L’OM pousse les Yankee hors du stade

Actualité
le 4 Juin 2018
9

Le président de l'OM Jacques-Henri Eyraud a signifié au club de supporters qu'il ne serait plus une association officielle à compter de la saison prochaine. De quoi faire trembler le Vélodrome.

C’est une décision radicale que vient de prendre l’équipe dirigeante de l’OM, emmenée par le propriétaire Frank McCourt et le président Jacques-Henri Eyraud. Les Yankee, club historique de supporters avec environ 5000 membres au compteur, n’aura plus le droit de cité au stade Vélodrome. La convention entre les deux parties va être rompue à quelques jours du début de la campagne d’abonnement pour la saison 2018-2019.

Yankee Nord Marseille ne sera plus une association officielle reconnue par le club, comme l’a révélé L’Équipe. « J’entends prononcer à l’égard de l’association que vous présidez la résiliation pour faute de la convention », écrit Jacques-Henri Eyraud dans un courrier daté de ce jour et délivré à son président Michel Tonini. Selon nos informations, le club de supporters pilier du virage Nord se voit reprocher un certain nombre de polémiques au cours de la saison écoulée.

De multiples griefs

Lundi 28 mai, à l’heure de midi, le président Jacques-Henri Eyraud a reçu une délégation de représentants du club à la Commanderie pour exposer ses griefs de multiple nature. Il y a d’abord été question de la carte bancaire du club dérobée lors d’une soirée de Michel Tonini. Trois femmes s’en étaient emparées pour réaliser des achats à hauteur de 13 000 euros.

Il y a ensuite eu l’affaire dite des bracelets. Ces bouts de tissus permettant aux groupes de supporters de rentrer en avance dans le stade pour accrocher les banderoles avaient été revendus par des membres des Yankees en guise de place pour le match contre l’Olympique lyonnais le 18 mars. Refoulés, les spectateurs déçus avaient fait connaître leur mésaventure. L’OM avait alors décidé de porter plainte contre le club de supporters pour escroquerie. « Je conteste l’escroquerie, mais ce qui me rend le plus fou, c’est que l’OM décide de porter plainte contre les Yankee, avait alors expliqué Miche Tonini. Je ne nie pas que les bracelets ont été utilisés à des fins mercantiles, mais ce sont des initiatives individuelles. »

Il y aussi eu la plus énigmatique affaire Netflix. La société américaine avait souhaité sponsoriser un tifo dans le stade pour fournir une des scènes à sa série Marseille. Les Yankee étaient de la partie mais pas l’OM, a juré le club. De source interne aux Yankee, on indique pourtant disposer d’une série de mails échangés avec un cadre de l’OM relatif à cette animation mercantile.

Il y aurait enfin une dette que les Yankee auraient contractée vis-à-vis du club à hauteur de plusieurs dizaines de milliers d’euros et qui aurait fini d’agacer Jacques-Henri Eyraud, peu enclin à faire des cadeaux sur les principes de bonne gestion.

Tonini a proposé sa tête

Tous ces éléments ont convaincu le président de l’OM de frapper fort, quitte à assumer d’en faire un exemple pour lancer un avertissement aux autres clubs. Le 28 mai, les Yankee ont argumenté sur leur rôle important dans le stade, y compris en terme de régulation des tribunes. Michel Tonini aurait même proposé sa tête pour calmer le jeu, cela n’a pas suffi.

Cela marque un acte supplémentaire dans la volonté de contrôle du stade portée par le club. « Un Parisien venu à Marseille est en train de mettre en place un nouveau plan Leproux [qui avait chamboulé la fréquentation du parc des Princes, ndlr] et veut liquider les clubs de supporters », estime un membre influent des Yankee reflétant ainsi l’esprit du groupe de supporters.

En 2016, la précédente direction et le président Vincent Labrune avait déjà mis fin au système historique de vente des abonnements directement par les clubs de supporters qui manquait particulièrement de transparence. Une manière de préparer le terrain à la vente. Aujourd’hui, l’OM, qui souhaite toujours devenir l’unique gestionnaire du stade et le dit haut et fort, écarte aussi avec les Yankee un acteur potentiellement gênant pour assouvir cette ambition. « On espère un soutien unanime des autres groupes de supporters », plaide le même adhérent.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Reuze Reuze

    Ce n’est pas la grande forme du côté du Vélodrome: le point Marseillologie n’est atteint que dans le dernier paragraphe, avec la légendaire figure du « Parisien venu à Marseille ».

    Signaler
  2. Electeur du 8e Electeur du 8e

    « En même temps », on s’en fout des relations entre l’OM et ses clubs de supporters, non ?

    Je croyais que la ligne éditoriale ici, c’était « tout Marseille sauf les chiens écrasés et le foutebol » (à l’exception de ce qui peut avoir une incidence sur les finances de la ville, comme ici : https://marsactu.fr/loffensive-du-president-de-lom-pour-arracher-la-gestion-du-stade-velodrome/)… Sans rancune !

    Signaler
    • Reuze Reuze

      Je n’ai pas la même lecture que vous. Les associations de supporters sont des réseaux d’influence que les politiques locaux considèrent importants, le club est en pleine négociation avec Arema pour le PPP sous l’oeil intéressé de la municipalité et les élections municipales approchent.

      Signaler
    • LaPlaine _ LaPlaine _

      Tout à fait d’accord avec Reuze, cette information est importante car emblématique également des fonctionnements et réseaux marseillais toujours à la limite voire de l’autre côté des règles. On y retrouve du reste la même terminologie que chez les élus, les « parisiens » (tout ce qui n’est pas marseillais en fait, source de bashing) et « Marseille n’appartient qu’aux marseillais » version foot de l’Etat dans l’Etat politique qui règne ici.

      Signaler
    • LaPlaine _ LaPlaine _

      Lire « bashing » au lieu de bassins… (Il faudrait vraiment pouvoir corriger le textes à postériori Marsactu)

      Signaler
    • Julien Vinzent_ Julien Vinzent_

      Bonjour,
      c’est corrigé. Nous allons réfléchir à cette fonctionnalité.
      À bientôt

      Signaler
  3. Titi du 1-3 Titi du 1-3

    « « En même temps », on s’en fout des relations entre l’OM et ses clubs de supporters, non ? »
    Et pas qu’un peu !

    Signaler
  4. barbapapa barbapapa

    Pour ma part, bien que très critique à l’égard du foot business et des « multinationales en short », je suis très friand de ce genre d’infos, qui sont de vraies infos locales

    Signaler
  5. PromeneurIndigné PromeneurIndigné

    Il faut privatiser le stade Orange (ex-OM) Vinci est tout à fait capable de le gérer

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire