Procurations frauduleuses : les enquêteurs ciblent un agent électoral de Julien Ravier

Info Marsactu
le 13 Nov 2020
11

Plusieurs perquisitions et auditions ont été menées ce mardi par les policiers chargés de l'enquête autour des procurations supposées frauduleuses de la campagne municipale. Une situation très délicate pour le néo-député des quartiers Est.

Valérie Boyer et Julien Ravier en février 2020. (Image JML)

Valérie Boyer et Julien Ravier en février 2020. (Image JML)

Après les coups d’éclat des garde à vue successives de Julien Ravier et Yves Moraine, l’enquête ouverte en juin pour faux et usage de faux de se poursuit en toute discrétion mais à vitesse grand V. Décidés à ne pas laisser cette affaire entacher durablement la démocratie locale, les enquêteurs de la brigade financière multiplient les opérations. Ce mardi, c’est dans le quartier des Caillols qu’ils ont débarqué pour des perquisitions.

Selon les informations de Marsactu, celles-ci visaient à éclaircir le rôle joué par une figure associative locale, Karim Rebouh. Elles ont notamment eu lieu à son domicile et dans un local associatif qui sert entre autres de salle de prière musulmane. Ce dernier a été entendu de même que le président de l’association qui gère le lieu de culte. Les enquêteurs ont saisi des téléphones, des dossiers, des ordinateurs et même les enregistrements des caméras de surveillance.

Les policiers ont noté la bienveillance de la mairie de secteur pour ce lieu de prière installé dans un bâtiment financé à sa construction par des subventions publiques. Ils sont ainsi repartis avec une photo prouvant la présence à l’inauguration de la parlementaire Valérie Boyer, numéro 2 de Julien Ravier aux dernières élections. Cette tolérance était-elle la contrepartie d’un soutien électoral ? C’est aujourd’hui une des questions que se posent les enquêteurs.

Un militant associatif chevronné

Karim Rebouh est un militant associatif très implanté dans ce quartier où il est né. Depuis vingt ans, il est la cheville ouvrière de nombreuses opérations de solidarité, d’événements sportifs ou festifs. Le genre de personnes que tout le monde salue. Il est aussi un agent électoral. Son influence est jugée acquise par ceux contre qui il s’engage. “En 2017, quand je me présentais contre elle aux législatives, Valérie Boyer a fait 50 % des voix aux Caillols quand François Fillon en faisait 11 %”, rappelle souvent l’élu Rassemblement national Franck Allisio. Les chiffres sont largement exagérés – 29 % contre 15 % – mais soulignent que l’on prête beaucoup d’influence à Karim Rebouh.

À chaque élection, son soutien est donc recherché. Cette fois, son cœur a balancé entre la liste soutenue par Samia Ghali sur laquelle il a failli être candidat et celle de Martine Vassal. Cet ancien soutien de Christophe Masse (PS puis LREM) a finalement choisi la droite pour la plus grande joie de sa tête de liste locale et maire de secteur sortant, Julien Ravier, avec qui il échange régulièrement sur des sujets politiques, comme le prouve une série de SMS que nous avons pu consulter. Parmi ses engagements dans la campagne, Karim Rebouh a participé au recueil de procurations dans son quartier. Il en aurait suscité 28 dans le seul bureau 1268 de l’école des Caillols, selon son propre décompte.

Julien Ravier suivait de près les procurations

Les enquêteurs ont entre les mains des pièces qui montrent qu’il était un rouage d’un système plus large. Selon nos informations, ils possèdent des SMS prouvant que Julien Ravier suivait de très près la question des procurations alors même qu’il a toujours dit publiquement s’être tenu éloigné de ces contingences en tant que tête de liste de secteur. Au sortir d’une première audition au début de l’été, Julien Ravier avait ainsi expliqué à l’AFP : “Tout s’est bien passé et j’ai pu apporter les éléments que j’avais en ma possession, notamment le fait que je suis totalement étranger aux procédures de procuration.” Contacté, son avocat Pierre Bruno a refusé de commenter.

Alors que les enquêteurs ont, de sources concordantes, des sms prouvant que l’agent électoral et le maire sortant des 11/12 ont aussi échangé sur la question de procurations, Karim Rebouh jure lui n’en avoir jamais parlé directement avec Julien Ravier. “Tout passait par Joëlle Di Quirico”, explique-t-il à Marsactu. Cette ancienne fonctionnaire de la mairie des 11e et 12e arrondissements était aussi déléguée des officiers de police judiciaire. Marsactu et Mediapart avaient très tôt souligné cette double casquette qui lui permettait, mandatée spécifiquement par un fonctionnaire de police, de faire remplir des procurations. Colistière lors des dernières élections de Julien Ravier, elle a brièvement été élue conseillère d’arrondissements mais a démissionné avant même la première séance publique.

Joelle Di Quirico aussi a été interrogée un peu plus tôt dans l’enquête. Selon nos informations, elle a admis sa participation à des procurations hors du circuit légal. Ce qui est confirmé lorsque Karim Rebouh décrit leur fonctionnement commun : “elle est venue une fois ici pendant la campagne, je lui adressais des jeunes, je lui ai aussi envoyé des photos et des mails. Ce n’était pas moi qui m’occupais de trouver les mandataires, c’était la mairie. Pour moi, encore une fois, tout se passait bien puisqu’elle était déléguée des officiers de police judiciaire.” L’intermédiaire insiste sur le fait que “tous ces jeunes étaient d’accord pour voter Vassal. D’ailleurs, au second tour, vu ce qu’il se passait autour des procurations, je leur ai dit d’aller voter et tous ceux qui étaient là sont venus voter en personne”.

Un quartier scruté de longue date

Dès le début de l’affaire, les bureaux 1268 et 1267 de l’école des Caillols sont apparus particulièrement suspects aux yeux des enquêteurs. Plus d’une trentaine de porteurs de procurations avaient été auditionnés avant même le deuxième tour, comme l’avait révélé Libération. Lors du premier tour, une altercation avait opposé Karim Rebouh et le candidat du Printemps marseillais devenu adjoint à la maire, Yannick Ohanessian.

Et dans ces mêmes bureaux Julien Ravier avait haussé la voix le jour du scrutin vis-à-vis de la présidente du bureau de vote, aux côtés de celui qui était alors son directeur de campagne Richard Omiros. Marsactu en avait apporté la preuve en vidéo. Seul ce dernier a pour l’heure été mis hors du jeu, contraint de démissionner de ses fonctions de directeur de cabinet à la mairie de secteur.

Quant à Julien Ravier, il ne connaîtra pas de sitôt les 36 heures entre les mains des policiers assorties d’une nuit au dépôt comme le 23 septembre dernier. D’abord parce que pour chaque affaire les enquêteurs ne disposent que d’un crédit de 48 heures, mais aussi parce qu’il bénéficie depuis le 7 octobre de l’immunité parlementaire.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. jasmin jasmin

    Wow. Merci Jean-Marie Leforestier de dire en si peu de mots tant de choses importantes, et on comprend tout! Quand même, quel souk à Marseille…

    Sur la forme, c’est du grand n’importe quoi, détournement du système à fond pour faire élire les représentants du LR, et tant mieux si la justice y va à la vitesse grand V. Elle a dû surprendre tous ces gens habitués à plus de lenteur et ne pas leur laisser le temps de détruire les preuves.

    Sur le fond, c’est quand même râlant de voir qu’aux Etats-unis, le système électoral s’est adapté à l’actualité COVID et que les Etats américains ont massivement autorisé et organisé le vote par correspondance ou dans la boite à lettres des bureaux de vote, pour que les gens ne fassent pas la queue pour voter et attraper ce virus. La preuve, le taux de participation gigantesque pour les présidentielles américaines et le fait que Biden ait gagné surtout grâce à ceux qui ont voté par correspondance. C’est dommage que nous n’ayons pas pu bénéficier de la même adaptation, et que des gens comme moi soient restés à la maison, ne voulant pas risquer d’attraper ce satané virus. Mais bon c’était en début d’année, et les Américains ont eu jusqu’a octobre pour démarrer le vote par correspondance.

    Finalement, magouille et compagnie consistait à Marseille à mettre en relation des gens qui avaient peur de sortir voter, avec des jeunes qui n’avaient pas peur, et en accord des deux parties, utiliser un officier de police qui officialise ces mariages pour le faire en l’absence d’une des deux parties ou des deux, mais avec leur accord. Notre système de mandataire est nullissime. C’est fou d’aller à deux faire la queue dans un bureau de police pour un mandat à durée limitée. La plupart des gens font cela pour leurs enfants majeurs qui étudient ailleurs. Il faut les faire venir pour faire tout ce cirque. Vraiment, il est temps de modifier et adapter le système de vote pour que les gens eux memes puissent voter par d’autres moyens que la presence physique.

    Pour ce qui est du détournement et magouilles, on n’est pas surpris que ce soit l’équipe du LR qui ait osé le faire, puisqu’ils détenaient le pouvoir depuis 25 ans. Les autres n’ont pas osé le faire. C’est assez cocasse que le leader charismatique musulman ait préféré mettre tous ses oeufs dans la magouille avec Les Républicains plutôt que le Printemps Marseillais, et tout ça pour battre l’extrême droite. J’ai du mal à plaindre l’extrême droite… Je suis un peu étonnée de voir que les papys mamies des quartiers aient eu peur de sortir pour voter. Je les croyais plus téméraires. Mais bon, on est des humains, on a tous peur de ce truc. Il est fort probable qu’il y ait eu d’autres petits cadeaux dans le panier de mariage pour Karim Rebouh. Si ça se trouve, un autre lieu de culte payé par le contribuable? ou autre chose?

    Signaler
  2. Electeur du 8e Electeur du 8e

    On est content que les enquêteurs soient “décidés à ne pas laisser cette affaire entacher durablement la démocratie locale” : ça va nous changer d’une autre affaire qui dure depuis une décennie, et dont le principal acteur coule des jours tranquilles au Sénat grâce à la complicité de “grands” (sic) électeurs peu scrupuleux.

    Ce qui est dommage, c’est que désormais l’un des bénéficiaires potentiels des fausses procurations peut tranquillement se moquer du monde, abrité par l’immunité parlementaire. Pourquoi se gêner quand il existe, au sein de la République, des institutions qui acceptent d’abriter des délinquants présumés ?

    Signaler
    • 236 236

      C’est vrai que lorsqu’on regarde l’illustration de cet article on pourrait ressentir comme une moquerie à notre égard, mais l’immunité parlementaire ne met pas à l’abri de l’opprobre. Merci pour l’article… et la photo

      Signaler
    • Orsu Orsu

      Mais c’est pour cela qu’ils se sont fait élire tous les deux , immunité au sénat , immunité à la chambre

      Signaler
  3. Brallaisse Brallaisse

    Oppobre, honte, honneur, courage, honnête sont des mots inconnus de nos politiques locaux.
    Les seuls mots qu’ils connaissent sont indemnités, avantages, passe droit,presidence, conseil d’administration.
    Ce que j’espère c’est que leur vocabulaire s’enrichisse du mot condamnation.

    Signaler
  4. FM84 FM84

    C’est vraiment lamentable. Honte à ces élus!

    Signaler
  5. PromeneurIndigné PromeneurIndigné

    Une immunité parlementaire peut être retirée ! À ma connaissance les «Les républicains »(Ils le sont fort peu) ne sont pas majoritaires au Parlement.

    Signaler
  6. Jeremy Conchy Jeremy Conchy

    C’est une honte pour Marseille et pour notre démocratie (si les faits sont averés bien sur) mais comment peuvent ils l’etres maintenant ?

    Signaler
  7. Jacques89 Jacques89

    « …contrepartie d’un soutien électoral ? »
    Quelle question ! S’il a été biberonné par Dassault, forcément ça laisse des traces. Tout s’achète en PACA, même les lieux de culte qu’on dit ne pas vouloir ailleurs (ou qu’on dit ailleurs -au bistrot par exemple- ne pas vouloir partout). Heureusement que nos parlementaires sont « immunisés », le vaccin risquerait de coûter plus cher que celui de Pfizer.

    Signaler
  8. barbapapa barbapapa

    La salle de prière dont il est question était maquereautée par l’imam salafiste Hadj Doudi, tellement bon citoyen qu’il a été expulsé en 2018 vers l’Algérie

    Signaler
  9. Paul_ Paul_

    Toujours dans le 11/12, lors des élections législatives 2017 (1ère circonscription), le bureau de vote 1153 (Air Bel) affiche des résultats très surprenants : la distribution des voix a manifestement été truquée.
    240 voix exprimées :
    BOYER : 120 voix (soit exactement 50,00% des voix exprimées)
    CHAMASSIAN : 36 (exactement 15,00%)
    BORGIALLI : 25 (10,42%)
    MANNONE : 16 (6,67%)
    ALLISIO : 12 (exactement 5,00% et dix fois moins que Valérie Boyer)

    Valérie Boyer y obtient de très loin son meilleur résultat dans toute la circonscription, alors que c’est un quartier populaire qui ne vote jamais LR dans ces proportions.

    D’ailleurs les bureaux de vote d’à côté, elle n’obtient pas ces résultats et le FN obtient de bien meilleurs résultats.

    Liens : vous trouverez ces résultats là :
    https://public.opendatasoft.com/explore/dataset/elections-legislatives-2017-resultats-par-bureaux-de-vote-tour-1/

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire