Élu chargé de lutter contre les dépôts sauvages, JYS a entassé des tonnes de terre à Corot

Enquête
le 31 Jan 2022
14

En janvier et février 2020, l'influenceur Jean-Yves Sayag a organisé le dépôt des tonnes de terre venue du BTP dans la cité du parc Corot. Destiné à empêcher le dépôt d'autres déchets, ce terre-plein n'a donné lieu à aucune autorisation. Quelques semaines plus tard, Jean-Yves Sayag était élu à la métropole, chargé de la lutte contre les dépôts sauvages.

Le terre-plein devant le bâtiment A a été réhaussé de plusieurs mètres. Photo : B.G.

Le terre-plein devant le bâtiment A a été réhaussé de plusieurs mètres. Photo : B.G.

En matière de déchets, il y a le bon et le moins bon, celui qu’on jette dans un coin, à l’abri des regards et celui qui se recycle. Et puis il y a cette zone grise qui se joue parfois des frontières entre le légal et l’illégal, le geste généreux et le bon débarras. Il en va ainsi d’un gros tas de déchets inertes déposé au pied de l’immeuble A de la copropriété Corot, ensemble immobilier dégradé au cœur du 13e arrondissement.

Ces centaines de tonnes de “terres” ont été déposées en janvier et février 2020 grâce à l’entregent de Jean-Yves Sayag, alias JYS, ci-devant conseiller municipal et métropolitain LR et vice-président du conseil de territoire, justement délégué aux déchetteries et aux dépôts sauvages. Ces tonnes de déchets, vraisemblablement issues du BTP, personne n’en connaît la provenance, ni la composition exacte.

Le sol d’origine est visible au niveau des parpaings maçonnés. (Photo : BG)

En revanche, il est certain que leur dépôt sur plus de deux mètres de hauteur et des centaines de mètres carrés aurait dû a minima faire l’objet d’une déclaration préalable qui, à notre connaissance, n’a jamais été faite. Pire, si ces terres inconnues proviennent d’un chantier, elles auraient dû être soumises à analyse pour en connaître les éventuels polluants et donc déclarées comme telle, traitée et stockée dans les lieux adéquats en cas de pollution. Là encore, nulle trace d’une telle démarche. Pour comprendre pourquoi cet embarrassant tas de déchets est arrivé là, il faut rembobiner quelques mois en arrière.

Le lanceur d’alerte des dépôts sauvages

Avant de se voir poser l’écharpe d’élu sur les épaules en juin 2021, Jean-Yves Sayag était surtout connu comme un influenceur, célèbre sur les réseaux sociaux pour son militantisme contre la pollution et notamment les dépôts sauvages. Sa spécialité : la dénonciation par vidéo sur internet et les opérations collectives de nettoyage. Sa nouvelle qualité d’élu n’a pas freiné son énergie. Régulièrement, il est présenté comme “lanceur d’alerte” dans des enquêtes télévisuelles où il traque les professionnels pollueurs aux quatre coins de la ville.

À l’automne 2019, il est sollicité par l’association de propriétaires, Corot Debout déterminés, amenée par Johan Mahé, l’ancien président du conseil syndical de la tour C. Depuis des mois, les membres de cette association multiplient les actions de nettoyage, sur un mode sisyphéen. En guerre ouverte avec l’administrateur judiciaire, ils veulent montrer que les propriétaires de Corot sont capables de gérer leur cité dont ils craignent de se voir déposséder.

Coincée au creux d’un vallon, celle-ci est souvent le réceptacle de dépôts sauvages de déchets déposés par des professionnels malveillants qui profitent de l’état d’abandon des lieux pour se débarrasser de déchets notamment issus du BTP dont le dépôt en déchetterie coûte de l’argent.

Nettoyer le chemin des écoliers

Les propriétaires font donc appel à JYS pour mettre un grand coup de propre sur le chemin des écoliers. Le chemin de terre battu qui traverse la copropriété est l’itinéraire le plus court pour atteindre l’école Corot où sont scolarisés une grande partie des enfants du quartier. À l’époque, il est en permanence jonché de déchets de toutes sortes. Frigos éventrés, gravats, pneus…

Avec son enthousiasme habituel, JYS parvient à monter “la plus grosse opération de nettoyage régionale”, qui ne tarde pas à devenir avec un peu d’emphase méditerranéenne, “Le plus GROS chantier de FRANCE en terrain privé !“, ainsi qu’il le martèle sur les réseaux sociaux.

Affiche d’annonce de l’opération de nettoyage en 2019.

Le montage de l’opération fait tout de même un peu tousser l’administrateur judiciaire, AJA. En effet, depuis une décision judiciaire en 2015, la copropriété a été placée sous sa gestion. C’est donc cet administrateur qui est le seul habilité à gérer les espaces communs, même si aux dires des propriétaires, il ne fait rien. Après quelques allers et retours peu amènes, l’opération de nettoyage est validée par AJA avec un périmètre précis et des acteurs déclarés.

Réseau d’entreprises

Car Jean-Yves Sayag n’agit pas seul, il met à profit son “réseau”, avec de nombreuses entreprises “bénévoles” qui viennent avec leurs employés et leurs engins. C’est le cas de la société Serpat travaux qui prête ses engins pour cette opération. “J’ai vu son appel dans les médias et je l’ai contacté, se souvient le PDG de cette société de BTP. Cela m’a touché parce que je suis moi-même du 13/14″. Mais le PDG l’assure, son action s’est bornée au seul jour de ramassage avec l’intervention gracieuse de ses salariés et de ses engins.

Mais l’histoire ne s’arrête pas en si bon chemin. Aux dires des habitants, le ballet des engins se poursuit des semaines durant.

Comme l’explique Jean-Yves Sayag lors de ses nombreux lives sur les réseaux sociaux durant cette période, ce sont plusieurs centaines de tonnes “de terre” qui sont déversées en divers endroits de la copropriété. Jean-Yves Sayag les présente tour à tour comme des obstacles aux futurs dépôts, la base de jardins partagés, de jeux d’enfants ou de plantation d’arbres. Aucune de ces actions ne sera réalisée. À chaque intervention vidéo, l’influenceur prend bien soin de ne jamais citer les entreprises qui réalisent ces aménagements. En se rendant sur place aujourd’hui, on voit des arbres avec de la terre jusqu’à la moitié du tronc et des pierres amassées sans cohérence aucune au milieu d’herbes folles.

Au milieu du terre-plein des tonnes de pierre témoignent plus d’une volonté de se débarrasser que d’aménager. Photo : B.G.

Courrier sans réponse de l’administrateur

À l’époque, l’administrateur judiciaire est mis devant le fait accompli. Fin janvier 2020, il écrit à Jean-Yves Sayag pour l’interroger sur ces nouveaux dépôts. Aux dires de l’AJA, Jean-Yves Sayag lui oppose un silence poli.

L’AJA s’inquiète notamment de voir l’accès des pompiers aux différents bâtiments compliqué par ces amas de terre. Dans son rapport annuel, il mentionne ainsi un incendie intervenu dans les caves du bâtiment A, suite à une intrusion, le 13 février 2020. Les marins-pompiers ont le plus grand mal à accéder sur place du fait de ces amas de terre. L’administrateur alerte donc la métropole et les services de l’État.

Une enquête est diligentée par les services de police, en lien avec la déléguée du préfet. Jointe par Marsactu, cette dernière confirme que, dans ce cadre, un équipage de police a suivi des camions entre un chantier dans une copropriété du secteur voisin et le parc Corot. En revanche, elle nie avoir connaissance du caractère pollué du dépôt. Une hypothèse qu’agite AJA dans son rapport : “Il y aurait de nombreux déchets toxiques pour la santé des habitants présents dans la terre.”

Dépôts sans plainte

Monsieur Sayag a été élu à la métropole. Il apparaissait difficile d’agir contre lui.

Daniela Lopez, AJA

Dans son rapport, l’administrateur prévient : “Une action devrait être engagée contre l’association en réparation du préjudice subi par le syndicat principal”. Au final, l’AJA s’abstient de toute action en justice. Avec un peu d’embarras, Daniela Lopez qui suit la copropriété pour le cabinet, le reconnaît : “entre-temps, monsieur Sayag a été élu à la métropole. Il apparaissait difficile d’agir contre lui”. Un embarras d’autant plus compréhensible que la métropole a lancé en 2020 une concession d’aménagement à Corot qui prévoit justement des aires de jeux, jardin partagés et préservation de l’espace boisé…

Du côté de la préfecture de police comme de la préfecture de région, personne ne connaît les suites données à l’enquête de police. Seule réponse obtenue : l’infraction relèverait des pouvoirs de police du maire. Comme s’il était désormais urgent de regarder ailleurs.

Car tous les efforts de Jean-Yves Sayag pour le parc Corot sont contemporains de son entrée en politique. Alors qu’en février 2020, les derniers talus de terre de chantier sont déposés au pied du bâtiment A, l’influenceur fait partie des colistiers que Martine Vassal présente depuis le théâtre du Gymnase. Il figure même en septième position derrière David Galtier. En mai, il est donc élu à ses côtés dans les 13/14. Quelques jours plus tard, Martine Vassal le nomme vice-président du conseil de territoire Marseille Provence, chargé de lutter contre les dépôts sauvages.

Joint par nos soins, Jean-Yves Sayag nie tout d’abord avoir joué un rôle dans ces dépôts en mettant en avant le fait que les entreprises les ont réalisés directement en lien avec l’administrateur. Ce que ce dernier dément avec force. Dans un deuxième temps, Jean-Yves Sayag préfère dénoncer une opération destinée à lui nuire. “Pourparler de cette terre plutôt que des 947 tonnes de déchets que j’ai fait enlever, déplore Jean-Yves Sayag. Il met en avant “une feuille de route validée par tout le quartier“. “Pour les habitants, je suis un héros“, affirme-t-il encore. Il doit l’être aussi pour ses partenaires entrepreneurs qui en livrant ces terres inconnues ont sans doute fait de belles économies de temps et d’argent.

Cet article vous est offert par Marsactu

L’équipe de Marsactu vous offre cet article pour que vous puissiez découvrir notre contenu. Si vous souhaitez nous soutenir, abonnez-vous pour ne rien manquer de l’actualité de Marseille et la région.

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Décidément, la reine Martine est entourée des meilleurs ! C’est vraiment à vomir.

    Signaler
    • julijo julijo

      oui, elle a été à bonne école avec les nuls précédents à la mairie… un clone de gaudin.
      c’est une marque de fabrique, et cela semble bien contagieux !

      y en a-t-il seulement un dans l’équipe de la métropole, qui élu, représente les citoyens, et non pas ses propres intérêts ?

      Signaler
  2. Mars, et yeah. Mars, et yeah.

    Amusant que l’entreprise SERPAT Travaux soit citée. Elle est notoirement connue pour des faits similaires, jusqu’à récemment (ZAC Athélia V à La Ciotat). Ah c’est sûr, ils sont pas chers. Normal : c’est l’environnement qui paie la différence.

    Signaler
  3. Freddo69 Freddo69

    Quand on compte sur des pitres sans aucune compétences.

    Signaler
  4. MarsKaa MarsKaa

    Mais, bien sûr, cet homme est charmant, compétent, dynamique, volontaire, impliqué, engagé “pour les quartiers et pour les Marseillais”.
    Il y en a combien d’autres encore de ces gens qui ignorent les lois, font ce qu’ils veulent sans etre inquiété, et se vantent de leurs actions ?

    Signaler
    • julijo julijo

      oui, ça vaudrait le coup de fouiller dans les CV de ces élus, copains de martine…. vice présidents ou autres responsables qui se pavanent dans l’impunité totale à la métropole.

      Signaler
  5. Brallaisse Brallaisse

    Il y a quelques temps je me posais la question de savoir où de situait l’endroit où était l’élevage des pourri(e)s marseillais en politique.Et bien j’ai trouvé, c’est la métropole et sa directrice en est Vassal.Un véritable tas de fumier.

    Signaler
  6. Jean Peuplus Jean Peuplus

    Pas de chance Mme Vassal avec vos stars alibis des réseaux.
    Une comédienne qui méconnait totalement les principes réglementaires des élections notamment pour les procurations.
    Une (ex) qui sans faillir monte les habitants les uns contre les autres au mépris du respect du droit de gréve.
    Un héros des dépôts sauvages qui se glorifie d’avoir fait enlever 947 tonnes de déchets remplacés dans la foulée par des centaines de tonnes de déchets inertes qui eux sont toujours présents et polluent durablement le site.

    Signaler
  7. Coquelicot Coquelicot

    Ben quoi, Mme Vassal a nommé un spécialiste!!!!
    Il faut dire qu’elle est tellement soucieuse de notre environnement : Il n’y a qu’à voir les amoncellements de poubelles qui avec le mistral finiront à la mer;
    Quand c’est sale, c’est Vassal!

    Signaler
    • LOU GABIAN LOU GABIAN

      bon mot d’ordre

      QUAND C’ EST SALLE C EST VASSAL

      A exploiter libre de droit

      Signaler
  8. claquette claquette

    Inspirant… un véritable conte de fée local. Des pauvres, des gentils, des méchants et un héro. N’allez pas tout gâcher en regardant sous le tapis! Ah…ces journalistes faut toujours qui rajoute la sorcière et ses sbires, ça complique tout. Elle était pas belle l’histoire au début?

    Signaler
  9. Brallaisse Brallaisse

    Je ne connaissais pas ce monsieur. Humoriste , élu ? .Difficile de le définir.
    Je viens de regarder quelques vidéos de ses interventions publiques en tant qu’élu et quelques extraits de ses spectacles, représentatifs ou pas je ne sais pas ?.” Insensible à son “humour” ou hermétique je ne percute pas .Nul n’est parfait.
    Bien sûr nous ne demandons pas que nos zélus sortent de Normale Sup ou de l’Académie Française, mais vu la teneur des ses gags et de la qualité de ses propos en assemblée, tant dans le fond que sur la forme , il y a quand même des limites à tout . Ayant pris la mesure de tout cela et il y apeu ,l’on ne peut s’étonner de rien.

    Signaler
  10. ldmk ldmk

    J’ai vu sur son Facebook je cite :”qu il est très affecté et meurtri par votre article a charge, il a écrit qu’il va demander par l’intermédiaire de son avocat une rectification et un droit de réponse via son avocat”.
    J’attends avec impatience ses justifications quand à la provenance de cette terre.

    Signaler
  11. Neomarseillais Neomarseillais

    L’ensemble est tristement collector ! mais cette citation est encore au desus : “entre-temps, monsieur Sayag a été élu à la métropole. Il apparaissait difficile d’agir contre lui”…

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire