De sacrés numéros

Idée de sortie
Journal Ventilo
20 octobre 2017 0

Cela ne vous a peut-être pas échappé : Juxtapoz, ces magiciens qui avaient transformé le complexe scolaire Saint-Thomas d’Aquin en temple du street art, ont investi un couvent. Amen.

Après avoir mobilisé près de 43 000 visiteurs grâce à la résidence Aux Tableaux !, après un film et un livre, l’équipe de Juxtapoz s’est installée depuis le début de l’année au sein du couvent Levat, en plein cœur de la Belle de Mai.

Après sa réhabilitation, l’association y a progressivement ouvert dès le mois de mars une « cité d’artistes » écoresponsable. Le bâtiment est donc loué, à des loyers modérés, par des artistes, des artisans, des acteurs de la vie locale marseillaise… Aujourd’hui, le couvent compte plus de quatre-vingt résidents, tous installés dans les anciennes cellules. La profusion d’acteurs et de pratiques, mais surtout leur proximité, cherche à stimuler la création, via une synergie érigée en berceau d’initiatives transdisciplinaires. Les résidents se retrouvent dans des pièces communes (cuisine, salles de réunion) et sont tous impliqués dans le bon fonctionnement logistique du couvent. Le lieu affiche aujourd’hui complet, de la cave au grenier, plus aucun atelier ne peut être loué, ce qui atteste d’un premier succès du projet. Et de quoi témoigner du manque d’ateliers et de lieux marseillais dédiés à la création… Ces modèles d’occupations temporaires de friches urbaines se multiplient en Europe avec, pour exemple, la friche culturelle parisienne Les Grands Voisins, dont la gérance est effectuée par Plateau Urbain.

La location des espaces du couvent par des artistes et créateurs se fait selon un concept d’occupation semi éphémère de l’espace. En effet, Juxtapoz dispose d’un bail locatif global de trois ans qui concerne le couvent et ses extérieurs, à l’issue duquel la mairie transformera le couvent en un lieu public. Suite à la désacralisation du couvent, la mairie a pris le parti de déléguer le gardiennage et l’animation de l’espace, pour quelques temps, à Juxtapoz. L’association loue le couvent de façon à payer le loyer, et prévoit du coup de l’événementiel dans les jardins à partir de l’été prochain.

On ne peut que vous conseiller d’aller visiter les jardins de cet endroit mystique, où les « Victimes du sacré cœur de Jésus » ont vécu portes closes, en autarcie pendant cent cinquante ans. Ces religieuses ne sortaient pas de l’enceinte du couvent, et commerçaient le surplus de leurs productions à travers des grilles. Elles n’étaient vues, ni ne voyaient personne de toute leur vie…

À partir du printemps prochain, une exposition d’art contemporain viendra conquérir les quelques 17 000 m2 extérieurs du jardin. Des espaces de vie et des moments festifs se succèderont, afin d’impulser une nouvelle dynamique dans ce havre de paix campagnard, au cœur de la métropole.

Florence Pondaven

Le Couvent : 52 rue Levat, 3e.

Rens. : www.atelier-juxtapoz.fr / www.instagram.com/lecouventlevat/

Découverte des jardins : tous les mercredis et les dimanches 22/10, 5 & 19/11.

0
commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire ou voir un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire