Les gestionnaires du Dock des Suds craignent de ne plus pouvoir payer le loyer

Actualité
Violette Artaud
26 Oct 2018 5

Par manque de moyens, l'association Latinissimo envisage désormais un départ du Dock des Suds en 2019, notamment si un accord de longue durée n'est pas signé avec Euroméditerranée. C'est encore et toujours l'avenir du lieu qui est posé.

Dock des Suds2@Jeandepena

Dock des Suds2@Jeandepena

Des confettis tricolores volent dans le ciel d’Arenc et retombent sur tous ce que Marseille compte de notables. Les yeux ébahis, la foule applaudit la consécration d’une tour “emblème d’une mutation sans précédent qui attirera les investisseurs internationaux”, promet Jean-Claude Gaudin, aux côtés notamment de la présidente d’Euroméditerranée Laure-Agnès Caradec. À quelques mètres de là et au même moment, dans l’un des lieux festifs mythiques de la ville, l’ambiance est, paradoxalement, loin d’être à la fête. Les membres de l’association culturelle Latinissimo sont assis face à la presse avec des mines défaites et un message : si rien ne bouge, les organisateurs emblématiques de la Fiesta des Suds devront quitter leur QG historique, le Dock des suds, après avoir déjà été contraint de déménager le festival au J4 au début du mois d’octobre.

“Jusqu’à présent, le Dock supportait les frais fixes induits par les festivals notamment, nous avions jusqu’alors un équilibre fragile mais un équilibre tout de même, entame, grise mine, le président de Latinissimo Marc Aubergy. Mais aujourd’hui, comme nombre de nos collègues [du milieu culturel et associatif, ndlr], nous vivons une crise. Ce n’est pas parce qu’on a 5 ou 7 000 m² que l’on s’en sort mieux.” Et l’association ne pourra pas continuer longtemps ainsi, précise-t-il : “À ce rythme, nous n’irons pas plus loin que le 31 décembre”, lâche, presque résigné, Marc Aubergy.

“Le problème, c’est le lieu”

Ce n’est pas la première fois que Latinissimo, qui porte la Fiesta et Babel Med Music, alerte sur sa situation financière. Le dernier cri poussé remonte à la fin de l’année dernière, lorsque la région annonçait se désengager du festival et marché de musique du monde Babel Med, qui ne s’est donc pas tenu cette année. En 2017, le conseil régional a baissé sa subvention de 79 % par rapport à l’année précédente (soit 70 000 euros). Une décision conforme à la position exprimée maintes fois par Renaud Muselier “La région tiroir-caisse, c’est fini”.

Durant presque 20 ans, Latinissimo a développé ses projets avec le soutien de la région présidé par Michel Vauzelle, pour les cafés méditerranéens puis Babel Med, et celui du département de Jean-Noël Guerini pour la Fiesta. Ces deux collectivités alors dirigées par la gauche ont basculé à droite lors des dernières élections. Si Martine Vassal continue de soutenir la Fiesta, La région s’est pour l’heure désengagée.

Pour les responsables de l’association rassemblés ce jeudi 25 octobre devant les journalistes, le constat est indéniable : si les subventions restent les mêmes cette année, le loyer de 180 000 euros par an du Dock n’est plus supportable. “Latinissimo a des dettes mais elles restent ridicules [25 000 euros, ndlr], la Fiesta fêtera dignement ses 30 ans, le problème, c’est le lieu”, insiste même Marc Aubergy. L’association est aujourd’hui en période d’observation et le 11 décembre prochain, une audience au tribunal de grande instance devra trancher si une procédure de sauvegarde est nécessaire.

Autorisation d’occupation temporaire

Avec le spectre du départ de Latinissimo, c’est l’avenir du Dock des Suds qui est posé. Le lieu propose aujourd’hui 130 soirées par an, avec une moyenne de 100 000 personnes, des artistes phares tels que Massilia Sound System, Alpha Blondy, Emir Kusturica, Akhenaton… En 20 ans, le Dock est devenu un lieu mythique du monde de la nuit marseillaise. “Quand nous sommes arrivés, le Dock était dans un no man’s land”, rappellent ses fondateurs. Mais, entre temps, des tours et un nouveau quartier, le parc habité, ont poussé autour. L’ancien dock où était notamment stocké du sucre était propriété du port voisin jusqu’en 2008. Avec l’avancée du projet d’aménagement, Euroméditerranée l’a racheté avec le reste du quartier.

“La relation avec Euroméditerranée est permanente et courtoise, débute par politesse Marc Aubergy avant de s’emporter. Mais pourquoi avoir nommé l’arrêt de tram Silo et pas Dock des Suds ? Pourquoi ne pas l’avoir représenté sur la maquette ? Il y a des signes comme ça qui ne trompent pas. On veut nous tuer. Je ne sais pas qui, mais on veut nous tuer.” Latinissimo occupe actuellement le Dock via une autorisation temporaire d’occupation (AOT). Cela bloque toute prévision à moyen et long terme selon les membres de l’association. “On nous refuse systématiquement le bail! Il y a plein de gens qui sont intéressés par ce lieu, on pourrait imaginer que des investisseurs privés l’achètent pour nous le louer ensuite. Mais nous sommes bloqués, nous n’avons pas de réponse sur notre avenir dans ce lieu”, s’agace le président de l’association.

“Qu’on me présente un projet sérieux”

Voilà des années que la question du devenir du Dock reste sans réponse, ou que cette dernière change au gré des idées de l’aménageur public. Le raser pour construire des logements ou des bureaux, en faire une piscine… Aujourd’hui, ces projets ont été abandonnés et l’incertitude plane toujours. Seule condition posée : les gros festivals ne pourront plus s’y tenir, pour des raisons de gêne sonore pour les voisins du parc habité. “À part ça, tout peut être envisagé et rien n’est arrêté, concède Laure-Agnès Caradec, la présidente du conseil d’administration d’Euroméditerranée. Je suis ouverte aux discussions. Que l’on nous propose un projet sérieux avec des investisseurs et nous pourrons imaginer quelque chose ensemble pour ce lieu. Mais aujourd’hui, nous sommes tous dans l’expectative car on ne peut se baser sur rien.” 

Mais pas question pour la présidente d’Euroméditerranée de fournir un bail ou de réévaluer le loyer. “Nous sommes tenus par des contraintes et surveillés par la Cour des comptes. On ne peut pas faire ce que l’on veut. Et cela fait des années que Latinissimo fonctionne avec des autorisations d’occupation temporaire et ça n’a jamais été un frein.” En tout cas jusqu’à présent.

Un avenir au J1 ?

“Nous sommes très attachés à ce lieu, mais s’il faut déménager, on le fera. Si on veut y mettre une piscine, qu’on le fasse. Mais nous, avec ce loyer et moins du subventions, ce n’est pas possible. On ne veut pas quitter le Dock, mais alerter sur le fait que ce modèle va dans le mur”, poursuit Jacques Lantelme, trésorier de l’association. Alors, Latinissimo, à contre-cœur, regarde vers d’autres cieux. Vers le J1 par exemple, où le port a lancé un appel à projets dont il doit rendre sous peu les résultats.

Parmi les quatre candidats encore en lice, le groupement qui comprend notamment l’architecte Norman Foster a intégré l’association culturelle. “La réponse doit être donnée fin novembre. Même si c’est eux qui l’emportent, ça ne se fera pas avant fin 2019, début 2020, se projette Marc Aubergy. Donc, même dans l’hypothèse d’un départ vers d’autres cieux, nous devons tenir.”

Autre piste évoquée, les puces voisines du quartier des Crottes (15e). “Nous serions partant pour défricher l’histoire culturelle de ce quartier comme nous l’avons fait ici, mais pas tout de suite, poursuit au lieu Bernard Aubert, le directeur artistique, attaché au lieu, après avoir déjà vécu un incendie qui en avait détruit la majeure partie. Pour l’instant, l’offre correspond à la demande ici. Le problème, c’est qu’on nous tolère mais que nous ne faisons plus partie du projet.” Pourtant, Euroméditerranée est loin de regorger d’espaces de culture et de rencontre. Avec une déjà longue histoire avec la ville.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

1 € LE 1ER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

Mille logements et plusieurs tours pourraient pousser autour du Corbusier
Le bruit de la circulation du boulevard Michelet résonne jusqu'au pied de la Cité radieuse. L'unité d'habitation Le Corbusier classé au patrimoine de l'Unesco...
Sexisme en politique : dix élues marseillaises témoignent
Le 4 février dernier, le sénateur Rassemblement national Stéphane Ravier se lançait dans une attaque sexiste contre la conseillère municipale Europe écologie les verts...
Confortés par la justice, les opposants au PPP veulent un audit de toutes les écoles
Le 12 février sera marqué d'une croix rouge dans le calendrier des "anti-PPP". Architectes, instituteurs, parents d'élèves, professionnels du bâtiment, militants "attachés au service...
Pour le tribunal, le PPP des écoles nuit à l’intérêt des contribuables marseillais
Une scène peu familière aux affaires administratives, où les jugements sont d'ordinaire rendus par écrit. Ce mardi 12 février, l'annulation de la délibération municipale...
Pour soutenir le projet de grand hôpital privé, d’anciens patients démarchés par mail
C'est ce qui s'appelle mal tomber. Stéphane Mari connaît ça puisque c'est après une mauvaise chute en sport qu'il s'est retrouvé il y a...
Bruno Gilles et Sophie Camard s’essayent au débat des municipales avec un an d’avance
"Tu as peut-être les finalistes de la municipale sur ta photo... sur un malentendu !". La boutade est lancée par le sénateur LR Bruno Gilles,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire