Pour sa marina olympique, Marseille cherche encore cinq millions d’euros

Décryptage
le 16 Jan 2024
19

Chiffrée dans un premier temps à 39 millions d'euros, la facture pour la base nautique du Roucas blanc s'approche désormais des 50 millions. En cause, l'inflation, mais aussi, quelques aléas plus locaux. Tandis qu'elle met actuellement 10,6 millions d'euros dans ce projet, la Ville espère en trouver cinq de plus.

L
L'anse du Roucas blanc se prépare à accueillir la base nautique olympique. (Photo : ML)

L'anse du Roucas blanc se prépare à accueillir la base nautique olympique. (Photo : ML)

Les travaux sont visibles depuis plusieurs mois pour qui fréquente le littoral Sud de la ville, tout comme les immenses panneaux qui accompagnent ces aménagements, entre le David et la Corniche. Difficile d’ignorer qu’ici, la future base nautique qui permettra d’accueillir les Jeux olympiques à Marseille est en train de sortir de terre. Ce que […]
Vous voulez lire la suite ?
Abonnez-vous à Marsactu

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. alaingilles alaingilles

    a.gilles “adjoint au mer” le lapsus, est joli

    Signaler
    • Coralie Bonnefoy Coralie Bonnefoy

      Merci de nous avoir signalé cette faute – presque poétique, certes. Nous l’avons corrigée.

      Signaler
  2. Richard Mouren Richard Mouren

    La Région est en train de compter ses sous pour les jeux d’hiver de 2030 (qui ne concernent pas Marseille puisque sa patinoire a été écartée au bénéfice de Nice) mais dont la couverture financière est loin d’être solide. Mais que diable vont-ils tous faire dans ces galères?

    Signaler
  3. barbapapa barbapapa

    Ah Ah on est loin de la base nautique “nurserie à poissons” que l’on essayait de nous vendre. La vérité, c’est que les ports, et en particulier la base du Roucas, sont une pollution terrible : peintures sous-marines pleines de métaux lourds toxiques qui se délitent, moteurs à la mauvaise combustion qui laissent s’immerger des huiles brûlées, des carburants. Les montagnes de vases et boues analysées très polluées ont été larguées devant Fos sur Mer (les pauvres).
    Avec ces jeux pas du tout ludiques, la ville joue allègrement avec les millions d’euros des marseillais, qui sur les plages voisines n’ont des toilettes que quelques petits mois par an, du sable ou des galets d’assez mauvaise qualité, des cabanes historiques emblématiques selon les architectes des Bâtiments de France détruites arasées pour le bon vouloir de Paris2024, et la mairie prive les marseillais d’accès à la mer et aux plages pendant des mois.
    Sans compter que des milliers de m2 de béton, du béton, du béton très (écologique) ont été bâtis au ras de l’eau (dans les années qui viennent le niveau de l’eau devrait passablement monter) par Vinci les Travaux du Midi bien connus champions de la probité.
    Combien les taxes d’habitation et foncières à venir ? ça fait frémir

    Signaler
  4. jacques jacques

    Taxe d’habitation ? Vous avez dit taxe d’habitation ??

    Signaler
  5. Kitty Kitty

    Entre ses projets de super Aqualands à Luminy et dans le 15ème ardt et l’envol de la facture pour la marina olympique, Samia Ghali va définitivement couler la ville de Marseille.

    Signaler
  6. BRASILIA8 BRASILIA8

    Sans parler des millions qu’il faudra dans le futur pour le fonctionnement de la Base .
    Une solution : délégation de service public !!! il y a juste à côté un club qui doit avoir déjà préparé son dossier de candidature
    Comme d’habitude on nous promet des équipements plus verts que verts, même le béton, peu couteux et surtout répondant à un besoin et chaque fois l’on se retrouve avec un gros tas de béton très cher et un équipement inutile car mal dimensionné
    La propagande pour les J.O. d’hiver va encore être un exemple de superlatif : durable , local….. utile et pas cher

    Signaler
  7. Alceste. Alceste.

    Et bien cela est parfait , les yeux commencent à s’ouvrir sur la réalité de cette municipalité dont le niveau d’incompétence se rapproche inexorablement de la précédente. Les mêmes recettes, les mêmes méthodes. Seuls les bénéficiaires en changent.
    Mais soyez rassurés , après le gâteau des Rois pour l’Epiphanie devant la mairie, nous aurons droit aux crépes pour la Chandeleur avec le maire à la manoeuvre au même endroit. Faut bien s’occuper avec du “pain” et des “jeux”.

    Signaler
    • RML RML

      Votre crin crin habituel. Pour vous la campagne électorale c’est pendant 6 ans. Pas pour les Lr, pas pour le Pm, j’en deduis que vous roulez pour le Rn…
      Vous en manquez pas une pour généraliser et sortir les gros mots démagogiques…
      A part crier “incompetents” je vois pas ce que

      Signaler
    • julijo julijo

      c’est d’autant plus gratuit et inutile, et complètement pathologique que dans le texte de l’article il est bien expliqué que :
      PASSE SOUS GAUDIN, LE CONTRAT EN QUESTION LIE LA VILLE A L’ETAT.
      encore aurait-il fallu le lire !!!!
      vous ne pouvez ignorer les difficultés juridiques et financières que représentent la rupture d’un contrat – et qui plus est avec l’état-

      pendant la campagne électorale, il avait été question de ces contrats très rapidement signés par l’ancienne équipe des nullissimes de gaudin, et qu’il faudrait bien que la future équipe se coltine ! là encore il suffisait de lire…..

      Signaler
  8. Patafanari Patafanari

    Tout ça pour faire du bateau à voile. Finalement, c’est pas mal le jet-ski.

    Signaler
    • julijo julijo

      polluant !!!! et bruyant !

      Signaler
  9. RML RML

    Il faudrait peut être enfin faire la greve des Jo. Boycotter, manifester et juste dire fuck off. C’est sûr que ça va pas changer la note salée. Mais s’il y avait pas les jo y aurait pas de note, hein!
    En plus, pour le moment , ça n’a même pas d’effet sur le tourisme à Marseille.
    Gaudin a juste fait faire un nouveau port pour ses privilégiés du 8e qui ont un bateaux!

    Signaler
  10. Regard Neutre Regard Neutre

    Surcoût pas surprenant, sous l’eau et dans la vase, en période préolympique … Tout à l’avenant !
    Les entreprises de travaux maritimes — qui ne sont pas nombreuses — sont des expertes en dragage et en contentieux.
    Aussi, fortes de leur service juridique très musclés en l’espèce, elles ne rechignent pas à signer le marché initial sachant qu’elles trouveront toujours, en cours de réalisation ou à la fin des travaux, des failles dans le cahier des charges du Maitre d’ouvrage pour présenter un mémoire en réclamation. Les imprévus, la pandémie et l’inflation renforcent le mécontentement et facilitent les réclamations; c’est de bonne guerre.
    Une définition précise du besoin par l’acheteur est la garantie de la bonne compréhension et de la bonne exécution du marché public, de son objet et de ses caractéristiques.
    L’exploitation partielle d’une opération de dragage implique généralement plusieurs éléments essentiels pour assurer le succès de l’opération.
    Voici quelques-uns des éléments clés que les bureaux d’études de la maîtrise d’œuvre de l’opération font en général :
    1.Évaluation du site : Avant de commencer l’opération, une évaluation détaillée du site de dragage est essentielle. Cela inclut la caractérisation du fond marin, la topographie du site, la présence d’obstacles, et d’autres facteurs qui pourraient influencer le processus de dragage.
    2. Permis et autorisations : Il est crucial d’obtenir tous les permis et autorisations nécessaires auprès des autorités compétentes avant de commencer le dragage. Cela peut inclure des permis environnementaux, des autorisations portuaires et d’autres approbations réglementaires.
    3. Choix de l’équipement : Sélectionner le bon équipement de dragage en fonction des caractéristiques du site, de la nature des matériaux à draguer, de la profondeur d’eau, etc. Les différentes méthodes de dragage comprennent l’utilisation de dragueurs suceurs, dragueurs à godets, dragueurs à benne preneuse, etc.
    4. Gestion des sédiments : Mettre en place un plan de gestion des sédiments pour traiter les matériaux dragués de manière appropriée. Cela peut inclure la possibilité de réutiliser les sédiments pour la construction, le stockage ou l’élimination conforme des matériaux indésirables.
    5. Surveillance environnementale : Mettre en place un système de surveillance environnementale pour évaluer l’impact du dragage sur l’écosystème local. Cela peut inclure la surveillance de la qualité de l’eau, la surveillance des espèces marines, etc.
    6. Plan de sécurité : Élaborer un plan de sécurité complet pour assurer la sécurité des travailleurs et minimiser les risques liés au dragage. Cela inclut les procédures d’urgence, la formation du personnel, l’utilisation d’équipements de sécurité, etc.
    7. Plan de communication : Mettre en place un plan de communication pour informer les parties prenantes, y compris les autorités locales, les communautés environnantes et autres parties intéressées, des détails de l’opération de dragage.
    8. Gestion des coûts et des délais : Élaborer un budget détaillé pour l’opération de dragage, en tenant compte des coûts liés à l’équipement, à la main-d’œuvre, à la gestion des sédiments, etc. Établir également un calendrier réaliste pour l’achèvement de l’opération.
    8. Maintenance de l’équipement : Assurer la maintenance régulière de l’équipement de dragage pour minimiser les temps d’arrêt non planifiés et garantir une efficacité maximale.
    Ces éléments sont généralement intégrés dans un plan global d’opération de dragage pour garantir une exécution réussie, respectueuse de l’environnement et conforme aux réglementations en vigueur et montant prévisionnel.
    En tout état de cause, dans le cadre de ses obligation contractuelles, l’entreprise a l’obligation de faire les travaux jusqu’à leur achèvement. Le maitre de l’ouvrage de l’opération a quant à lui le devoir à instruire le mémoire en réclamation pour cerner au plus près les surcoûts avérés des contractants.

    Signaler
    • julijo julijo

      sympa vos explications !
      je crois avoir compris, dans votre introduction, que le titulaire du marché a finalement été probablement un peu léger au départ….même si les raisons semblent objectives. et puis en 2020 gaudin était pressé.

      c’est quand même une manie assez répandue dans ce sytème de gros travaux, de prévoir un cahier des charges qui reste malgré tout assez volatil, et une fois le marché conclu, le mémoire en réclamation est courant.

      Signaler
  11. Marc13016 Marc13016

    Et en attendant, au nord de la rade, à Corbière, la pauvre base nautique accueille 4 voiliers, quelques padle et des kayaks …
    On pourrait la dédoubler pour même pas 5 Millions d’€ je suppose. Et agrandir les plages de Corbière pour une dizaine de Millions. Et construire une halte ferroviaire juste au dessus de ces plages. Et faire un parking relais à la place d’un parking à bateau privé en face de la voie ferrée.
    Bref, avec 50 M€, on avait un Prado II dans ces quartiers … je dis pas qu’il ne faut pas construire une base nautique à la hauteur des J.O. mais ça fait réfléchir quand même !

    Signaler
  12. Christian Christian

    Imputer ces coûteux problèmes à la nouvelle municipalité relève d’une parfaite mauvaise foi.

    Signaler
    • Ssylvie Ssylvie

      Tout à fait de votre avis. Ça en devient pathologique…

      Signaler
  13. Mars, et yeah. Mars, et yeah.

    C’était écrit :

    – Gaudin qui enrague tout le monde dans un projet abracadabrantesque
    – les effectifs municipaux (pas les zélus) qui n’ont jamais eu le niveau pour monter une consultation tirée au cordeau qui que soient leurs zélus
    – des attributaires qui répondent à la consultation en se donnant un air naïf, tout en préparant leur contentieux, car ils en ont les moyens (indice : si la consultation était mieux montée, ils ne le pourraient pas)
    – la loi de Murphy : tout ce qui doit arriver, arrive ; changements de projet par vanité et clientélisme politicard, vrais aléas, services de l’état qui se réveillent en cours de route, etc.
    – cerise sur le gâteau, Sainte Samia, Notre-Dame-des-Dealers, qui tente de parler d’un sujet technique au lieu de se taire.

    Résultat : ben oui, Marseillais, faut payer. Alors payons, ça nous savons le faire. Une vraie compétence marseillaise.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire