L’extension du tramway jusqu’à la place du Quatre-septembre devra cohabiter avec la voiture

Décryptage
le 14 Août 2020
13

La métropole veut voir arriver le tramway en 2025 sur la place du Quatre-septembre. En attendant, le projet, au stade de la consultation des maîtres d’œuvre, dessine un nouvel aménagement urbain pour une partie des 6e et 7e arrondissements.

Avec l'extenison du tramway jusqu'aux Catalans, la statue et l'arbre de la place Bergasse devraient disparaitre. Photo : Clément Gahéry/

Avec l'extenison du tramway jusqu'aux Catalans, la statue et l'arbre de la place Bergasse devraient disparaitre. Photo : Clément Gahéry/

Sorti des cartons où elle avait été laissée pendant une quinzaine d’années en 2017, l’extension du tramway vers l’Ouest jusqu’à la place du Quatre-septembre précise ses plans. Dans un cahier des charges fourni aux porteurs de projet, que Marsactu a consulté, la métropole détaille les attentes et les contraintes d’un projet initialement lancé en 2002. Les rails, qui relieront la rue de Rome à la place du Quatre-septembre, devraient ainsi donner un nouveau visage aux rues empruntées par le tram mais pourraient aussi compliquer les conditions de circulation et de stationnement de cette “petite ceinture du centre-ville”.

En 2018, une étude de faisabilité, avait permis d’esquisser les contours de la nouvelle portion de deux kilomètres. Avec cinq arrêts dans les 6e et 7e arrondissements et l’aménagement de la voirie, la métropole avait fixé les coûts prévisionnels à hauteur de 75 millions d’euros hors taxes. Et si une mise en service est espérée pour 2025, la métropole doit encore choisir son maître d’œuvre. Les candidats ont jusqu’au 9 septembre prochain pour répondre à la consultation de la collectivité.

Un réseau de tram à 3 lignes

L’arrivée du tram à proximité de la Corniche accompagne l’extension au nord et au sud de Marseille du réseau de la RTM. Elle prévoit qu’en 2023, le tramway s’étende de la station Gèze (15e) à la Gaye (9e) avant de rejoindre, en 2025, la cité Castellane (16e) et la Rouvière (9e). Une réorganisation du réseau placera ainsi l’extension vers l’Ouest sur la ligne T2 et reliera la Blancarde à la place du Quatre-septembre. Pour ce nouveau tronçon, le raccordement au réseau existant se fera au niveau de la place de Rome, sur la ligne T3 actuelle. Avec la création de quatre stations, le tramway empruntera le boulevard Peytral, le cours Puget, puis le boulevard Notre-Dame, le boulevard la Corderie et l’avenue de la Corse sur deux kilomètres. Au maître d’œuvre, la métropole précise qu’elle a fixé l’objectif d’un temps de parcours de 6 minutes 50, “avec une fréquence de 5 à 6 minutes par sens en période de pointe”. Un vrai défi pour un transport en commun cohabitant sur une partie de son trajet avec la voiture, avec priorité mais sans voie dédiée. La collectivité précise que “la mise en œuvre du tramway ne doit pas conduire à des situations de congestions rédhibitoires tels que le blocage des quartiers environnants.”

Le scénario retenu lors de l’étude de faisabilité place l’extension du tramway jusqu’à la place du Quatre-septembre sur la ligne T2. Les premières extensions de la ligne T3 au nord et au sud de la ville sont également représentées.

vers un encombrement de la “petite ceinture du centre-ville” ?

Car si l’arrivée du tramway permettra de faciliter l’accès à un quartier dense, la ligne “se superpose au tracé de la petite ceinture de centre-ville, sur laquelle le trafic de transit est rabattu pour contourner l’hypercentre.” L’aménagement réduira considérablement la place de la voiture : sur le boulevard Peytral, déjà à sens unique, la circulation automobile se contera d’une seule voie. Et sur les pentes du cours Puget, la circulation automobile passera de 2×2 voies à 2×1 voie, tout comme sur les avenues de la Corderie et de la Corse.

La réduction importante de la capacité de l’axe routier semble empiéter sur la volonté de la métropole de conserver pour ces boulevards leur “fonction de petite ceinture permettant de limiter l’entrée des véhicules dans le centre-ville”, notamment sur le Vieux-Port. Dans le cahier des charges, peu de solutions sont imaginées. Aux maîtres d’œuvre de réaliser des études de circulation pour évaluer l’impact de l’arrivée du tramway. La métropole attend une “évolution du plan de circulation” pour permettre de fluidifier le trafic tout en “conservant le sens de circulation des voitures existant”.

Exercice délicat que de limiter l’impact du tramway sur la circulation et notamment sur l’accès à la rampe Saint-Maurice qui s’engouffre dans le tunnel du Vieux-Port. “Le maintien de la voie de tourne-à-gauche vers la rampe Saint-Maurice est incompatible avec un niveau de performance satisfaisant du tramway”, notifie le dossier de la métropole. En provenance de la place du Quatre-septembre, il deviendrait donc impossible pour les automobilistes de rejoindre directement les autoroutes par cet accès majeur. La métropole suggère tout de même au futur maître d’œuvre de tester des solutions de maintien.

Disparition du stationnement au cours Puget

À l’issue de l’enquête de faisabilité, la métropole avait formulé la promesse que “les places de stationnement supprimées [seraient] restituées”. Car l’arrivée du tramway va entraîner la suppression de nombreuses places de parking, notamment sur les pentes du cours Puget. Les rails seront installés au milieu de l’alignement des micocouliers. L’aménagement global doit permettre de valoriser l’accès piéton au parc Puget. “Le cours Pierre-Puget est une pièce urbaine qui doit être réintégrée dans un système “cours-parc“, avec l’intégration d’une promenade au centre”, indique le cahier des charges.

Pour compenser, la métropole inclut dans le projet la construction de deux parkings souterrains au cours Puget et à la place du Quatre-septembre. Un total de 300 places “dédiées aux riverains” qui ne sera pourtant pas suffisant dans un quartier dense, “30 000 habitants et près de 25 000 emplois autour de l’axe du projet”, précise la métropole. “Sur la partie ouest, l’absence de parking en ouvrage ne permet pas de compenser le déficit en stationnement engendré par le projet.” Là-aussi sans solution, la collectivité attend du maître d’œuvre qu’il identifie, 400 mètres autour de l’axe, des places de stationnements privées ou publiques mal utilisées ou inoccupées.

La fontaine estrangin devra être déplacée

L’aménagement urbain ne sera pas sans conséquences pour le patrimoine architectural et végétal. Au niveau de la place Estrangin, “les contraintes géométriques imposent le déplacement de la fontaine et l’abattage des arbres”. Relevé par La Marseillaise dans son édition du 12 août, ce point interpelle sur l’avenir d’une fontaine réalisée en 1890 par le statuaire André Allar. Le futur maitre d’œuvre aura donc la charge de repositionner l’ouvrage dans le “périmètre d’intervention” avec l’accord de la Ville et de l’Architecte des bâtiments de France qui portera un regard sur l’ensemble du projet situé dans l’aire de valorisation de l’architecture et du patrimoine.

Schéma du futur passage du tramway place Estrangin. La fontaine est matérialisée par un rond bleu marine.

Plus à l’ouest, la place de la Corderie Henri-Bergasse, au croisement du boulevard Notre-Dame et de celui de la Corderie, verra son terre-plein central disparaître. La métropole estime qu’il occulte “la percée vers le Vieux-Port” et qu’en son sein, “l’état sanitaire du Sophora du Japon est préoccupant et le sujet devra être abattu”. Installée à côté, la statue présente devra être également déplacée.

Une reconfiguration qui pourrait faire l’objet de contestations lors de l’enquête publique à venir, alors même que la métropole explique vouloir protéger le “patrimoine architectural et paysager”, sur le tracé du tramway.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. CathBZ CathBZ

    Place du 4 septembre et alentours, il y a déjà 4 bus. Nous sommes de 15 à 25 minutes à pieds du Vieux Port et du centre ville, 5 – 10 minutes à vélo… Pourquoi nous bloquer pendant des années dans des travaux coûteux alors que nous sommes déjà bien desservis? Juste pour attiser des mécontentements?
    Il y a pourtant bien des quartiers à qui ce serait plus utile

    Signaler
  2. Un électeur du 9 ème Un électeur du 9 ème

    Etrange que cela soit maintenant la Métropole et les élus des petites communes alliés à la sinistre Vassal qui décident des. priorités des transports en commun sur le territoire de la ville de Marseille.

    Il y a certainement mieux à faire qu’une rallonge vers les Catalans pour désenclaver les quartiers Nord et Sud.

    A propos des quartiers sud signalons que déjà et bien que nous soyons en période de congés annuels, l’ouverture du BUS avec ses feux rouges adjacents cause de nombreux embouteillages dans le 9 ème et le 10 ème. En septembre le blocage ira du Redon à Dromel.

    Par conséquent le prolongement vers la Rouvière est urgent et attendre 2025 (ou 2028-2030 en réalité) est irresponsable.

    Signaler
  3. Simon BECHELEN Simon BECHELEN

    En soi, une telle desserte ne me dérange pas même si effectivement, il existe peut être d’autres priorités.
    Ce qui me dégoute vraiment, c’est que ce projet fasse une belle part à la voiture.
    La promenade au centre des microcouliers devrait être exclusivement piétonne et le tram coexister sur les voies adjacentes avec la voiture comme cela peut être le cas au Camas. Idem, est-il réellement nécessaire de déplacer la fontaine Estrangin?!
    La place Bergasse a également un incroyable potentiel…
    Bref, je serai attentif à l’enquête public 🙂

    Signaler
  4. BRASILIA8 BRASILIA8

    on va pouvoir aller de Dromel à Gèze au choix en métro ou en tramway !!!!!je pense que Marseille est la seule ville où le métro et le tramway se superposent
    il est vrai que le tramway permet de faire de bonnes affaires en matière de spéculation immobilière

    Signaler
    • leb leb

      +1
      Tout le réseau de tramway est pensé avant tout pour revaloriser des quartiers du centre-ville, pas pour désengorger des arrondissements déficitaires en terme de transports.

      Signaler
  5. Brallaisse Brallaisse

    Vassal continue ou plutôt débute la nouvelle campagne municipale, via le département elle va arroser les arrondissements que les branques de son équipe ont perdus afin de se mettre dans la poche les électeurs. Michèle faudrait se bouger

    Signaler
  6. GlenRunciter GlenRunciter

    Il est étrange et certainement unique en France que ce projet se fasse sans une présentation et un avis préalable du Maire ! Non mais on rêve là ! On parle bien de Marseille, deuxième ville de France !!!! Il me semble que c’est la maire qui doit décider de où il faut du tram, du métro, etc dans sa ville non ?

    Signaler
  7. Brallaisse Brallaisse

    La loi Plm est stupide, cette métropole aussi.
    Les marseillais n’ont pas droit au chapitre sur des sujets essentiels comme les transports et la propreté. Michèle faut se bouger , PM va être confronté en permanence avec Vassal sur ces sujets, la dernière étant le nombre de bus demandés par Rubirola et où Vassal lui a gentiment répondu un truc du genre m’en fouti.
    Je ne parle même pas du département où cela va être la même chanson.
    Michèle faut te réveiller

    Signaler
  8. kukulkan kukulkan

    une honte tous les doublons qui continuent de se réaliser (Dromel, Geze…), Marsactu un petit article synthèse sur Marseille capitale du doublon ? Marseille compte 67% de doublons, c’est à dire 67% des stations de tram sont à moins de 500m d’une station de métro !!! Quelle nullité !!!

    Sur le plan de cet article je suis choqué de voir que 2 voies de circulations peuvent encore être dessinées Rue Paradis, alors qu’une seule voie mènera à la place Estrangin et donc à cette rue, mais qui pond de telles inepties ???

    Signaler
  9. marguerite.deschamps marguerite.deschamps

    Et pas de pistes cyclables…

    Signaler
    • catherine catherine

      En effet, je l’ai aussi noté… Qu’attendre de celle qui dépense plus d’argent à les supprimer qu’à les créer ??

      Signaler
  10. catherine catherine

    Soyons attentifs à l’enquête publique. Pour avoir vécue celle du Bd Chave début des années 2000, nous avions eu un impact et ça a un peu changé le tracé de circulation des voitures. Je suppose que les bus (54, 81) seront supprimés. j’aimerais que sur Pierre-Puget ça ressemble à Chave. Et je note que si l’arbre de la place Bergasse est si mal en poi’t, c’est que la ville l’a laissé mourir ! Pour finir, je suis curieuse de voir le résultat en terme de places de parking et d’accès à l’autoroute…

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire