“Le rôle éducatif de l’école s’arrête à la porte de la cantine”

Interview
le 21 Sep 2020
16

La question est simple, quotidienne. Qu'est ce que nos enfants mangent tous les jours dans les cantines de Marseille ? La documentariste Valérie Simonet a pris des risques : pendant 20 jours elle a mangé le même repas que les élèves. Ce plateau témoin permet de raconter ce que cache la cuisine industrielle.

Elle a fait ce que certains parents rêvent de faire et ce que d’autres sont ravis de ne plus connaître. Pendant 20 jours, la journaliste et documentariste Valérie Simonet – collaboratrice occasionnelle de Marsactu – est retournée à la cantine. Et pas n’importe quelle cantine, la cantine des écoles primaires de Marseille, majoritairement gérées depuis […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Freddo69 Freddo69

    Je suis heureuse que mon fils soit au collège. Apres 3 ans de maternelle et 5 ans de primaire, il trouve enfin les repas corrects…

    Sodexo une infamie.

    Signaler
    • hervechik hervechik

      Tout pareil, quelle délivrance !
      Ma fille en revanche doit continuer à se coltiner sodexo… A savoir que les enfants n’ont pas le droit d’emmener un casse-croute qui serait bien meilleur que la cantine, comme ça se fait en angleterre par exemple. Je ne comprends pas pourquoi.

      Signaler
  2. raph2110 raph2110

    Vraiment on leur fait tout vivre à ces enfants ! Temps scolaire, temps méridien et temps périscolaire, certaines obligations échappent à la règle éducative la plus élémentaire. Quand on se dit que ces enfants représentent l’avenir, il faudrait imposer un investissement moral, éducatif et financier plus important. Le retour sur investissement est généralement à la hauteur du projet social d’origine.

    Signaler
    • BRASILIA8 BRASILIA8

      quel terme étrange “retour sur investissement” pour parler d’éducation ! il est vrai que l’on parle du marché de l’éducation puis du marché du travail
      pauvres enfants

      Signaler
  3. Elodie parison Elodie parison

    Merci beaucoup pour cet article! Ma fille adore manger et tous les soirs quand elle me raconte ses repas, je bondis…Elle est dans une école primaire privée, c’est pas du sodexo, une autre chaine, certains plats sont cuisinés sur place mais pas tous. Sur le site web du prestataire, c’est écrit du local, du bio, du goût, du plaisir…Or, si on analyse les menus, on se retrouve avec des absurdités totales (ananas, et produits ultra transformé en dessert tous les jours) zéro clémentine en décembre ou une seule fois en janvier…des trucs panés chaque semaine…et sensibiliser les autres parents n’est pas simple non plus. Le chef d’établissement se réfugie derrière le prix….Merci en tout cas pour ce reportage et documentaire!

    Signaler
  4. Elodie parison Elodie parison

    Pourriez vous donner le titre du documentaire, le lien pour le voir/louer ?Merci Masactu!

    Signaler
    • LN LN

      “Y avait quoi à la cantine ?” ce soir en deuxième partie de soirée sur France3 Paca.

      Signaler
  5. LN LN

    Pourquoi cette volonté à fournir de la nourriture infâme à bas prix à des personnes en plein développement ? Pourquoi le même problème se retrouve-t-il dans les maisons de retraite (ehpad c’est insupportable) où là aussi c’est absolument immonde (oui, doit bien y avoir qqs exceptions mais…)
    Dans les 2 cas, ce sont des personnes qui ne peuvent rien dire ni rien faire et qui capitulent en disant – quelque soit l’âge – “aujourd’hui c’était vraiment pas bon” !

    Signaler
    • petitvelo petitvelo

      Et le blocus décrit pour que les parents ne puissent goûter qu’une fois par an un repas, réservé un mois à l’avance, et qui je crois n’est même pas celui servi aux enfants illustre toute l’organisation de cet “empêchement” de savoir aujourd’hui en place. L’Etat est largement complice, qui ne rend pas la mise en place d’une cantine obligatoire à tout élève qui le demande , laissant planer sur tout parent trop curieux la menace d’exclusion …

      Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Regardez les résultats de SODEXO et la capitalisation boursière des dernières années et vous comprendrez vite. Je ne parle pas de cette année 2020 qui est particulière

      Signaler
  6. Electeur du 8e Electeur du 8e

    On pourrait aussi écrire que le rôle éducatif de l’école s’arrête à la porte des toilettes.

    Après des années à avoir désappris à l’école le geste élémentaire du lavage des mains, mes enfants ont vu, pour la première fois de leur vie d’écoliers, de collégiens et de lycéens, du savon apparaître dans les toilettes lors de la rentrée scolaire d’il y a trois semaines, “grâce au covid”… Pourvu que ça dure, cela fait si longtemps que l’hygiène était devenue inconnue en milieu scolaire !

    On peut en rire – si l’on accepte que la moitié d’une classe soit absente en période de gastro – mais on peut aussi considérer que le rôle de l’école n’est pas seulement d’apprendre à lire et à calculer, mais aussi de vivre en société.

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      C’est pourquoi au fronton de nos écoles il y a les deux mots suivants “Education Nationale” et non pas “Enseignement National”.

      Signaler
    • patrick patrick

      idem dans les toilettes des profs, nous avons tous les jours du savon, du papier toilette et même de quoi s’essuyer les mains. merci la covid.

      Signaler
  7. pascal pascal

    J’ai hâte de regarder ce documentaire depuis le temps que j’aimerais savoir ce que mange mes enfants. Effectivement il est impossible pour les parents de venir tester un repas, il semblerait que la cinéaste eut dû ruser et faire sortir de nourriture en contrebande… Si effectivement il y a une question de prix du repas (celui de Marseille est plus faible qu’ailleurs), il sera intéressant de connaitre l’économie global du système : prix du repas, prix de la distribution (livraison, barquette…), coût du service sur site (Atsem et cantinière) a mon avis le rapport qualité/ prix/service est très mauvais!
    On pourrait le comparer à des collectivités qui ont fait le choix de cuisiner sur place, avec des produits locaux. Dans tous les cas le contrat de la Sodexo est très suspect de par sa durée, de par le volume (lot unique alors qu’avant il y avait 2 lots et 2 entreprises).

    Signaler
  8. demidi.aminuit demidi.aminuit

    Allez les petits marseillais, plus que 5ans a tenir avec la sodexo ! Un bon gros marché bien lourd et bien long pour être sûr que même balayée par les élections la nullicipalite précédente laisse des casseroles….
    On ne vous dit pas merci.

    Signaler
    • juH juH

      Espérons… Espérons que la nouvelle municipalité se mette au boulot dès maintenant, car du boulot, il y en a !

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire