Jean-Luc Mélenchon, "le baiser de la Méditerranée"

À la une
le 16 Avr 2012
13

Sans doute pas 120 000 participants comme annoncé par les organisateurs, mais au moins autant que Georges Marchais en 1981 au Vélodrome, et dans tous les cas beaucoup plus que ses concurrents en meeting à Marseille. Un bel exploit. Mélenchon a même réussi à effacer l'OM. Le lider maximo du Front de Gauche s'étalait dimanche en une de La Provence – "la vague Mélenchon" – reléguant en arrière-place la victoire de l'OM en coupe de la Ligue. C'est vrai que l'événement était impressionnant.

Mélenchon a apprécié. "Que vous êtes émouvants, que vous êtes grands, que vous êtes beaux !" C'est par ces mots qu'il a démarré son discours samedi à 16 heures pile depuis sa tribune de la plage du Prado, après une première partie assurée par Clémentine Autain et Pierre Laurent. Un discours fleuve d'une heure et 20 minutes, presque comme à La Havane, et là-aussi, contrairement à ses concurrents, très axé sur la Méditerranée. Pendant tout son discours, le fils d'Afrique du nord – il est né au Maroc d'un père franco-espagnol – avait le regard tourné vers la mer :

Je suis venu comme vous recevoir sur cette plage, au bord de ses lèvres fraîches, le baiser de la Méditerranée, notre bonne mère à tous. La mer de notre monde, écoutez le murmure de l'histoire longue qui travaille en nous et dit à tous pourquoi Marseille est la plus française des villes de notre république. 

​On en a tremblé d'émotion :

Mélenchon a continué son hommage au melting pot marseillais : "il faut répéter qu'il n'y a pas d'avenir pour la France sans les arabes et les berbères du Maghreb", a-t-il lancé. Des mots largement saluées par des youyous et des "tous ensemble, tous ensemble" d'une foule sentimentale, constituée de nombreux militants mobilisés par le PC et la CGT, mais aussi de pas mal de "non encartés" venus écouter une des révélations de cette présidentielle. Des jeunes, des femmes, des familles, mélangés avec les militants traditionnels de la gauche de la gauche. Ça aussi c'est nouveau.

Toujours le regard tourné vers la mer bleu mistral, depuis sa tribune, le plébéien a poursuivit sur la Méditerranée, "la mer violette comme disait Homère", cette fois en proposant quelques idées sur l'environnement et l'économie. Un programme un brin utopiste, mais là-aussi, à l'inverse de ses concurrents, qui a le mérite d'exister.

Mélenchon, le défenseur

Sur l'environnement, il s'est déclaré contre les forages pétroliers, et c'est fait l'avocat des "pêcheurs traditionnels artisanaux"  auxquels  l'Union européenne "interdit de venir travailler ici et là pour protéger nous dit-on la faune et le flore, mais qui en même temps délivre des autorisations pour y faire je ne sais quel forage dangereux dont ne voulons pas". A la réserve que ce n'est pas l'Europe mais la France qui délivre ces permis. Toujours dans son programme, Mélenchon a pris la défense des ports français et du port de Marseille en particulier :

Nous permettons que des navires innombrables passent au large de nos côtes, passent dans l'océan, contournent notre pays pour aller faire des livraisons au nord de l'Europe qui sont ensuite transportées par camion jusque dans le sud. Tout cela pour éviter, parait-il, la classe ouvrière organisée sur laquelle repose l'avenir de nos ports.

Portées par le mistral, ces paroles mélenchoniennes ont dû aller jusqu'à quelques résidences d'armateurs du Roucas Blanc. Elles ont été en tout cas largement applaudies par des dockers du port présents en nombre au meeting. Et pour clôturer ce chapitre sur une nouvelle économie méditerranéenne, Mélenchon veut développer une nouvelle énergie basée sur "les mouvements mécaniques de la mer" qui pourrait régler tous les problèmes économiques et énergétiques de la zone et "vous verrez qu'il y aura besoin de tant de travail que vous n'y suffirez pas…" Pour le coup, il s'est un peu emballé le Jean-Luc. L'énergie de la mer – que ce soient les usines marémotrices, des éoliennes off-shore, ou des turbines qui utiliseraient les courants – est bien plus adaptée à la Manche et à l'Atlantique qu'à une mer sans marée et vite très profonde.

Mélenchon l'attaquant

Mélenchon a ensuite quitté les rives de la Méditerranée pour le reste de son discours, plus classique, avec un passage amusant sur les journalistes, "ceux qui travaillent dans les médias comme nous, comme vous, sont des travailleurs et des travailleuses surexploités éparpillés dans des contrats de précarité, vivant dans la peur du lendemain, et dans des petites cours où se mènent des jeux de promotion. Où ce n'est pas le travail, le mérite, le dévouement à la tâche qui toujours fait la différence, mais plutôt les accointances, les révérences, que l'on se montre capable de faire". Eh, eh malin le Jean-Luc. "Ben alors vous n'applaudissez pas ?", nous apostrophait le public goguenard rassemblé autour du carré VIP de la presse. On a fait comme si on n'avait pas entendu.

Après avoir mangé – beaucoup – du Sarkozy  – très peu – du Hollande et énormément de la Marine, tapé sur les patrons, la finance, l'Europe, l'Express – "le plus extrémiste des magazines" – Mélenchon, au moment où la foule commençait à décrocher est revenu en fin de discours à sa poésie méditerranéenne, en se rappelant qu'il était aussi arrivé à Marseille par la mer, en 1962, venant de son Maroc natal, un épisode difficile comme il l'a confié aux auteurs de sa récente biographie Mélenchon le Plébéien : "Quand on vit l'expropriation à 11 ans, on apprend que la stabilité de la société repose sur un contrat qui peut se rompre à tout moment".

Une dernière envolée le poing levé : "Méprisez ceux qui vous méprisent, ne baissez plus jamais les yeux, souvenez vous que nos combats sont tous d'abord un poème que nous écrivons ensemble", du Jean Ferrat, "au printemps de quoi rêvais-tu ?", pour la route, "vive la France, vive la république, et vive la république sociale" pour finir, et la sono a envoyé l'Internationale et la Marseilaise, reprise en choeur par des dizaines de milliers de fans, les drapeaux au mistral. 

De quoi réjouir en tout cas Jean-Marc Coppola, rencontré dans le carré VIP juste avant le meeting de son candidat et qui est revenu également sur les législatives un peu mouvementées dans sa circonscription : 

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Alain Le Lougarou Alain Le Lougarou

    Excellent reportage.MELENCHONest un mégalo totalement démagogue qui manipule le mal vivre de milliers de personnes en faisant toute une série de propositions inapplicables eu égard au contexte international et à l’étatde délabrement de l’économie française.Je comprends qu’en l’état actuel du médiocre débat présidentiel,ce bateleur grand admirateur de Mitterrand et de Castro impressionne : mais c’est un vulgaire bonimenteur tout comme l’est N.SARKOZY à droite.

    Signaler
  2. Anonyme Anonyme

    Alain ? Mange du poulpe ! faignant reste assis sur tes acquis !

    Signaler
  3. Anonymous Anonymous

    Il est excellent. j’encourage les lecteurs à chercher sur youtube les débats ou apparais Mélenchon parce qu’il est génial.

    Signaler
  4. lucie lucie

    bonimenteur, bateleur, propositions inapplicables… avez vous seulement pris la peine de lire le programme du front de gauche. “eut égard au contexte international” allons tous nous coucher, ou tirons nous une balle nous sommes finis… ça me fait marrer les ” on ne peut pas” “c’est utopiste”… vous trouvez la force de vous lever le matin avec ce genre de discours…eh bien bravo, félicitation! S’il n’est pas parfait le programme du front de gauche permet a beaucoup de gens de reprendre conscience qu’a plusieurs on peut et on se doit même de faire valoir notre parole. il y en a marre de s’enfermer de penser qu’a soi… et vos discours participe à l’individualisme. Sortez de chez vous allez voire les sourires, les envies qui renaissent et vous verrez que grâce a cette mobilisation les événements vont changer les mentalités aussi. Prenez le temps de vous renseigner sur le programme allez voir le blog de melenchon, le site du front de gauche et vous comprendrez qu’il n’y a rien que nous ne puissions faire si on en a la volonté mais vous verrez surtout qu’il s’agit d’un début pour atteindre le mieux vivre tous ensemble!

    Signaler
  5. jb jb

    @Alain Le Lougarou rien à ajouter, sinon que melenchon en plus, n’a pas ete reconnu au ps à la valeur ‘qu’il estimait’ c’est un aigri, doublé d’un parano, pas un jour sans un éclat de voix, une insulte, melenchon frequente les élites alors qu’ils écrit ‘qu’ils s’en aillent tous’, c’est un vieux briscard

    la revolution ‘même citoynne” ne se fait pas dans les urnes

    j’aurais aimé qu’il fit en 2007 autant de zèle

    Signaler
  6. jb jb

    et que va faire coppola pour guerini? pas un mot ou j’ai zappé, on s’est pas privé dans parler à flamby lorsque il est venu.

    Signaler
  7. Liseron duveteux Liseron duveteux

    Le meeting…!
    Il était gratuit?
    Oui,tout s’explique;
    Quand les gens peuvent gratter quelque chose de gratuit même si c’est…,comme disait l’autre il y a toujours du monde.
    Un instant de rêve gratuit.
    Ils auraient eu tort de s’en priver.
    Vendredi ils étaient aussi des millions à rêver qu’ils pouvaient devenir multi-millionnaires
    Je suis sûr qu’il y en avait une bonne partie pour applaudir Mélanchon
    Normal ils n’avaient fait que rêver de devenir millionnaire.

    Signaler
  8. Anonyme Anonyme

    Mélenchon n’est pas parfait, mais son programme est le meilleur pour les jours graves que nous vivons.
    Tout peut continuer comme avant, réduire notre qualité de vie jusqu’à nous mettre au niveau des chinois… sauver les gros actionnaires, les financiers et les fonds de pension en nous serrant la ceinture, ou alors changer ce système moribond qui nous a mis dans la crise en votant Mélenchon.

    Signaler
  9. esternome esternome

    Vivement que la VIème République nous apprenne à nouveau le sens des mots et des concepts: le boniment de la dette que l’on est en train de servir à toute l’Europe pour faire accepter tous les reculs de notre civilisation passe par le plus minable des commentateurs du Web, qui nous ressert ce qu’il a – mal – compris de l’économie, et d’un contexte international qu’il pense, pauvre fou, survoler. (personne ne comprend aujourdh’ui le contexte international, ni ne sait quelles mesures sont viables ou pas, alors, essayons au lieu de reproduire).

    Signaler
  10. JeanMarcCresp JeanMarcCresp

    Non aux forages pétroliers en Méditerranée.
    L’État se prépare à accorder un permis de forage offshore en eaux profondes. Des voies scientifiques s’élèvent : Zone sismique ! La mer est en danger, l’économie est en danger…
    Si ce qui se passe en ce moment en mer du nord avec Total vous interpelle, que vous n’en voulez pas en Méditerranée, faites savoir votre refus catégorique!

    Signaler
  11. druide67 druide67

    Mélenchon le beau parleur, mais que pense t’il de ces élus du front de gauche qui soutiennent Guérini?

    Signaler
  12. Mimi Mimi

    Mélenchon n’a jamais existé que dans les vieilles croûtes verbeuses de sa langue approximative . C’est un pauvre type jaloux de Flamby.

    Signaler
  13. rondinara rondinara

    meeting en France ? ou en Chine hou lala tous ces drapeaux rouges

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire