Pascal Messaoudi vous présente
D'où tu parles ?

Le Marseille de Rudy Ricciotti et Rodolphe Burger

Chronique
le 15 Sep 2018
4

Un lieu, une voix. Avec cette chronique intitulée "D'où tu parles ?", le documentariste sonore Pascal Messaoudi explore le lien intime entre un lieu et l'illustre connu ou inconnu qui prend plaisir à le fréquenter. Une parenthèse sonore à déguster les yeux fermés. Son invité est cette semaine l'architecte Rudy Ricciotti, en bonne compagnie.

Pas de doute, on est bien chez Rudy Ricciotti. D’abord parce qu’on y croise son ami le musicien Rodolphe Burger, de passage et “qui se mêle de la conversation”, donnant à cette chronique une forme inhabituelle. Ensuite parce que de ce “cul de sac” de la presqu’île de Cassis, il n’en est presque “pas sorti depuis le mois de juin”. “Je suis là où je rêve d’être”, s’émeut l’architecte du Mucem, qui vante le “silence, la solitude, la minéralité absolue” du lieu. Et notamment l’“ocre un peu satanique” de ce “si beau marbre français” : la pierre de Cassis, issue de la carrière dont il finance la restauration.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. one live one live

    oui, là où il a acheté puis fait faire des travaux sans autorisation par une “entreprise” de toulon employant qui au fait?, en fait ils n’avaient pas de noms……………no comment !

    Signaler
  2. Bibliothécaire Bibliothécaire

    Marseilles, sur la rive d’en face. Pas compris, si qqn peut m’expliquer ?

    Signaler
  3. one live one live

    lui il habite au bout de la presqu’ile, travaux “régularisés”, vue sur l’entrée de la calanque de port miou, en face l’édifice en pierre qu’il subventionne, qui servait a charger les bateaux depuis les carrières ou le bagne.

    Signaler
  4. Collapso-marseillologue Collapso-marseillologue

    Une émission pour rien: le grand vide!
    Pour le reste, je vous serais reconnaissant d’arrêter de fétichiser les architectes qui se vivent comme des artistes. ça n’est pas un service que vous rendez à la profession ni au paysage architectural de nos villes.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire