet d’une popularité déclinante, Offenbach sort de sa manche Le Voyage dans la Lune le 26 octobre 1875 au Théâtre de la Gaîté. Bingo, il décroche la Lune ! À une époque où les pièces restent à l’affiche autant de fois que la recette est bénéficiaire, la première du Voyage compte 185 items consécutifs. Le compositeur est relancé ; ses cinq dernières années seront fécondes. Parce qu’il a rendu sensible la destination collective de sa musique, refusant les tentations de la retraite au désert ou du refuge passéiste, elle s’en trouve disponible, voire nécessaire aujourd’hui, aux missions que l’on assigne au partage de la musique « classique », particulièrement des genres lyriques dont la plasticité a permis, dans la grande tradition mozartienne, la coexistence du divertissement, de l’émotion et de la satire.

La croisière s’amuse

Pertinemment, la nouvelle production qui animera les planches phocéennes pour les fêtes de fin d’année a été parrainée par pas moins de quinze maisons d’opéra et par le Centre Français de Promotion Lyrique chargé de favoriser l’insertion professionnelle des jeunes artistes. Un sang neuf et des voix nouvelles conduiront cette exploration de la planète fantaisie, librement inspirée des romans d’anticipation de Jules Verne.

Après une ouverture triomphale et les préparatifs du premier acte, boum, c’est parti ! Le prince Caprice (rôle travesti endossé par la mezzo Violette Polchi), accompagné de son papa, le roi V’lan (Matthieu Lécroart), et de l’ingénieux Microscope (Éric Vignau) sont propulsés vers la Lune. La rencontre avec les Sélénites se gâte lorsque Caprice déclare sa flamme à la princesse Fantasia (la soprano Sheva Tehoval) sur les accents d’un galant madrigal Je regarde vos jolis yeux. La jeune Sélénite, hors de portée des flèches de Cupidon, lui bat froid. Mais lorsqu’elle croque dans la pomme du jeune prince, le fruit a sur elle le don charmant qu’il eut autrefois sur Terre ; l’occasion pour la mezzo et la soprano d’un palpitant Duo des pommes : « Mon dieu ! Qu’ai-je ressenti là ? ». Ce grand moment d’effusion nous mènera tout droit au Ballet des chimères où le compositeur donne libre cours, entre valse et mazurka, à ses talents d’orchestration avant de clore l’acte II dans la liesse d’un tutti exubérant.

Intraitable monarque, Cosmos (Éric Freulon) fait enfermer sa fille et décide de la vendre au plus offrant (Chœur des gardes, acte III). La rencontre des civilisations vire au choc épidémiologique lorsque le virus de l’amour se propage dans la population. Les Terriens profitent de tout ce bataclan pour enlever Fantasia. Péripéties désopilantes et mignardises amoureuses (l’Ariette de Fantasia ornée de délicieuses et périlleuses vocalises) s’enchaînent à grand galop jusqu’au Ballet des flocons de neige (chorégraphie signée Anouk Viale) que quelques saisissantes intuitions de musique descriptive soulignent comme les rehauts d’un peintre. La petite bande se retrouvera, à l’acte IV, prisonnière d’un volcan dont les figurations instrumentales pendant son éruption constituent une véritable petite symphonie intercalaire. La baguette de Pierre Dumoussaud enflera son crescendo qui n’a rien à envier à ceux de Rossini. Le happy end réunira les amants sous un tendre clair de Terre. Rideau.

Les guignols de l’info

Au défi de cette grosse machine à extravaguer, Olivier Fredj (mise en scène) et Malika Chauveau (décors et costumes) ont relevé le gant. Leur univers coloré et déjanté pointe comment la comédie musicale d’Offenbach fait société et, tel Arlequin, « châtie les mœurs en riant ».

Ainsi le morceau d’ensemble, Ne jamais rien faire (acte II), évoque-t-il la vacuité de l’existence féminine sans qu’il soit vraiment possible de discriminer, dans les intentions du compositeur, ce qui dépend des stéréotypes de son époque de ce qui relève de sa volonté à y réagir. De même, au marché aux femmes trépigne le chœur des boursiers et des agioteurs, « Quel débouché pour le commerce ! » et la Ronde des charlatans (acte III) nous dirige vers le Pays des ventrus sur un arc électrique avec l’actualité sociale de l’époque, singulièrement inflammable au sein du discord politique de la IIIe République naissante. Avec, là encore, une ambiguïté à double entente, Offenbach développe son réquisitoire en chanson suivant, sans grandes espérances ni grands désespoirs, le conseil du bouffon faustien de Goethe : « Si tu veux les faire rire, tend leur un miroir. »

Roland Yvanez

Le Voyage dans la Lune : du 26/12 au 04/01 à l’Opéra de Marseille (2 rue Molière, 1e) > https://opera.marseille.fr

+++

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire